•  

    * 18 décembre 2016 depuis le parking (1060 m.) situé en bordure de la piste une centaine de mètres avant la passerelle cotée 1066 de Pée Nouqué Grange, à l'Est d'Aydius, en suivant un large chemin herbeux parallèle et sur la gauche de la piste pour remonter direction générale Sud en suivant le sentier qui lui fait suite et qui entre en forêt, après avoir traversé l'Arigalos ruisseau, il remonte une croupe entre deux ruisseaux pour passer, toujours direction Sud, à la cote 1200 et sortir du bois à la cote 1347, pour remonter Sud-Sud-Est le vallon en rive droite en direction du col de la Taillandère et passer à la cabane Cure-det-Cam (1600 m.), où on abandonne le sentier pour remonter une ravine parallèle et en contrebas de la ligne de crête en direction Sud-Est, infléchir à l'Est (1750 m.) afin de prendre pied sur la crête Nord-Ouest du pic Lasnères et la suivre jusqu'au sommet (2000 m.), revenir en suivant la crête Nord-Ouest jusqu'à rencontrer le sentier venant du col d'Arrioutort (1650 m.) qui mène à gauche Sud-Sud-Ouest à la cabane Cure-det-Cam (1600 m.) où on retrouve l'itinéraire de montée qui ramène au point de départ.

    Partis à 8 h45 avec Odile et Pierre depuis l'aire de stationnement située dans le virage en épingle (850 m.) en bordure de la route des Salars à l'Est d'Aydius, nous ne marcherons pas 5 minutes qu'une voiture s'arrêtera à notre hauteur. Yvette la conductrice, qui était avec sa chienne Diane, nous signalera que la suite de la route qui mène à la grange Pée Nouqué n'était plus interdite et elle nous proposera de nous y transporter. Nous ne refuserons pas cette gentille offre yes cool et c'est donc depuis la nouvelle aire de stationnement marquée d'un panneau "Parking" que nous démarrerons cette randonnée à 9 heures en compagnie de Yvette et de sa chienne Diane. Après une rapide remontée, nous ferons une pause à la sortie de la forêt de 9 h30 à 9 h45. Nous trouverons de nombreuses portions enneigées à partir de 1400 mètres puis de la neige continue et de la glace à partir de 1570 mètres, peu avant d'arriver à la cabane Cure-det-Cam. De 10 h15 à 10 h30 nous ferons la visite de cette cabane. Dans la ravine peu prononcée, parallèle et en contrebas de la ligne de crête, située au-dessus, nous y utiliserons les crampons et le piolet à partir de 1640 mètres. Sur la crête Nord-Ouest du pic Lasnères, la qualité de la neige devenant "galère", on s'y enfonçera par endroits jusqu'aux genoux, j'échangerai les crampons par les raquettes qui ne quitterons pas mes pieds jusqu'au sommet où nous parviendrons à 11 h50. Après avoir apprécié le beau panorama qui nous était offert, nous ferons une pause restauration avant de commencer notre descente retour à 13 h10. Je quitterai les raquettes en arrivant sur le sentier venant du col d'Arrioutort. De 13 h50 à 14 h15 nous réaliserons une visite de la cabane secondaire de Cure-det-Cam pour retrouver notre second point de départ à 15 heures après un dénivelé positif de 940 mètres pour autant de négatif par une journée fraiche mais bien ensoleillée glasses .

    Carte IGN 1:25000 Oloron-Sainte-Marie Vallée d'Aspe 1546 OT.

    Voir galerie photos Pic Lasnères 18 12 2016


    votre commentaire
  • * 11 décembre 2016 depuis le virage en épingle, situé juste après la barrière canadienne, de la route forestière de Gouetsoule (1120 m.) à l'Est de Claverie Jean et au Sud-Est de la Maison Blanche (ne vous TRUMPez pas, pas celle de Washington où réside le président des Etats-Unis d'Amérique mais celle d'Urdos où habitait un résident des états), remontée Est-Nord-Est pour aller traverser le pont de Coustey qui enjambe le ruisseau de Larry (1200 m.), continuer direction Est, passer près de la confluence des ruisseaux de Yerre et de Larry (1238 m.), traverser le ruisseau de Yerre (1280 m.) pour continuer direction générale Sud-Est en rive droite du vallon de Larry, traverser la passerelle qui enjambe le ruisseau de Larry (1715 m), passer près des cabanes de Larry (1724 m.) et du refuge de Larry (1750 m.), continuer direction générale Est, traverser le ruisseau de Larry (1780 m.), laisser à gauche le col de la Hourquette de Larry et continuer Est-Sud-Est pour remonter une raide pente (large couloir 40° sur la fin) et parvenir à une brèche nommée par certains Hourquette de Larry (2140 m.), monter à droite Sud en suivant la crête pour passer à la cote 2241 puis parvenir sur un petit sommet rocheux de la crête Nord du pic de Larry (2265 m.), descendre Nord-Est jusqu'au col d'Ayous (2201 m.) pour y faire une traversée à flanc direction Ouest afin de retrouver l'itinéraire de montée sur la crête située au-dessus de la brèche nommée par certains Hourquette de Larry.

    Parti avec Eric à 8 h40 avec l'objectif d'aller si possible au col d'Ayous, nous trouverons la neige à partir de 1400 mètres et comme par endroits elle était glacée nous utiliserons les crampons à partir de 1450 mètres. Un peu plus haut nous traverserons un gros couloir d'avalanches, large saignée dans la forêt, vide d'arbres car les végétaux arrachés par les puissantes avalanches forment un vrai mikado au fond du ravin du ruisseau de Larry. Nous parviendrons à 10 h20 au refuge de ou du Larry où il y avait un groupe d'une vingtaine de randonneurs de Cestas.qui allait monter au Soum de la Hourquette de Larry. Nous ferons une pause d'une vingtaine de minutes devant ce joli refuge qui appartient au Parc National des Pyrénées et qui a été rénové cette année avec l'appui de l'Association des Amis du Parc National. La fin de la montée du large couloir qui permet d'atteindre la crête à la brèche nommée par certains Hourquette de Larry est très raide (40° sur la fin) et la qualité de la neige n'étant pas au top, on s'enfoncera par endroits jusqu'aux genoux ouch . Au-dessus de la brèche nous aurons une neige par endroits poudreuse, croûtée ou glacée arf erf et nous parviendrons à 12 h30 sur le petit sommet rocheux de la crête Nord du pic de Larry qui offre un superbe panorama. Nous débuterons la descente à 12 h50 et après avoir descendu le large et raide couloir situé sous la brèche nommée par certains Hourquette de Larry nous ferons une pause restauration à 2030 mètres à 13 h25. Nous repartirons à 14 h30 les raquettes aux pieds pour repasser au refuge de Larry à 15 heures afin d'y récupérer de l'eau. Nous retirerons les raquettes à 1400 mètres pour retrouver la voiture à 16 heures après un dénivelé positif d'environ 1150 mètres pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses .

    Carte IGN 1:25000 Ossau Vallée d'Aspe Parc National des Pyrénées 1547 OT.

    Voir galerie photos Col d'Ayous 11 12 2016


    votre commentaire
  • * 3 décembre 2016, depuis l'aire de stationnement de l'Araille (1720 m.) en bordure de la route D 934 sous le col du Pourtalet et au-dessus de Gabas, en descendant au Sud-Ouest pour traverser la passerelle qui enjambe le ruisseau du Pourtalet pour continuer direction Ouest-Sud-Ouest et passer près du Centre Pastoral, près des anciennes mines de Fluor, pour ensuite traverser le ruisseau au Sud de la cote 1901 afin de remonter direction générale Sud-Sud-Ouest le vallon de Houn de la Glère, passer sur le flanc Nord-Ouest de la Pène de Mauhourat pour aller chercher la crête au Sud de ce sommet et la suivre Sud-Ouest puis Nord-Ouest jusqu'au sommet du pic d'Anéou (2364 m.), continuer en suivant la crête frontière Ouest-Nord-Ouest, passer sur un sommet intermédiaire (2345 m.), au col suivant (2330 m.), remonter jusqu'au sommet de la Peña Blanca (2367 m. ou 2365 m. donnés par Editorial Alpina ou 2366 m. donné par SIGNA IGN espagnol), descendre Nord-Est jusqu'au col de la Glère (2250 m.) et continuer dans la même direction en suivant une succession de petits vallons qui permettent de retrouver l'itinéraire de montée dans le vallon de Houn de la Glère (2020 m.), le quitter un peu plus bas (1900 m.) pour poursuivre direction Est en pente douce au-dessus de la rive droite du ruisseau afin d'aller le traverser à hauteur des ruines de la cabane Sacaze, après une courte descente plein Nord, pour atteindre l'entrée du plateau de la cabane Lalagüe, où on récupère l'itinéraire de montée qui ramène au point de départ.  

    Partis avec Odile et Pierre à 8 h35, après avoir abandonné le "Grand Boulevard" menant vers le Plaa de la Gradillère en allant traverser le ruisseau au Sud de la cote 1901, la neige croûtée nous fera utiliser les crampons et le piolet à l'entrée du vallon de Houn de la Glère vers 1900 mètres, au pied des coulées de neige des falaises de la rive droite. Ensuite nous éviterons les deux fonds de cuvettes garnis de gros blocs, le premier par la gauche et le second par la droite, la neige y dissimulant des trous bad  il serait dangereux de vouloir naviguer entre les blocs. Ces deux cuvettes sont suivies par de raides pentes où par endroits une trentaine de centimètres de neige poudreuse dissimulait une couche de neige glacée "béton" frown . Après avoir remonté la crête sommitale sur de la neige par endroits croûtée et glacée ouch , nous atteindrons le sommet du pic d'Anéou, objectif du jour, à 11 h30. Deux skieurs espagnols nous y rejoindront. Après avoir profité du superbe panorama, nous déciderons à l'unanimité de poursuivre vers la Peña Blanca et à11 h50 nous commencerons la traversée de la crête. Pas des vacances ! pour y croiser dans le ressaut les skieurs portant leurs skis ou ceux qui les attendaient au pied du ressaut et après une belle course de crête nous parviendrons au sommet de la Peña Blanca à 12 h10 où un sympathique couple de skieurs espagnols nous accueillera en nous proposant une boisson chaude yes . Sur ce sommet, qui offre également un superbe panorama, mon altimètre donnera deux mètres de plus qu'au sommet du pic d'Anéou. A 12 h30 nous commencerons la descente retour et j'utiliserai les raquettes vers 2330 mètres jusqu'à atteindre une petite cuvette située sous le col de la Glère, bien abritée du vent, où nous ferons une pause restauration de 12 h45 à 13 h40. Pour éviter de faire plusieurs fois l'échange crampons raquettes, comme mes supers coéquipiers cool cool , j'utiliserai les crampons dans la portion de descente constituée d'une succession de petits vallons plus ou moins raides. Vers 1900 mètres, à la sortie du vallon de Houn de la Glère, sur de la neige moins portante j'utiliserai les raquettes. Ensuite, au lieu de traverser le ruisseau, nous rejoindrons le "Petit Boulevard" créé par les nombreuses traces de skis et raquettes qui, en pente douce et au-dessus de la rive droite, ramène plein Est vers les ruines de la cabane Sacaze. Parvenus à hauteur des ruines de la cabane, dissimulées par la neige, nous descendrons une pente courte mais raide pour aller traverser le ruisseau en partie recouvert de glace afin de retrouver le "Grand Boulevard" de la rive gauche qui nous ramènera à l'aire de stationnement de l'Araille. Nous terminerons tranquillement notre "course"  à 15 heures après un dénivelé positif d'environ 800 mètres pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses .

    Cartes IGN 1:25000 Ossau Vallée d'Aspe Parc National des Pyrénées 1547 OT et IGN espagnol Signa.

    Voir galerie photos Crête Pic d'Anéou - Peña Blanca 3 12 2016

    Voir panorama du sommet du pic d'Anéou

    Voir panorama annoté du sommet du pic d'Anéou


    votre commentaire
  •  

    * 30 novembre 2016 depuis le parking des ventas du Portalet (col du Pourtalet) (1790 m.) en suivant Sud-Sud-Est la bordure de la route A-136 jusqu'au parking de Espelunciecha ou de Portalet (1750 m.) de la station de ski de Formigal, pour traverser le pont qui enjambe le Barranco del Bacarizal (1700 m.), passer à gauche du départ du télésiège de Espelunciecha et aller remonter Ouest-Sud-Ouest le vallon du Barranco de Espelunciecha en longeant la bordure de la piste bleue "Rinconada" pour passer à la Mallata de Espelunciecha (1900 m.), continuer Ouest pour parvenir au Puerto de la Canal Roya (2145 m.), y virer à gauche direction Sud-Sud-Est et passer à la cote 2168, au col coté 2193 pour gravir au Nord le dôme coté 2212 et nommé par certains Punta Sur del Puerto de la Canal Roya, revenir au col coté 2193 pour y continuer vers le Sud et passer sur le dôme coté 2226, puis Sud-Est parvenir au Cuello de Espelunciecha (2190 m.) pour y remonter plein Est la crête qui mène au sommet de Espelunciecha Oriental ou Los Farallones ou Faballones ou encore Punta Alta de los Faballones (2240 m., ou 2246 m. ou encore 2247 m. selon les cartes), revenir sans passer sur les dômes au Puerto de la Canal Roya (2145 m.) pour continuer Nord-Nord-Ouest, passer au dôme coté 2152, puis Nord-Nord-Est au col coté 2146 et aller gravir au Nord-Nord-Est Las Gralleras Sur ou Las Gralleras Sud (2202 m. ou 2204 m. selon les cartes), revenir au col coté 2146 pour y retrouver les pistes qui ramènent au parking de Espelunciecha ou de Portalet (1750 m.) et suivre la bordure de la route A-136 afin de retrouver la voiture au parking des ventas du Portalet (Pourtalet).

    Je pensais pouvoir garer ma voiture au parking de Espelunciecha ou de Portalet mais la route qui y mène depuis le rond-point de la route A-136 était recouverte de neige glacée oh , je suis donc revenu vers la France pour la garer sur le parking des ventas du col du Pourtalet. Parti à 8 h45, avec une température de - 4°C, en longeant la bordure de la route, je passais par le bâtiment situé près du départ du télésiège de Espelunciecha, où se trouvaient les employés de la société Aramon (gestionnaire des pistes de ski de la station de Formigal) qui m'ont autorisé à utiliser les bordures des pistes qu'ils étaient en train de préparer pour la proche ouverture de la saison de ski. Toute la suite de la randonnée sera réalisée en raquettes à neige. De 10 heures à 10 h10 je réalisais une petite pause au Puerto de la Canal Roya. De 10 h20 à 10 h35 je profitais du beau panorama qui m'était offert par la Punta Sur (Pointe Sud) del Puerto de la Canal Roya où un sympathique skieur de randonnée, basque de Donostia, me rejoindra. Il se rendra vers la Punta Espelunciecha qu'il gravira par le couloir Nord. Après un parcours en montagne russe sur un superbe "plateau" je parvenais au sommet de Espelunciecha Oriental ou Los Farallones ou Faballones ou encore Punta Alta de los Faballones à 11 h05 pour en repartir à 11 h20 chargé de superbes images. Lors du retour vers le Puerto de la Canal Roya j'ai croisé trois français en ski de randonnée, qui cherchaient le couloir pour atteindre le beau sommet près duquel nous étions et dont ils ne connaissaient pas le nom. C'était le couloir Nord de la Punta Espelunciecha où était passé le basque de Donostia. La trace leur était faite et pour eux il s'agissait d'un plan B car ils devaient monter au pic d'Anéou par le couloir Sud exposé au soleil. Ils ont fait un bon choix car le raide versant Sud du pic d'Anéou était à moitié déneigé. De 12 h15 à 12 h25 j'étais au sommet de Las Gralleras Sur ou Las Gralleras Sud et après une bonne descente, à 13 h15 je passais sur le pont près du parking de Espelunciecha ou de Portalet où je discutais un moment avec le basque de Donostia. A 13 h30 je retrouvais ma voiture après un dénivelé positif d'environ 700 mètres pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses mais froide.

    Cartes 1:25000 Editorial Alpina Geo/Estel E-25 Valle de Canfranc Valle de Aísa Candanchú-Astún, 1:40000 Editorial Alpina Valle de Tena Sierra de Tendeñera Peña Telera et  IGN es Signa.

    Voir galerie photos Espelunciecha Oriental et Gralleras Sur


    2 commentaires
  • * 16 novembre 2016, depuis l'aire de stationnement située juste avant de franchir la barrière canadienne de l'entrée du vallon de Labrénère (1110 m.), au Sud de Lescun, pour suivre la piste qui longe la rive gauche de Labrénère ruisseau direction Sud, ne pas emprunter la passerelle cotée 1112, mais continuer sur la piste qui va traverser un peu plus au Sud, par un passage à gué, le Labrénère ruisseau (1115 m.) pour remonter le vallon rive droite, passer près de la fontaine de Lamatché (1270 m.), traverser au Sud-Ouest le Pont d'Itchaxe (1360 m.) qui enjambe le Labrénère ruisseau, remonter au-dessus de la rive gauche et passer près des cabanes d'Itchaxe (1450 m.), puis direction Ouest près des cabanes du Pénot (1530 m.), pour remonter en lacets et en rive gauche dans un étroit vallon en direction Ouest puis Sud pour déboucher à l'entrée d'un plateau (1690 m.), passer près des cabanes de Bonaris (1700 m.), suivre au Sud le sentier du col de Pau pour l'abandonner en prenant une direction Sud-Sud-Ouest (1770 m.) afin de remonter le vallon qui vire progressivement à l'Ouest pour atteindre la crête frontière (1970 m.) et la suivre à gauche Sud-Est, passer sur le dôme coté 1981; descendre au col situé au Sud-Sud-Est (1970 m.) pour remonter afin de parvenir au sommet de Cotdoguy (2019 m.) et revenir par le même itinéraire.

    Parti à 8 h45, peu après avoir quitté l'aire de stationnement, je passais près d'un panneau directionnel "Parc National à 0h.45 - Col de Pau 2h.45 - Refuge d'Arlet 5h.". A peine plus loin, il y avait une trentaine de chevaux encore en estive. Juste après la traversée du Pont d'Itchaxe, dans la remontée en forêt, un bruit de pas sur le sol boueux qui se rapprochait de moi m'a fait sursauter eek , j'ai tout de suite pensé à un des chevaux croisés un peu plus tôt. J'avais en souvenir ma randonnée dans ce secteur, du 18 octobre 2001, alors que je venais de relier le pic Lariste au pic de Burcq en suivant la crête frontière, dans la descente, juste au-dessus des cabanes du Pénot, un cheval blanc que j'étais en train de filmer a commencé à galoper après moi et après une course d'une centaine de mètres il s'est arrêté, heureusement !. Ce n'était pas un cheval mais un randonneur landais yes qui allait me doubler, il avait pour objectif le pic de Burcq. A 9 h55 je passais près des cabanes du Pénot puis, après avoir rencontré les premiers névés vers 1600 mètres, le sol était complétement enneigé à partir de 1650 mètres. De 10 h34 à 10 h45 je réalisais une petite pause aux cabanes de Bonaris. A partir de 1720 mètres j'utilisais les crampons et le piolet pour remonter le vallon situé entre Marmida et Cotdoguy et ce n'était pas un luxe car par endroits c'était de la glace "béton" et il fallait taper fort pour que les pointes des crampons mordent cette glace. De 12 heures à 12 h25 je savourais le beau panorama délivré par le "modeste" sommet de Cotdoguy et après une descente rapide mais prudente de 13 heures à 13 h35 je faisais une pause restauration dans la cour de la principale cabane de Bonaris, dotée de tables et bancs taillés dans la pierre. Juste avant l'entrée du bois sous les cabanes d'Itchaxe, deux patous agressifs sont venus vers moi bad bad , il n'y avait pas de troupeaux en estive dans le secteur, mais ils agissaient comme s'ils étaient de garde et malgré la menace de mes bâtons j'ai quand même dû faire un détour pour passer bien au-dessus d'eux et ils m'ont suivi à distance jusqu'à mon retour, sur un train rapide, à la voiture que je retrouvais à 14 h40. Selon l'article L211-23 du Code rural: "Est considéré comme en état de divagation tout chien qui, en dehors d’une action de chasse ou de la garde ou de la protection d’un troupeau, n’est plus sous la surveillance effective de son maître, se trouve hors de portée de voix de celui-ci ou de tout instrument sonore permettant son rappel ou qui est éloigné de son propriétaire ou de la personne qui en est responsable d’une distance dépassant cent mètres. Tout chien abandonné, livré à son seul instinct, est en état de divagation, sauf s'il participait à une action de chasse et qu'il est démontré que son propriétaire ne s'est pas abstenu de tout entreprendre pour le retrouver et le récupérer, y compris après la fin de l'action de chasse." yes . Randonnée de 920 mètres de dénivelé positif pour autant de négatif, effectuée dans le froid malgré une superbe journée ensoleillée glasses .

    Carte IGN 1:25000 Ossau Vallée d'Aspe Parc National des Pyrénées 1547 OT.

    Voir galerie photos Cotdoguy sur neige


    2 commentaires