• Sommet de Saubatou (2035 m.) suite de l'"immersion" en 1837

    * 15 février 2021, depuis l'aire de stationnement d'Aumet (1160 m.) au-dessus du hameau de Lhers, en suivant la route direction Sud-Sud-Ouest au-dessus de la rive droite du Labadie ruisseau pour passer près de la cabane de Pourcibo (1340 m.), juste après on suit le sentier fléché "Pic de Labigouer - Refuge d'Arlet" en direction générale Sud-Sud-Est pour traverser plusieurs fois la route, contourner par la gauche le "Rocher appelé le Caillaü" et passer au-dessus de la cabane det Caillau (1456 m.) pour suivre à l'Est le sentier fléché "Pic de Labigouer - Refuge d'Arlet" qui vire ensuite à droite pour prendre une direction générale Sud-Sud-Est et après une série de six virages en épingle on parvient à la bifurcation Labigouer-Arlet (1610 m.) où on laisse filer à gauche le sentier fléché "Col de Souperet - Pic de Labigouer" pour continuer en face direction Sud sur le sentier fléché "Col de Saoubathou - Refuge d'Arlet", réaliser une traversée à flanc toujours direction Sud pour atteindre et traverser le replat de Cambouet (1834 m.), puis aller chercher au Sud-Est le col situé au Sud du dôme coté 1987 et au Nord-Ouest du pic Rouge, passer sur le dôme (1987 m.) puis descendre Nord-Nord-Est au col de Saoubathou (1949 m.) où on suit la crête direction Nord puis on bascule sur le flanc Oriental avant d'atteindre le Sommet de Saubatou ou Sommet de Saoubathou (2035 m.) et revenir avec deux variantes, descente à partir du col de Saoubathou à l'Ouest-Sud-Ouest pour aller retrouver le replat de Cambouet puis passage près de la cabane det Caillau pour y suivre la route jusqu'à Aumet.

    Ce modeste sommet d'une proéminence de 47 mètres, coté 2035 et non nommé par ign fr, est situé au Sud-Est du Puits d'Arious et au Nord du col de Saoubathou. Il est nommé "Cambouet" et coté 2029 par mendikat.net, "Sommet de Saubatou" sur le cadastre napoléonien de 1837 d'Accous et "Sommet de Saoubathou" sur le cadastre napoléonien de 1837 de Borce.

    Randonnée réalisée sur neige avec utilisation des raquettes à partir de 1600 mètres, remplacées par les crampons et le piolet à partir de 1960 mètres sur la crête du Sommet de Saubatou.

    Parti à 7 h35 de l'aire de stationnement d'Aumet située près d'une cabane (nommée Cabane Aumet de bas sur le cadastre napoléonien), pour une suite d'"immersion" en 1837 vers la Montagne de Lacuarde (nom donné à cette montagne sur le cadastre napoléonien). Je passais à 8 h13 près de la cabane de Pourcibo (Cabane de la Poursiübe sur le cadastre napoléonien) à partir de laquelle je quittais la route pour suivre le sentier fléché "Pic de Labigouer - Refuge d'Arlet". Après avoir contourné par la gauche un immense rocher (Rocher appelé le Caillaü sur le cadastre napoléonien) je passais au-dessus de la cabane det Caillau pour réaliser une pause de 8 h41 à 8 h50 près du fléchage "Pic de Labigouer - Refuge d'Arlet". J'utilisais les raquettes à partir de 1600 mètres pour passer à la bifurcation Labigouer-Arlet à 9 h20. Un peu plus haut, la progression se déroule sur un secteur ayant un raide dévers (Et Hieret sur le cadastre napoléonien), les raquettes accrochaient bien et j'avais sorti le piolet. J'arrivais ainsi à l'entrée du replat de Cambouet à 10 h23 et sa sortie offrait une belle vue sur le vallon suspendu, parallèle à la crête frontière, où les cabanes "de Lacuarde" et "de Lapassarotte" (nommées ainsi sur le cadastre napoléonien) étaient enfouies dans la neige. En suivant des traces sur la neige et sous un vent glacial je continuais la progression face au "Col  des montagnes rouges" (nommé ainsi sur le cadastre napoléonien) pour virer à gauche et passer au col situé au Nord-Ouest du pic Rouge (Le Pic rouge sur le cadastre napoléonien), sur le dôme coté 1987 où les traces s'arrêtaient. Après être passé au col de Saoubathou (Col de Saubatou sur le cadastre napoléonien), à 11 h17 je réalisais une halte sur le début de la crête du Sommet de Saubatou pour changer les raquettes par les crampons. La traversée du versant Oriental est aérienne sur une raide zone enneigée et le franchissement de l'arête en neige dure a été délicat erf . Il y avait de violentes rafales de vent, les raquettes fixées au sac à dos leur offrant de belles prises et la chute étant interdite, j'ai terminé l'ascension en rampant à 11 h45. J'effectuais la descente du Sommet de Saubatou avec prudence en mettant plus de temps qu'à la montée. Dans de telles conditions, ce "petit" sommet est à négocier avec le matériel adéquat, sérieux et prudence doivent être de mise ainsi qu'une corde pour assurer ou rassurer. De retour au col de Saoubathou, j'ai réalisé une descente Ouest-Sud-Ouest pour aller retrouver le replat de Cambouet à l'Est du "Sommet de Soumas" et du "Sommet du Cambouet" (dômes nommés ainsi sur le cadastre napoléonien). Le "Col du Camy Junqué", la "Crête de Lacuette", le "Col de Lacuette" et le "Sommet des Curets" (nommés ainsi sur le cadastre napoléonien), situés sur la frontière, sont restés cachés toute la journée sous une bande de nuages. Après avoir "battu les oeufs en neige" et retiré les raquettes, de 13 h25 à 13 h55 je dégustais une bonne omelette et le reste... à 1600 mètres, au-dessus de la cabane det Caillau. A partir de cette cabane je suivais la route pour aller retrouver ma voiture à Aumet à 14 h56, après un dénivelé positif de 930 mètres pour autant de négatif et une belle journée assez bien ensoléillée où j'ai rencontré une famille de promeneurs dans le secteur det Caillau et à Aumet deux randonneurs qui revenaient du pic de Labigouer qu'ils avaient réalisé en boucle.

    Carte IGN 1:25000 Ossau Vallée d'Aspe Parc National des Pyrénées 1547 OT et cadastre napoléonien de 1837 d'Accous plus instructif pour être plus riche au niveau de la toponymie (voir au bas du résumé de la sortie: Montagne de Hieret (1800 m.), "immersion" en 1837).

    Voir galerie photos Sommet de Saubatou 15 02 2021


  • Commentaires

    1
    Dédé
    Jeudi 18 Février à 10:33

    Hello Robert, on explore le coin...

    C'est quand même plus facile avec notre bon 1/25000éme IGN qu'avec les cartes napoléoniennes, non?

    Amitiés.

      • Jeudi 18 Février à 11:18

        Salut Dédé,

        Connaissant un peu le secteur, c'était une navigation à l'ancienne wink2 .

        Le cadastre napoléonien d'Accous est super bien fait, il n'a pas les courbes de niveau comme l'ign mais il est beaucoup plus complet pour les noms et les reliefs qui y sont bien représentés et puis, sous la neige, les sentiers de l'ign disparaissent. Si tu n'utilises pas les anciennes cartes ign, certains noms, sentiers et altitudes ont aussi disparu des nouvelles.

        Amitiés et à bientôt

    2
    Damien
    Jeudi 4 Mars à 21:07

    Salut Robert,

    Tes pérégrinations sur les traces du cadastre sont très précieuses: c'est une super idée en tous cas, qui permet en effet de sauver de redonner vie à des mots perdus.

    En été, depuis le col de Saoubathou, il existe un sentier pratiqué par les brebis qui traverse le flanc ouest du sommet de Saubatou à niveau et permet de retrouver la rampe finale qui mène au col de Lousquette ou de se laisser glisser vers le petit coin de paradis du Puits d'Arious. Il ne figure pas dans Lescun tous azimuts parce que... chut...

    À plus.

     

    Damien

      • Jeudi 4 Mars à 23:55

        Salut et merci Damien,

        Tu as raison, il ne faut pas laisser tomber dans l'oubli les noms donnés par les "anciens", tout comme les sentiers qu'ils empruntaient, comme le faisait le père de Dédé qui était là dans son jardin wink2

        Bonne "route" pour la réédition de Lescun tous azimuts avec des plus

        et pour Pyrénées sur un fil: Hautes-Pyrénées ton nouveau né.

        A bientôt

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :