• Cirque de la Passade de la Néou (2450 m.)

     

     

    * 5 août 2021, depuis l'aire de stationnement de la Mongie-Tourmalet située en bordure de la route D 918 (1800 m.), rejoindre au Sud-Ouest le fond du vallon pour passer près de la gare aval du télésiège de Pourteilh (1778 m.), puis de la gare aval de départ du télésiège des Béarnais (1783 m.), y suivre la piste qui remonte direction générale Sud-Sud-Ouest pour rejoindre la Coume de Porteilh ou Pourteilh, passer près d'un laquet (2120 m.), près de la gare aval du télésiège des Quatre Termes (2152 m.), puis au-dessus et à l'Est du lac de Porteilh (coté 2264), abandonner la piste vers 2320 mètres à hauteur d'un pylone et d'une barrière en bois pour descendre à droite Nord-Ouest dans une zone d'éboulis, passer au Sud du lac de Porteilh et naviguer entre les blocs direction générale Sud-Ouest pour parvenir à la base d'un couloir encombré de blocs, le remonter direction Nord-Ouest puis aller chercher la crête située à droite et la remonter jusqu'à parvenir à l'entrée du cirque de la Passade de la Néou (2450 m.), à la base du sommet Oriental de cette Passade coté 2589 et revenir avec une variante de navigation dans la zone d'éboulis située au Sud du lac de Porteilh.

    Parti à 7 h15 pour aller découvrir le petit cirque minéral de la Passade de la Néou, dans la descente vers la gare aval du télésiège de Pourteilh, j'ai croisé un troupeau de lamas, si c'est pas le Pérou ça y ressemble! sarcastic Il y a plus de lamas que de brebis et l'un d'entre eux faisait des roulades, presque au même endroit que l'avait fait une brebis lors de ma randonnée du 2 septembre 2008 au pic des Quatre Termes. A 8 h20 je passais au laquet, gardé par une dizaine d'isards. Après être monté trop haut (2400 m.) en suivant la piste des Quatre Termes, ne trouvant aucun départ de sentier, aucun cairn et aucune trace de peinture je suis revenu sur mes pas pour quitter la piste à hauteur d'un pylone et d'une barrière en bois (2320 m.) et descendre à vue dans la zone de gros éboulis située au-dessus et au Sud du lac de Porteilh pour y chercher les moins mauvais passages sur des blocs plus ou moins stables qui ne cherchent qu'à provoquer le déséquilibre. Un embarquement dans une galère où j'ai un peu "ramé"... Peu après avoir remonté un raide couloir encombré de gros blocs et de rhododendrons auxquels on peut s'accrocher, je suis parvenu sur la crête, à l'entrée du cirque minéral de la Passade de la Néou, et pris de pitié pour mes genoux que j'ai voulu ménager, à 11 h30 j'ai fait une pause restauration sur cette crête qui vient buter à la base du sommet Oriental de la Passade de la Néou. Le Soum du Cot de l'Espade ou pic Allemand (2641 m.), point culminant de ce petit cirque, est gravissable par ce versant ou en basculant sur le versant Occidental. A 12 h30 je débutais ma descente retour. Dans la zone d'éboulis située au Sud du lac de Porteilh, sur un court passage, j'ai trouvé quelques traces de sentes, quelques cairns et un ancien balisage jaune mais pas suffisants pour ramener à la piste que j'ai été chercher à vue. Sous le télésiège des Quatre Termes j'ai croisé un pick-up à la peine qui remontait la raide piste avec à son bord des travailleurs de la station de ski. En remontant entre le télésiège des Béarnais et la route D 918, le troupeau d'une cinquantaine de lamas est venu me rejoindre et m'a accompagné jusqu'à l'aire de stationnement où de nombreux touristes attendaient. Comme dans la chanson "Je suis malade" ou en verlan de Lama suis-je son chant? Sans être son fan fan fan, en chantant, je retrouvais ma voiture à 15 heures après un dénivelé positif d'environ 800 mètres pour autant de négatif.

    Dans la montée en voiture vers le col du Tourmalet, il fallait faire attention aux lamas qui étaient en bordure et sur la route mais aussi et surtout aux automobilistes, motards et cyclistes qui s'arrêtaient pour les prendre en photo, tout comme en arrivant au mythique col du Tourmalet qui est le col des Pyrénées le plus emprunté par les coureurs du tour de France cycliste "la Grande Boucle" où cyclistes amateurs et touristes se bousculaient pour se prendre en photo sous la statue d’Octave Lapize, le "Géant du Tourmalet" qui a été le premier coureur à franchir le col du Tourmalet lors du Tour de France de 1910.

    Carte IGN 1:25000 Néouvielle Vallée d'Aure Parc National des Pyrénées 1748 ET.

    Voir galerie photos Cirque de la Passade de la Néou


  • Commentaires

    1
    dinosaure
    Samedi 14 Août 2021 à 11:58

    Hello Robert...

    bravo...mais...

    Ca m'étonne que tu n'ais pas gravi le pic de beauté...

    tu étais au pied...et il t'irait comme un gant ^^

    car comment résister devant tant de...beauté...

    Bon courage et bonnes randos...

    Dino

      • Lundi 30 Août 2021 à 12:41

        Salut et merci Dino,

        Pour cette beauté sans pareille  ^^ je n'ai pas voulu mettre les gants...

        Trop de cailloux dans ce secteur où je ne pense pas revenir.

        J'espère que tu profites à "bloc" de tes grandes vacances.

        Amitiés

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Lagrole
    Samedi 14 Août 2021 à 22:13
    Aupa Robert Superbes images d’un coin minéral et pourtant rafraîchissant.Les crêtes sont impressionnantes. Le même jour, je terminais mes vacances maussades par la classique crête d’Otsogorrigaina. On n’a pas eu froid ! Amicalement
      • Lundi 30 Août 2021 à 13:36

        Aupa ta milesker Peio,

        Cette journée a été très chaude, j'ai eu la chance d'effectuer une partie de la montée à l'ombre.

        A l'Otchogorrigagna, avec le panorama qu'il offre, tu as dû être victime d'une dilatation des pupilles oh

        Amitiés

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :