• (024) Vallée d'Aure

  •   

     

      

    * 30 décembre 2016 depuis le parking situé à l'entrée du village d'Ardengost (1080 m.) en suivant direction générale Est le chemin de la Lit, laisser filer une piste à droite pour continuer en face Est-Sud-Est sur le large sentier empierré (1140 m.) qui mène aux granges cotées 1303; y bifurquer à gauche Nord-Ouest en suivant le sentier fléché "Col des Sonères - Cabane de Camous", virer direction générale Nord-Est (1404 m.) pour parvenir après quelques lacets au col de Sonères (1685 m.), y longer la large crête direction Ouest-Nord-Ouest pour passer au sommet du Cap du Plat de l'Estaque (1745 m.), descendre en suivant la large croupe Nord jusqu'au col situé à l'Est de la cabane de Camous (1680 m.), remonter en face toujours direction Nord la large ravine qui permet d'atteindre la crête (1720 m.), à gauche du mamelon coté 1736, puis gravir Ouest-Nord-Ouest la pente finale menant au sommet de Mountarrouy (1805 m.), descendre en suivant la crête Ouest-Nord-Ouest (1750 m.) pour remonter et passer sur le sommet coté 1777, descendre (1750 m.) pour gravir le Cap des Pènes (1788 m.), revenir par le même itinéraire au sommet de Mountarrouy (1805 m.) puis au col situé à l'Est de la cabane de Camous (1680 m.) afin d'y faire une traversée, Sud-Est presque horizontale, sur le flanc Nord-Est du Cap du Plat de l'Estaque pour aller retrouver l'itinéraire de montée au col de Sonères (1685 m.) et le suivre en faisant quelques "tout droit" pour raccourcir les lacets du sentier.

    Randonnée d'un dénivelé positif de 950 mètres pour autant de négatif. Nous étions un groupe de 22 personnes, la plupart membres de Pyrénées Team pour cette traditionnelle "Sortie d'entre deux réveillons" (Isabelle, Carine, Dino, Philippe, Frédéric, Julien, Jérôme, Alain, André, Gérard, Jordi, Dominique, André, Cathy, Pierre, Odile, Jean-Claude, Lyne, Emmanuel, Eric, Pierre et Robert). Partis à 9 h15 nous passerons au col de Sonères à 10 h45 pour parvenir au sommet de Mountarrouy à 11 h35. En avance sur l'heure prévue pour la pause restauration, nous déciderons d'aller rendre visite, en suivant la crête, au voisin Cap des Pènes. Après une looooongue pause restauration au sommet de Mountarrouy, qui a donné droit à des échanges de produits régionaux et internationaux tongue sarcastic pas très indiqués pour la pratique de la randonnée, nous repartirons à 15 h45 pour retrouver les voitures à 17 h15 après une superbe journée ensoleillée passée dans la convivialité avec une super ambiance cool happy yes .

    Carte IGN 1:25000 Saint-Bertrand-de-Comminges 1847 OT

    Voir galerie photos Mountarrouy entre les Caps

    Voir panorama depuis le sommet de Mountarrouy

    Voir panorama annoté depuis le sommet de Mountarrouy


    4 commentaires
  •    

     

      

    * 5 octobre 2011 depuis l'aire de stationnement de le Pont du Moudang (1053 m.), au Sud de la route D 929 entre Eget-Cité et Fabian, en suivant la piste fléchée "Granges du Moudang" qui se dirige à l'Ouest pour la quitter peu après en suivant la piste de gauche qui va prendre une direction générale Sud en longeant la rive gauche de la gorge puis du vallon de la Neste du Moudang sur un peu plus de 5 kilomètres, traverser la passerelle qui enjambe la Neste d'Héchempy (1521 m.) à hauteur des proches Granges du Moudang afin de les dépasser par la droite pour continuer à suivre la rive gauche de la Neste du Moudang direction Sud-Est puis Sud à partir de la cote 1627, pour franchir direction Sud-Sud-Ouest un ressaut, continuer la remontée au Sud puis, après une série de lacets, virer à l'Est (2320 m.) puis au Sud-Est (2420 m.) pour atteindre le Port du Moudang (2495 m., croix frontière numéro 325) et y suivre à l'Est-Sud-Est la crête de Lia, passer au col Sud du pic de Lia (2752 m.) pour y suivre à droite direction Sud la crête frontière afin d'atteindre le sommet du pic d'Arriouère ou pico del Ibonet (2866 m.). Retour par le même itinéraire.

    Parti à 8 h10, après une heure de marche j'avais fait 445 mètres de dénivelé et à 9 h27 j'arrivais aux granges du Moudang. J'en repartais après une petite pause et, la pente devenant plus raide, je quittais le "grand braquet" pour atteindre vers 2050 mètres un petit plateau à 10 h34. Plus haut, plus de sentier, juste quelques cairns qui mènent direction générale Sud jusqu'à 2320 mètres où on retrouve un sentier, que j'ai suivi à gauche en légère montée direction Est. Il franchit un éperon pour ensuite descendre vers un étang, je l'ai quitté dans le début de sa descente pour partir à l'horizontale sur un flanc herbeux raide, franchir un éperon puis monter au Sud-Est pour aller remonter une zone d'éboulis d'ardoises noires par la droite et ainsi parvenir à un étang situé juste sous le tout proche Port du Moudang. De11 h50 à 12 heures j'étais en train de "toiletter" la croix frontière 325 située au Port du Moudang. Après avoir traversé une zone d'éboulis d'ardoises noires croulantes, à 12 h34 je passais au col Sud du pic de Lia. Le reste de la crête jusqu'au sommet est signalé par un guide comme ayant des passage de II avec "Escalade Peu difficile inf.". Il n'en est rien, et après avoir suivi cette crête sans avoir eu à faire la moindre escalade et sans poser les mains, j'étais au sommet du pic d'Arriouère à 12 h55. Après une pause d'un quart d'heure où j'en ai pris "plein la vue" je quittais le sommet pour faire une pause restauration de13 h40 à 13 h55 au Port du Moudang. Après avoir fait un crochet à 2300 mètres vers un petit étang, je repassais aux granges du Moudang à 15 h35 pour retrouver ma voiture à 16 h35 après un dénivelé positif d'environ 1850 mètres, pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses.

    Cartes IGN 1:25000 Néouvielle Vallée d'Aure Parc National des Pyrénées 1748 ET. 

    Voir galerie photos Pic d'Arriouère

     


    votre commentaire
  •   

       

      

    * 27 juin 2011, depuis le premier virage en épingle (1370 m.) de la route D 173 au Sud de le Plan, en suivant au Sud-Ouest l'itinéraire des lacs de Barroude, au-dessus de la rive droite de la Neste de la Géla et passer aux cotes 1488 et 1513, au Courrau d'Ays, pour traverser la passerelle qui enjambe la Neste de la Géla (1700 m.) et continuer direction générale Sud à l'horizontale en rive gauche, passer à la cabane en ruine de la Géla, pour remonter à flanc direction générale Sud-Sud-Ouest puis Sud-Ouest, passer à Escouerens (2048 m.), monter Ouest-Sud-Ouest puis en lacets pour arriver au-dessus du ressaut à une bifurcation où on laisse filer à droite vers le Nord l'itinéraire de la Hourquette de Chermentas, pour continuer Sud-Sud-Est sur la terrasse qui longe la base de la Muraille de Barroude, passer à la cote 2356, puis Sud-Est au refuge de Barroude (2373 m.), sur la rive du lac de Barroude (2355 m.) pour aller chercher au Sud le Port de Barroude ou Port de Barrosa (2534 m.), puis gravir à l'Ouest le petit piton au sommet duquel est gravée la croix frontière numéro 322 (2570 m.) pour revenir au Port de Barroude ou Port de Barrosa (2534 m.) et faire une remontée à flanc en diagonale ascendante Est-Sud-Est pour arriver au sommet du pic principal de Barrosa ou Pico de Barrosa (2772 m.). Retour direction Nord-Nord-Ouest en suivant la crête pour passer à un col (2730 m.), monter au sommet du pic de Barrosa (2746 m.), continuer Nord-Ouest sur la crête pour passer au Soum de Barroude (2674 m.) , descendre Nord au col coté 2652, remonter toujours Nord au sommet du pic de Port Vieux (2723 m.), descendre direction générale Est en lacets puis Nord-Est, pour suivre la crête jusqu'au Port Vieux (2378 m.) et y basculer versant français pour continuer la descente en larges lacets direction générale Nord-Ouest, passer à la cote 1990 puis direction Nord retrouver le fond du vallon, continuer à l'horizontale pour passer à la Géla cabanes afin d'aller retrouver au nord l'itinéraire de montée à hauteur de la passerelle (1700 m.).

    Parti à 6 h15, à 7 h14 je passais à la cabane en ruine de la Géla et à 8 h15 à Escouerens j'assistais à un "combat" de boxe entre deux marmottons bad yes . Une centaine de mètres plus loin, une harde d'une quinzaine d'isards évoluait avec agilité dans les éboulis. Après avoir remonté le raide ressaut qui donne accès à la terrasse située à la base de l'impressionnante muraille de Barroude, à 9 heures je passais à la bifurcation de la Hourquette de Chermentas et à 9 h17 au refuge de Barroude. A 9 h30 je longeais la rive du dernier lac de Barroude pour atteindre le Port de Barroude ou Port de Barrosa à 10 heures. Ayant fait un "saut" au petit piton situé à l'Ouest pour y chercher la croix frontière 322, je repassais au Port de Barroude à 10 h25 pour atteindre le sommet principal du pico de Barrosa à 11 heures. Après en être reparti à 11 h20, j'arrivais au sommet du pic de Port Vieux à 12 heures où un sympathique randonneur parti du tunnel d'Aragnouet-Bielsa m'y rejoindra. C'est la première personne rencontrée de la journée, et après avoir parlé "montagne", à 12 h15 je repartais pour faire une pause restauration de 12 h40 à 13 heures au Port Vieux. A 14 h10 je passais à la Géla cabanes pour retrouver l'itinéraire de montée, près de la passerelle, à 14 h20 et ma voiture à 14 h55 après un dénivelé positif d'environ 1600 mètres, pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses où la canicule était présente en plaine tongue .

    Carte IGN 1:25000 Néouvielle Vallée d'Aure Parc National des Pyrénées 1748 ET.

    Voir galerie photos Pico de Barrosa et pic de Port Vieux




    2 commentaires
  •   

      

       

    * 20 juin 2011, depuis l'aire de stationnement de l'Hospice de Rioumajou au terminal de la piste D 19 (1560 m.) en suivant au Sud la piste balisée du GR 105 en rive gauche du ruisseau de Riumajou, pour laisser filer un peu plus loin à droite Sud l'itinéraire GR 105 du Port d'Ourdissétou pour bifurquer à gauche Est-Sud-Est, traverser le torrent de la Plagne, puis suivre la rive gauche du ruisseau de Cauarère pour ensuite remonter le ravin de Millarioux au-dessus de la rive droite pour arriver au Port de Cauarère nommé Puerto de la Madera par les cartes espagnoles (2526 mètres croix frontière 328), continuer direction Sud-Ouest en suivant la crête frontière pour passer au sommet coté 2581, puis Sud au Port de Madèra, au sommet de la Pène de Millarioux (2659 m.), puis descendre Sud-Sud-Est au col coté 2602, remonter au sommet du Tuquet de Cauarère (2683 m.), puis direction Ouest passer à la cote 2615, au Tuco de Mommour (2628 m.), puis direction Sud-Ouest descendre au Port de Plan ou de Rioumajou (2527 m., croix frontière numéro 327), passer au sommet coté 2559, au col coté 2502, au sommet coté 2539, au col coté 2528, au sommet coté 2558, au col coté 2538, au sommet du pic d'Ourdissétou (2597 m.), descendre Nord-Ouest en suivant la crête pour passer au Port d'Ourdissétou (2403 m., croix frontière numéro 326), y quitter la crête frontière pour descendre direction générale Nord-Nord-Est pour passer par un petit lac non nommé (2340 m.) puis en suivant le sentier balisé du GR 105 qui dévale le vallon de la Plègne pour retrouver l'itinéraire de montée, juste après la cote 1639, peu avant de retrouver le point de départ à l'Hospice de Rioumajou.

    Après avoir remonté avec prudence en voiture les 4 kilomètres de piste carrossable, en assez bon état, qui mènent à l'Hospice de Rioumajou, à 6 h10 je débutais ma randonnée. A 7 h10 j'étais à 1944 mètres et à 7 h35; vers 2200 mètres, j'abandonnais l'itinéraire balisé jaune du Port de Plan à hauteur d'un écriteau, pour faire une traversée hors sentier sur des pentes raides direction Est, pour franchir plusieurs ravins ainsi que celui de Millarioux pour remonter ensuite la croupe qui est sur la rive droite. A 8 h42 je passais au Port de Cauarère. Après avoir longé la base des falaises Nord-Est de la Pène de Milliarioux au-dessus des éboulis, pour aller chercher le troisième couloir d'éboulis, afin de le remonter par les rochers qui le bordent à droite puis terminer par l'escalade des rochers qui le bordent à gauche et sortir en basculant sur la gauche de l'arête, j'arrivais au sommet à 9 h40 que je quittais à 10 heures après avoir rehaussé le modeste cairn sommital. Le rocher chisteux est de très mauvaise qualité frown , il faut bien tester chaque prise et faire du nettoyage pour enlever les nombreuses pierres instables et éboulis génants. Je ne recommande pas du tout ce passage aérien et dangereux au-dessus de barres arf oops erf , il vaut mieux contourner la Pène de Millarioux par le versant Est et aller la gravir par sa facile croupe Sud. Je passais au sommet du Tuquet de Cauarère, point haut de cette course, à 10 h15 pour en repartir à 10 h25 et en suivant la large et facile crête frontière j'étais au Port de Plan ou de Rioumajou à 10 h50. A 11 h55 j'étais au sommet du pic d'Ourdissétou que je quittais à 12 h10 après avoir profité du superbe panorama offert. La crête Nord-Ouest du pic d'Ourdissétou est très aérienne et accidentée ouch à partir de la cote 2504 jusqu'aux abords du Port d'Ourdissétou et on utilise souvent les mains. A 13 h10 je faisais une halte au Port d'Ourdissétou pour discuter avec un couple de retrraités de la Moselle en vacances dans les Pyrénées et à 14 h45 je retrouvais ma voiture après un dénivelé positif d'environ 1450 mètres, pour autant de négatif et une très chaude journée ensoleillée glasses .

    Lorsque la piste qui mène à l'Hospice de Rioumajou est interdite à la circulation, il faut garer à l'aire de stationnement de Frédancon (1381 m.), ce qui rajoute 8 kilomètres aller et retour et 180 mètres de dénivelé positif et autant de négatif.

    Cartes IGN 1:25000 Néouvielle Vallée d'Aure Parc National des Pyrénées 1748 ET.

    Voir galerie photos Crête Cauarère - Ourdissétou




    2 commentaires
  •   

      

      

    * 3 janvier 2011, depuis le départ de la piste (1020 m.) en bordure de la route D 19 juste avant le pont qui traverse le ruisseau le Couret d'O au Sud du village d'Ardengost (que l'on atteint par la route D 19 au Nord-Est d'Arreau), en suivant cette piste qui remonte direction générale Est en rive gauche du vallon du Couret d'O, puis 1,5 kilomètre après bifurquer à droite direction Ouest-Sud-Ouest (1150 m.), puis 1,4 kilomètre plus loin bifurquer à gauche pour suivre une direction Est (1238 m.) et environ 700 mètres plus loin bifurquer à droite pour suivre la piste qui va rejoindre au Sud-Ouest le chemin de la Serre (1448 m.), suivre la crête à gauche direction Est, pour passer au Plan des Pins, au Cap du Cros (1646 m.), puis Sud-Est pour passer à la cote 1653, puis Sud pour sortir de la forêt (1658 m.) en suivant toujours la crête direction Sud-Est et passer au Cap d'Artigue Couade (1731 m.), puis remonter direction Est-Nord-Est la crête de la Serre (1824 m.) et passer au sommet de la Montagne du Pin (2001 m.), continuer sur la crête au Nord pour passer au col du Pin (1979 m.), au Pla de Baroussère (1959 m.), et terminer l'ascension au sommet de la Montagne d'Areng ou pic d'Areing (2079 m.). Descente en suivant la crête au Nord-Nord-Ouest pour la quitter en plongeant à gauche Sud-Ouest vers les cabanes de Jézeau afin d'aller rejoindre et suivre au Sud le fond du vallon pour passer à Bayron (1586 m.) et continuer Ouest-Sud-Ouest vers La Prade Hourquette (1471 m.) puis Nord pour passer aux cotes 1411 et 1372, et après la cote 1270 infléchir à l'Ouest pour continuer sur la piste qui ramène au point de départ.

    Partis avec Gérard à 8 h55 et une température de - 3°C frown (la route D 19 était verglacée), nous passerons à la deuxième bifurcation de piste (1238 m.) à 9 h36, pour déboucher (le champagne ce sera plus tard) en sortie de bois sur la crête (1448 m.) à 10 h10. Nous étions passés au-dessus de la mer de nuages vers 1300 mètres et après en avoir pris plein les yeux sarcastic , nous repartirons à 10 h20 pour, après avoir fait une petite halte de 10 minutes au col situé à l'Est du Cap d'Artigue Couade, passer au sommet de la Montagne du Pin à 12 h38 et parvenir au sommet de la Montagne d'Areng à 13 heures. Trois jeunes montagnards y étaient en train d'admirer le magnifique panorama à 360 ° au-dessus d'une mer de nuages et un quatrième nous y rejoindra. Nous partagerons l'excellent champagne tongue que Gérard, tel le père Noël, avait glissé dans sa "hotte" cool . Après la collation, nous quitterons le sommet à 14 h10 pour retrouver la voiture avec une température de -3°C à 16 h10, après un dénivelé positif de 1150 mètres et autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses .

    Le piolet et les crampons que nous avions fait suivre sont restés sur et dans le sac et si, jusqu'à la crête (1448 m.), nous avions très peu de neige au sol, pratiquement tout le reste de la randonnée c'est déroulé sur neige et dans la descente il a fallu faire preuve de prudence car, en guise de dessert, il y avait des "portions glacées"  .

    Carte IGN 1:25000 Saint-Bertrand-de-Comminges 1847 OT.

    Voir galerie photos Montagne d'Areng




    votre commentaire
  •   

      

      

    * 25 août 2010 depuis l'aire de stationnement située en bordure de la route D 173 à l'entrée Nord du tunnel d'Aragnouet-Bielsa (1780 m.), en montant direction Sud-Est puis direction générale Sud au Port de Bielsa (2429 m. - croix frontière numéro 323), pour descendre Est-Sud-Est sur quelques mètres versant espagnol puis remonter Est-Sud-Est jusqu'à un éperon pour le remonter Nord puis Nord-Est afin d'aller chercher la crête de Bataillence au sommet coté 2574, descendre Est à la cote 2559, remonter Est-Sud-Est au sommet coté 2576 descendre puis remonter au sommet du pic de Bataillence (2604 m.), descendre Sud-Est vers un col (2510 m.), remonter Est au sommet coté 2567, descendre Sud-Est vers un col (2464 m.) puis au Port de Héchempy ou de Salcorz (2450 m.), remonter Sud-Est en passant par la cote 2510 m. (croix frontière numéro 324) pour continuer toujours Sud-Est en suivant la crête jusqu'au sommet du pic de Marty Caberrou ou pico de Salcorz (2677 m.). Descente en suivant la crête Nord-Ouest pour revenir au Port de Héchempy ou de Salcorz (2450 m.) et continuer la descente au Nord-Nord-Ouest jusqu'au lac de Héchempy (2305 m.), remonter Ouest-Nord-Ouest au Port de Bataillence (2465 m.) pour descendre Ouest puis direction générale Ouest-Nord-Ouest afin de retrouver l'itinéraire de montée au Nord du Port de Bielsa et en amont du vallon de Riou Nère (2200 m.) pour le suivre jusqu'au point de départ. 

    Carte IGN 1:25000 Néouvielle Vallée d'Aure Parc National des Pyrénées 1748 ET.

    Parti à 7 h15, je passais au Port de Bielsa à 8 h30 que je quittais à 8 h45, pour être à 11 heures au sommet du pic de Marty Caberrou que je quittais à 11 h20 pour passer au Port de Héchempy à 12 h30 où j'ai discuté avec un sympathique couple basco-gersois wink2 et je retrouvais ma voiture à 14 heures après un dénivelé positif d'environ 1250 mètres pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses .

    Voir galerie photos Crête Bataillence Marty Caberrou



     


    votre commentaire
  •   

      

      

    * 8 juillet 2008 le pic de Bastan (2715 m.)  depuis l'aire de stationnement du col de Portet (2215 m.) au-dessus d'Espiaube (St-Lary-Soulan), en suivant à l'Ouest l'itinéraire balisé rouge et blanc du GR 10, pour passer au Carroc Arrouy, dans la montagne d'Arrouye et de Bastanet, au-dessus (2144 m.) du lac de l'Oule, au lac Inférieur (2141 m.), au lac coté 2197, aux lacs du Milieu (2215 m.), au refuge de Bastan, au lac Supérieur (2260 m.) pour monter plein Nord au col de Bastanet (2507 m.) et suivre la crête à l'Ouest.

    Carte IGN 1:25000 Top 25 Néouvielle Vallée d'Aure Parc National des Pyrénées 1748 ET.

    J'ai doublé et croisé un nombre impressionnant de randonneurs et pêcheurs. La partie finale de l'ascension est assez aérienne, le sentier étroit, taillé naturellement en corniche avec de fins éboulis, domine les à-pics Nord et débouche sur une petite escalade facile. Il faut faire très attention à la descente pour récupérer le bon sentier en corniche et ne pas se laisser embarquer par une sente très pentue qui descend sur le flanc Ouest. Dans la descente du sentier en corniche, j'y ai vu une montagnarde funambulesque qui redescendait derrière moi en sautant avec les bras en l'air sarcastic et quand on connaît cet endroit, on peut se poser des questions ...

    Parti à 7 h15, je passais au col de Bastanet à 9 h30 pour être au sommet à 10 h smile, en repartir à 10 h30 et retrouver ma voiture à 12 h54 après environ 850 mètres de dénivelé positif et autant de négatif et une belle journée ensoleillée glasses .

    Voir galerie photos Pic de Bastan




    votre commentaire
  •    

       

      

    * 21 mai 2008, le pic Prada ou pic d'Arroque (2712 mètres)  depuis l'aire de stationnement de Lurgues Granges (1400 mètres) à Aulon, en passant par la cabane d'Auloueilh (1853 m.) pour remonter rive gauche le fond du vallon du Lavedan puis passer au col de Port Bielh pour gravir le pic Prada ou pic d'Arroque (2712 m.) puis le pic de Portarras (2697 m.). Descente en récupérant le sentier en rive gauche du vallon du Lavedan au-dessus de l'itinéraire de montée.

    Carte IGN 1:25000 Top 25 Néouvielle vallée d'Aure 1748 ET

    Superbe temps et utilisation des raquettes à neige à partir de 2200 mètres.

    Départ à 8 h., passage à la cabane d'Auloueilh avec un arrêt de 9 h.20 à 9 h.30, juste au-dessus vers 1900 mètres 2 lagopèdes qui étaient derrière des rochers ont eu aussi peur que moi sarcastic (nous étions à 2 mètres). Plus haut, près d'un névé vers 2000 mètres, alors que j'étais hors sentier dans le fond du vallon du lavedan, je suis passé près d'un serpent ouch (couleuvre ?) qui se déplaçait vers moi et qui a changé de cap à 2 mètres de moi. Après la longue remontée du vallon du Lavedan tongue, arrivée au sommet du pic Prada ou pic d'Arroque à 13 h. pour en repartir à 13 h.30, passer par le pic de Portarras puis descendre et repasser sans être "lessivé" yes à la cabane d'Auloueilh à 15 h.15 pour y consigner dans le cahier mon deuxième message de la journée et regarder les autres messages. Plus bas, vers 1600 mètres, un autre serpent ouch sur le sentier (vipère ?) je n'ai pas cherché à l'approcher, retour à la voiture à 15 h.55 après un dénivelé positif de 1400 mètres et autant de négatif.

    Voir galerie photos Pic Prada ou pic d'Arroque




    votre commentaire
  •   

      

      

    * 11 mai 2007 le pic de Bataillence (2604 m.) depuis le parking de l'entrée Nord du tunnel d'Aragnouet-Bielsa (1820 m.) en bordure de la route D 173, en remontant le vallon de la cascade de Riou Nère pour passer par la montagne de Bataillence, la crête Ouest et l'avant sommet (2601 m.).

    Sur neige et utilisation des raquettes à neige à partir de 2000 mètres, jusqu'au sommet.

    Carte IGN 1:25000 TOP 25 Néouvielle vallée d'Aure 1748 ET 

    Arrivé à 8 h.30 à l'entrée du tunnel, je n'ai pas eu de mal pour garer ma voiture sur le grand parking où il n'y avait aucun véhicule. La remontée du premier vallon c'est faite sans difficulté car il était déneigé. En passant sous les falaises de la crête de Bataillence, il y avait quelques petites avalanches de neige. Après un passage délicat où j'ai du sortir les raquettes des pieds (forte pente enneigée sous les falaises verticales de la crête), dans la remontée terminale vers la crête sommitale j'ai du galérer pour progresser en raquettes car la neige se transformait en soupe avec le soleil qui chauffait (montée d'un mètre, glissade de deux mètres) frown . J'étais au sommet smile à 11 h.45 où j'ai pu reprendre des forces pour repartir à 12 h. et retrouver ma voiture à 13 h.30, en n'ayant rencontré personne, après un dénivelé positif de 800 mètres et autant de négatif.

    Voir galerie photos Pic de Bataillence




    2 commentaires
  •    

      

    * 13 mars 2007 le Pichaley ou pic de Pichaleye (2626 m.) depuis l'aire de stationnement d'Espiaube (1590 m.) au-dessus de Soulan (Saint-Lary-Soulan) en empruntant la télécabine du col de Portet (2215 mètres) pour commencer la randonnée par la piste de ski de fond (piste du Col), passage dans le vallon de Montarrouyes (2187 m.), remontée de la piste bleue des Marmottes pour aller chercher la crête Sud et la remonter jusqu'au sommet.

    En raquettes à neige jusqu'au sommet.

    Carte IGN 1:25000 TOP 25 Néouvielle vallée d'Aure 1748 ET.

    Arrivée à Espiaube à 8 h.30, j'ai emprunté la première remontée des télécabines du col du Portet avec un billet piéton-fondeur (7 €) qui m'a déposé à 9 h.20 au col de Portet où j'ai demandé à un pisteur si je pouvais randonner en bordure extérieure des pistes pour aller gravir le Pichaley (réponse affirmative). Durant ma progression, dans le vallon de Montarrouyes, un sympathique pisteur de la station est venu à ma rencontre me demander par où j'allais passer pour aller au Pichaley (les Talkies Walkies marchent bien yes ). Lui signalant mon intention de faire les bordures extérieures des pistes, il m'a dit que je pouvais emprunter la bordure intérieure damée de la piste bleue des Marmottes, ce que je fis et la progression n'en fut que meilleure. En repartant il m'a précisé l'horaire de la dernière télécabine et a dit qu'il surveillerait ma progression. C'est bien de se sentir sécurisé... Arrivée au sommet smile avec les raquettes aux pieds à 11 h.30 et après avoir profité du magnifique panorama, un bon "snif de blanche", j'entame la descente à 12 h. pour être au col de Portet à 13 h. et retrouver la voiture à 13 h.25 après un petit 500 mètres de dénivelé positif et autant de négatif (en marche réelle).

    Une superbe journée d'hiver, depuis le départ, le soleil ne m'a pas quitté glasses .

    Voir galerie photos Pichaley




    votre commentaire
  •   

      

    * 12 juillet 2006, L'Arbizon (2831 m.)  depuis l'aire de stationnement de Lurgues Granges (1400 m.) à Aulon, en passant par la cabane d'Espigous (1660 m.), la Coume d'Espigous, la fontaine de Coulariot (2056 m.), la cuvette herbeuse (2297 m.), les éboulis Sud-Ouest et la crête Ouest. 

    Carte IGN 1:25000 TOP 25 Néouvielle 1748 ET.

    Départ à 9 h. 30, passage à la cabane d'Espigous à 9 h. 56 pour arriver au sommet smile à 12 h. 40. Départ du sommet à 13 h., pour passer à la cuvette herbeuse à 13 h. 30 et retrouver la voiture à 14 h. 40 après 1431 mètres de dénivelé positif et autant de négatif. Un couple de sportifs de haut niveau avec qui j'avais réalisé une grande partie de l'ascension en chassé-croisé a fait demi-tour (elle, sous la Brèche d'Aurey vers 2500 mètres et lui, pour qui c'était sa deuxième tentative, sur la crête finale vers 2700 mètres) à cause de l'orage qui tonnait sur le Néouvielle et qui arrivait vers nous.  

    Voir galerie photos L'Arbizon




    votre commentaire
  •   

      

    * 7 juillet 2006, le Soum des Salettes ou pic des Aguilous ou encore pic des Aiguillous (2976 m.)  depuis l'aire de stationnement Nord-Ouest (1877 m.) de la station de Piau-Engaly (Aragnouet), en passant par la passerelle sur la Neste de Badet (1830 m.), la Moune cabane (1849 m.), la bifurcation des Hourquettes de Chermentas et de Héas (2225 m.), le Port de Campbieil (2596 m.) et la crête Nord.

    Carte IGN 1:25000 TOP 25 Néouvielle 1748 ET.

    Départ à 10 h., passage à la bifurcation 2225 m. à 10 h. 59, au Port de Campbieil à 11 h. 47 pour arriver au sommet smile à 12 h. 38. Départ du sommet à 13 h., passage au Port de Campbieil à 13 h. 22, à la bifurcation 2225 m. à 13 h. 49 pour retrouver la voiture à 14 h. 30 après 1200 mètres de dénivelé positif et autant de négatif.

    Voir galerie photos Soum des Salettes




    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique