•    

      

      

    * 1 septembre 2018, depuis la bordure de la piste du ibón de los Asnos (1870 m.), 8 kilomètres après son début à l'entrée du village de Hoz de Jaca, en continuant à suivre cette piste direction Nord-Nord-Est, pour laisser filer la piste qui descend à gauche vers l'arrivée de la télécabine Panticosa-Puntal de los Petros, virer au Sud puis Est-Nord-Est, après avoir traversé la crête Nord du pico Mandilar ou Punta Narronal prendre une direction générale Sud-Sud-Est (1970 m.) et en suivant laisser filer à gauche la piste qui mène au ibón de Sabocos (1980 m.) pour grimper raide sur celle de droite qui s'adoucit ensuite pour mener en direction générale Sud-Sud-Est au ibón de los Asnos (2060 m., nommé ibón deros Asnos  et coté 2050 par Prames), continuer sur la piste qui le longe maintenant au-dessus de la rive droite pour virer vers l'Est en débutant une légère descente, la quitter à hauteur de deux cairns (2100 m.) pour remonter à flanc direction générale Sud-Est, passer à gauche et à l'Est du sommet coté 2286 par l'IGN espagnol (2284 par Prames) pour descendre au petit col (2260 m.) qui ferme la partie Nord-Est d'une cuvette occupée tardivement par un névé recouvrant un petit lac, remonter à flanc direction Sud-Sud-Est pour atteindre des zones d'éboulis croulants que l'on remonte direction Sud vers les murailles qui ferment le cirque puis direction Est-Sud-Est (2500 m.) sur un immense pierrier de couleur ocre par endroits croulant, parvenir à la base d'un raide couloir (2570 m.) et le remonter jusqu'à parvenir sur la crête (2660 m.) que l'on suit à droite, escalader une falaise de couleur grise par une cheminée facile puis atteindre la crête principale (2725 m.) qui mène à gauche, direction Est, au sommet de la Peña Sabocos (2757 m. par l'Editorial Alpina ou 2755 m. par l'IGN espagnol et Prames) et revenir par le même itinéraire.

    Parti à 8 h30, en manque de montagne depuis plus d'un mois, pour soigner ma "sinusite maxillaire droite" de 9 h15 à 9 h30 je réalisais une pause à hauteur du ibón de los Asnos. Peu après avoir quitté la piste, je croisais un jeune couple de sympathiques montagnards ossalois de Laruns qui avait passé la nuit au sommet de la Peña Sabocos et à peine plus haut un randonneur espagnol qui me confiait avoir été plus impressionné dans la descente du couloir situé au-dessus des pierriers que par le passage du Paso del Caballo au Ballibierna. Après avoir remonté les pierriers de couleur ocre, par endroits croulants, j'ai opté pour remonter à gauche un raide couloir bordé de rochers, d'abord en m'appuyant sur les rochers solides de droite puis sur ceux du milieu pour terminer sur les rochers de droite et où les mains seront constamment utilisées. Tester toutes les prises et bien assurer mes appuis y a été impératif car la roche est par endroits friable, branlante et certains morceaux ne demandaient qu'à partir. Après ce couloir, un court passage en crête vient buter au pied d'une falaise de couleur grise presque verticale. Pour la franchir je vais utiliser la cheminée de gauche haute d'environ 5 mètres suivie d'une plus courte et pour la descente j'utiliserai une fissure plus fine à droite (à gauche dans le sens de la descente). A 12 h40 je parvenais au sommet de la Peña Sabocos qui offre un immense panorama. A 13 h15 je quittais le sommet pour réaliser une descente prudente et faire une pause rafraîchissante de 15 heures à 15 h15 sur le névé situé dans la cuvette au Sud du petit col (2260 m.). Je retrouvais ma voiture à 15 h50 après un dénivelé positif d'environ 950 mètres pour autant de négatif et une belle journée ensoleillée glasses .

    Cartes Editorial Alpina 1:40000 Valle de Tena Sierra de Tendeñera Peña Telera, Editorial Alpina 1:25000 Valle de Tena Panticosa - Sallent, Prames 1:25000 Valle de Tena et IGN (Instituto Geográfico Nacional) espagnol.

    Voir galerie photos Peña Sabocos 1 09 2018


    votre commentaire
  •    

      

    * 30 juillet 2018, depuis le parking de l'Orri (1860 m.) au Nord-Est de Vaqueira (Baqueira), pour traverser direction Est-Sud-Est en rive droite le vallon boisé de l'Arriu Malo, remonter Est la combe passant à gauche de deux mamelons boisés, traverser un plateau avec petit lac, remonter pour passer au-dessus et au Nord de l'Estanh de Baish de Bacivèr (2130 m.), remonter à gauche Est et à flanc le vallon situé entre deux bosquets, passer hors sentier au Sud du mamelon coté 2337 puis au-dessus de la rive gauche et au Sud des Estanhs deth Rosari de Bacivèr (2340 m.), puis monter au Sud-Est à la Collada dels Estanys del Rosari ou col de Rosari (2507 m.) afin d'y suivre la crête à gauche direction Nord pour passer aux sommets cotés 2546 et 2540 avant de parvenir au sommet du Tuc de Marimanha ou pic de Marimanya (2679 m.) et revenir avec quelques variantes assez proches de l'itinéraire de montée pour passer sur le flanc Occidental du sommet coté 2546, longer les rives gauches des Estanhs deth Rosari de Bacivèr (2318 m.) et (2311 m.) pour ensuite suivre les rives du torrent, passer au déversoir de l'Estanh de Baish de Bacivèr et suivre la rive droite de l'Arriu Malo et enfin traverser l'Arriu Malo (1980 m.) pour terminer en suivant la piste qui longe la rive gauche.

    Parti à 6 h55, à 9 h50 je faisais une pause à la Collada dels Estanys del Rosari ou col de Rosari. J'ai suivi l'intégralité de la crête qui mène de la Collada dels Estanys del Rosari ou col de Rosari au sommet du Tuc de Marimanha ou pic de Marimanya. Cette crête, large et recouverte de blocs granitiques après le premier sommet, devient étroite et par endroits aérienne. Dans certaines portions il faudra s'aider des mains en testant les prises car quelques blocs ne demandent qu'à partir bad , cette crête est bien détaillée par l'Institut Cartogràfic i Geològic de Catalunya (ICGC) qui donne les cotes suivantes, du Sud au Nord: Col de Rosari (2506,9 m.), sommet suivant (2543,1 m.), collada dels Estanys de Rosari (2512, 7 m.), sommet suivant (2526,4 m.), col (2521,8 m.) suivi d'une cuvette suspendue (2517,9 m.), sommet suivant (2555,8 m.), col (2544,1 m.), sommet suivant (2580,2 m.), col (2577 m.), sommet suivant (2641,3 m.), col (2632,8 m.), sommet suivant (2670,7 m.), col (2664,8 m.) et sommet du Tuc de Marimanha (pic de Marimanya) (2679,3 m.). De 11 h20 à 12 heures j'étais au sommet du Tuc de Marimanha ou pic de Marimanya. Après une pause à l'Estanh det Rosari de Bacivèr (2318 m.), où j'étais invité à l'apéro (excellent vin blanc de 16°) par un sympathique groupe d'une dizaine de randonneurs accompagnés de leur guide catalan des Pyrénées-Orientales que j'avais dépanné avec le tire-bouchon de mon couteau suisse cool , je réalisais une nouvelle pause à l'Estanh de Baish de Bacivèr de 15 h10 à 15 h30. Je retrouvais ma voiture à 16 h15 après un dénivelé positif d'environ 950 mètres pour autant de négatif et une chaude journée ensoleillée glasses .

    Carte Editorial Alpina 1:40000 Val d'Aran et Institut Cartogràfic i Geològic de Catalunya (ICGC).

    Voir galerie photos Tuc de Marimanha ou pic de Marimanya


    4 commentaires
  •    

       

    * 18 juillet 2018 depuis l'aire de stationnement du plateau de Pountas (1459 m.) au terminal de la route D 920 au Sud de Cauterets pour aller remonter direction générale Ouest la rive gauche du gave du Marcadau et à hauteur du Chalet Refuge du Clot (1522 m.) traverser les passerelles qui enjambent les deux bras du gave du Marcadau, suivre la piste à droite direction générale Ouest, passer près du lac du Paradis (1619 m.), descendre Ouest vers la rive droite du gave pour la longer direction Sud-Sud-Ouest, quitter la piste qui mène au refuge Wallon pour traverser le pont du Cayan (1630 m.) et remonter en lacets direction générale Ouest puis Nord (1800 m.) la Coste de Castet Abarca, virer Ouest-Sud-Ouest (1900 m.), ignorer une bifurcation à droite (1980 m.), continuer vers les lacs de l'Embarrat, parvenir au petit col (2060 m.) situé à l'Ouest d'un sommet coté 2081 qu'on laisse à gauche, basculer sur l'autre versant à droite pour aller longer Ouest-Nord-Ouest la rive gauche du lac inférieur (2076 m.) puis celle du lac supérieur (2139 m.) pour virer à droite plein Est, ignorer la bifurcation de droite qui mène au "Col de la Haougade - Ilhéou" et continuer à gauche Ouest  "Lac du Pourtet" (2220 m.), pour remonter en rive gauche du ruisseau du Pourtet, passer près d'un petit lac (2307 m.) avant de parvenir au lac du Pourtet (2420 m.) et revenir par le même itinéraire jusqu'à hauteur du pont du Cayan qu'on ne traverse pas afin de suivre Nord-Nord-Est la rive gauche du gave du Marcadau pour passer près de la cabane du Marcadau (1621 m.), infléchir Nord-Est puis Est (1609 m.), passer au plateau du Clot puis près du Chalet Refuge du Clot (1522 m.) où on retrouve l'itinéraire de montée.

    Parti de nuit à 5 h50, après avoir suivi la piste qui mène au refuge Wallon en longeant la rive droite du gave du Marcadau, je traversais le pont du Cayan à 7 heures. A 8 h45 je parvenais au lac inférieur de l'Embarrat où je réalisais une pause d'un quart d'heure. Le souffle et la forme n'étaient pas au rendez-vous ouch . A 10 h35 j'arrivais enfin au lac du Pourtet, 4 h45 après mon départ alors que certains guides donnent 3 h15. Je pensais revenir en passant par le lac Nère et le refuge Wallon, ce qui aurait fait un circuit d'une vingtaine de kilomètres, mais vu ma mauvaise forme et les prévisions météorologiques qui avaient annoncé sur Cauterets un  "temps généralement clair jusqu'à midi avec des averses et orages possibles l'après-midi",  je suis revenu tranquillement par l'itinéraire de montée. Au plateau du Clot la pluie s'invitait avec quelques coups de tonnerre. Pas de chance pour moi, en moins de 10 jours, ça faisait deux fois que le mauvais temps me rattrapait dans ce secteur erf . Je retrouvais ma voiture à 15 h25, après un dénivelé positif d'environ 1000 mètres pour autant de négatif. Coût du stationnement au parking du plateau de Pountas = 6,5 €uros. De retour à Pau, diagnostic de mon médecin: pharyngite !

    Carte IGN 1:25000 Vignemale Ossau. Arrens. Cauterets Parc National des Pyrénées 1647 OT.

    Voir galerie photos Lac du Pourtet 18 07 2018


    votre commentaire
  •   

      

      

    * 9 juillet 2018, depuis l'aire de stationnement du plateau de Pountas (1459 m.) au terminal de la route D 920 au Sud de Cauterets pour aller remonter direction générale Ouest la rive gauche du gave du Marcadau en passant par le Chalet Refuge du Clot (1522 m.), le plateau du Clot pour infléchir Sud-Sud-Ouest (1609 m.), passer près de la cabane du Marcadau (1621 m.), parvenir à hauteur du pont du Cayan (1630 m.) qu'on laisse à gauche pour remonter en lacets direction générale Ouest puis Nord (1800 m.) la Coste de Castet Abarca, virer Ouest-Sud-Ouest (1900 m.), ignorer une bifurcation à droite (1980 m.), continuer vers les lacs de l'Embarrat, parvenir au petit col (2060 m.) situé à l'Ouest d'un sommet coté 2081 qu'on laisse à gauche, basculer sur l'autre versant à droite pour aller longer Ouest-Nord-Ouest la rive gauche du lac inférieur (2076 m.) puis celle du lac supérieur (2139 m.) pour virer à droite plein Est, ignorer la bifurcation de gauche qui mène au "Lac du Pourtet" et continuer à droite Est "Col de la Haougade - Ilhéou" (2220 m.), contourner la base des Aiguilles de Castet Abarca, quitter le sentier du col de la Haougade (2250 m.) pour remonter le cirque glaciaire de Courounalas et rejoindre à l'Ouest un petit lac (2285 m.), continuer direction Nord, virer Ouest-Nord-Ouest (2320 m.) pour atteindre le col de Courounalas (2457 m.) et revenir, après un petit détour (2500 m.) sur le flanc Occidental du pic de Courounalas, par le même itinéraire avec deux variantes, la première qui évite le crochet situé au-dessus du lac supérieur d'Embarrat pour arriver sous son déversoir, et la seconde en traversant le pont du Cayan pour longer la rive droite du gave du Marcadau et passer près du lac du Paradis afin de retrouver l'itinéraire de montée après avoir traversé les passerelles qui enjambent les deux bras du gave du Marcadau.

    Parti de nuit à 5 h55 avec l'intention d'aller vers les lacs de l'Embarrat, parvenu à hauteur du Chalet Refuge du Clot, j'ai quitté l'itinéraire normal qui mène au pont du Cayan par la rive gauche du gave du Marcadau pour monter à l'Ouest-Nord-Ouest afin de passer près de la cabane de Porcabarra, adossée à une falaise près de l'entrée du ravin de Porcabarra. De retour sur l'itinéraire normal, je passais près du pont du Cayan à 7 h15 pour suivre l'itinéraire des lacs de l'Embarrat. A 9 heures j'arrivais au lac inférieur de l'Embarrat où j'ai remis sur le bon itinéraire deux randonneurs qui étaient partis du Chalet Refuge du Clot pour rejoindre le refuge d'Ilhéou. Ils avaient raté la bifurcation pour le col de la Haougade située vers 1980 mètres, qui n'est pas matérialisée sur le terrain. J'ai sorti ma carte au 1:25000 et on a pu voir qu'un autre sentier, situé au-dessus du lac supérieur de l'Embarrat, menait au col de la Haougade. Je décidais aussi de suivre ce sentier pour aller faire un tour au lac sans nom situé dans le cirque Oriental du col de Courounalas. Après une traversée presque horizontale pour contourner la base des Aiguilles de Castet Abarca avec traversée de plusieurs pierriers et passage près d'un laquet, je quittais le sentier du col de la Haougade pour monter hors traces dans le cirque glaciaire de Courounalas et après passage près d'un autre laquet, à 10 h40 je parvenais au petit lac sans nom coté 2285. Superbe cadre sous les Aiguilles de Castet Abarca, quand les nuages décidaient de ne plus les cacher. Poussé par ma curiosité, je décidais de voir s'il y avait un passage pour accèder au col de Courounalas. En louvoyant pour éviter les obstacles, j'ai eu la surprise de voir quelques rares cairns, maintenant il y en a un peu plus. Après voir traversé quelques pierriers et névés, à 11 h25 j'étais au col de Courounalas. Dans le brouillard et sous quelques gouttes de pluie, j'ai suivi un vague sentier qui remonte sur le flanc Occidental du pic de Courounalas mais étant bien humide, devenant dégradé et diffus, par endroits recouvert d'herbe (Gispet) couchée et mouillée, dominant des à-pics vertigineux, vers 2500 mètres je n'ai pas voulu continuer vers ce qui pouvait ressembler à un suicide. Le Gispet ou Fétuque eskia (Festuca eskia) est une graminée endémique de la haute montagne pyrénéenne que j'ai surnommé: "Gispet la gueule". Dans ma prudente descente retour vers le col de Courounalas où les traces du sentier étaient plus évidentes vues du haut, une trouée dans les nuages m'a donné raison en me faisant voir à quoi ressemblait le flanc Occidental du pic de Courounalas. Pour faciliter le retour dans le brouillard vers le sentier du col de la Haougade, en plus des cairns j'avais réalisé un fléchage à la craie. Après une pause restauration de 13 h15 à 13 h45, avec en musique de fond quelques coups de tonnerre yes , je passais à 15 heures sur le pont du Cayan pour suivre la rive droite du gave du Marcadau et retrouver ma voiture à 16 h10 après un dénivelé positif d'environ 1150 mètres pour autant de négatif. Coût du stationnement au parking du plateau de Pountas = 6,5 €uros.

    Carte IGN 1:25000 Vignemale Ossau. Arrens. Cauterets Parc National des Pyrénées 1647 OT.

    Voir galerie photos Col de Courounalas par les lacs de l'Embarrat


    2 commentaires
  •   

      

      

    * 25 juin 2018, depuis l'aire de stationnement située à l'entrée de la station d'Arette la Pierre Saint-Martin  (1640 m.), en suivant direction générale Sud la piste à gauche du télésiège des Sapins pour rejoindre la piste balisée rouge et blanc du GR 10 afin de la suivre à gauche, passer au Pas de Single, au plateau de Pescamou (1767 m.) où on laisse filer le GR 10 direction Est pour continuer sur la piste en direction Sud-Est puis Sud-Ouest, passer près des cabanes de Pescamou (1815 m.) puis direction générale Est traverser l'Arre de Soum Couy, parvenir au terminal de la piste du "Boulevard des Pyrénées" à la station d'arrivée du télésiège Soum Couy (2153 m.), remonter direction générale Sud-Sud-Est (cairns et balises trait jaune), passer à la cote 2245 pour infléchir direction Sud vers la crête que l'on suit Ouest-Sud-Ouest jusqu'au sommet du pic du Soum Couy (2315 m.), retour par l'itinéraire de montée jusqu'à hauteur du gouffre de l'Ours où on suit à droite la piste qui, en direction générale Nord, descend vers l'Arre Planère puis direction Ouest va rejoindre l'itinéraire de montée à hauteur du télésiège du Braca 

    Parti à 7 h05, en remontant par les pistes de ski recouvertes de rochers concassés damés, et après avoir rejoint l'itinéraire balisé roiuge et blanc du GR 10, je passais auprès des cabanes de Pescamou. Il y a désaccord entre la carte IGN qui mentionne, à l'entrée du plateau de Pescamou (1767 m.), la bifurcation de l'itinéraire du GR 10 vers l'Est et le piquet de signalisation situé plus haut et plus au Sud, près des cabanes de Pescamou (1815 m.), qui signale "Pescamou Alt. 1767 m" avec un écriteau qui signale l'itinéraire du "GR 10 Traversée des Pyrénées" continuant vers le Sud. Ce piquet devrait être situé plus bas, à l'entrée du plateau de Pescamou pour éviter aux randonneurs qui réalisent la traversée sur le GR 10 de tomber dans le panneau... Après avoir traversé plusieurs névés, certains plus par nécessité de soulager mes genoux, je réalisais une pause de 10 minutes à la station d'arrivée du télésiège Soum Couy. Pour la suite de la montée, n'ayant pas voulu suivre l'itinéraire balisé qui traversait le lapiaz par endroits sur des névés qui ne m'inspiraient pas confiance, j'ai préféré passer sur les rochers et enjamber les crevasses de cette zone lapiazée pour ensuite traverser un dernier névé sur pelouse donnant accès à la crête Nord-Est du pic du Soum Couy. A 10 heures j'étais au sommet près duquel un sympathique randonneur navarrais (de Navarrenx) qui avait "carburé" à la montée, faisait un "plein des sens" gratuit... Un magnifique panorama nous était offert. Après avoir quitté le sommet à 10 h45, juste sous la station d'arrivée du télésiège Soum Couy, j'ai croisé deux jeunes randonneurs qui pensaient être en train de gravir le pic d'Anie. Leur ayant signalé leur erreur et vu qu'ils étaient en chaussures trainings, sans crampons, sans piolet et sans bâtons eek , je leur ai conseillé de se contenter de gravir le pic du Soum Couy où le panorama est superbe. Le randonneur navarrais me rejoignait un peu plus bas et m'accompagnait sur la fin de l'itinéraire jusqu'à sa voiture garée à hauteur des derniers chalets de la station. Après avoir fait un brin de causette, ainsi qu'avec trois toulousain(e)s en promenade croisés au-dessus de la station, je retrouvais ma voiture à 13 h05 après un dénivelé positif d'environ 700 mètres pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses .

    Carte IGN 1:25000 Ossau Vallée d'Aspe Parc national des Pyrénées 1547 OT.

    Voir galerie photos Pic du Soum Couy 25 06 2018


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires