•     


    2 commentaires
  •  

      

     

    * 28 février 2020, depuis l'aire de stationnement de la zone Anayet (1720 m.) de la station de ski de Formigal, au Sud du col du Pourtalet, passer à droite du départ du télésiège Anayet pour longer direction générale Sud la piste de ski bleue anayet puis la noire lapazuso au-dessus de la rive droite du barranco de Culivillas, laisser à droite Ouest le Barranco de Culivillas (1870 m.) pour continuer en direction du Cuello de la Mina ou Collado Balzaruelo et vers 1950 mètres, entrer dans le vallon Nord du pico Royo, toujours direction Sud, passer sous le ibón de Lapazuso pour virer (2170 m.) et remonter à gauche Est le flanc Occidental du Monte Lapazuso et prendre pied sur la crête Nord-Est du pico Royo (2250 m.) que l'on suit à gauche Nord-Est pour parvenir au sommet de la Punta Lapazuso (2272 m. ou 2271 m. ou encore 2269 m. selon les cartes) et revenir presque par le même itinéraire, avec quelques petites variantes, descente du sommet direction Sud-Ouest pour retrouver les traces de montée vers 2220 mètres, à partir de 2200 mètres descente Nord-Ouest pour suivre le fond du vallon et continuer la descente un peu plus à l'Ouest de la montée jusqu'à 1800 mètres.

    Partis à 8 h10 avec Cathy, André, Sylvie et Roland, en remontant la bordure droite des pistes qui mènent au Cuello de la Mina ou Collado Balzaruelo  nous changerons les raquettes par les crampons et le piolet à partir de 2180 mètres, sur le flanc Occidental du Monte Lapazuso. La raide remontée de la sortie du petit cirque, qui donne accès à la crête sommitale, était en neige glacée "béton" où il fallait la taper plusieurs fois avec les crampons et le piolet pour les faire "mordre" bad . Avec de telles conditions, ce raide petit passage était à négocier avec grande prudence !. Nous parviendrons au sommet de la Punta Lapazuso à 10 h40. Pour la descente nous utiliserons la pente qui borde la partie Nord du petit cirque, moins raide et en neige moins glacée. Nous ferons une pause restauration de 12 heures à 12 h40, vers 2150 mètres dans le vallon Nord du pico Royo, sous le ibón de Lapazuso. Plus bas, nous nous écarterons un peu de la bordure des pistes en restant bien au-dessus du barranco (ravin) et en prenant garde à certains skieurs qui "dépassaient les limites" et nous retrouverons la voiture à 13 h40 après un petit dénivelé positif d'environ 560 mètres pour autant de négatif et une journée assez bien ensoleillée passée dans une très bonne ambiance cool .

    Cartes 1:25000 Editorial Alpina Geo/Estel E-25 Valle de Canfranc Valle de Aísa Candanchú-Astún, 1:25000 Editorial Alpina Granollers Panticosa Formigal (édition 1992), 1:40000 Editorial Alpina Valle de Tena Sierra de Tendeñera Peña Telera et  IGN es Signa.

    Voir galerie photos Punta Lapazuso sur neige


    4 commentaires
  •   

     

    * 20 février 2020 (20  02 2020), depuis l'aire de stationnement de la zone Anayet (1720 m.) de la station de ski de Formigal, au Sud du col du Pourtalet, en allant traverser le pont qui enjambe le Barranco de Culivillas pour remonter près des pistes direction Nord puis Nord-Ouest (1770 m.) et enfin Ouest-Sud-Ouest (1830 m.), parvenir à la Glera de Anayet, passer près de la cabaña la Glera (2000 m.), pour ensuite virer à droite et remonter Nord-Ouest (2090 m.) le couloir qui mène au Cuello (col) de Espelunciecha (2190 m.)situé entre la Punta Espelunciecha et Espelunciecha Oriental, y virer à gauche direction Ouest jusqu'à atteindre la base du couloir Nord de la Punta Espelunciecha (2220 m.), le remonter plein Sud pour sortir sur la crête Nord-Ouest (2340 m.) que l'on suit à gauche Sud-Est afin de parvenir au sommet de Espelunciecha ou Punta Espelunciecha (2397 m.), en descendre en suivant la crête Sud qui infléchit Sud-Ouest (2330 m.) en direction des Llanos de Anayet, parvenir au col coté 2232 ou 2233 pour y virer à gauche Est afin de descendre dans le barranco (vallon) de Culivillas pour le suivre, au-dessus de sa rive gauche et ensuite au-dessus de sa rive droite, direction Est puis Nord-Nord-Est (1820 m.) afin de retrouver la station et l'aire de stationnement de la zone Anayet.

    Partis à 8 heures avec Dédé, en même temps qu'un groupe de militaires espagnols qui avaient mis les raquettes, nous longerons la piste bleue la glera puis la noire foratata puis la rouge pipos pour passer près de la cabaña la Glera à 9 h15 où nous assisterons à deux ravitaillements par hélicoptère. Nous utiliserons les crampons à partir de la base du couloir qui mène au Cuello (col) de Espelunciecha pour ne les enlever qu'au retour au parking de la station. On ne fera pas la fine bouche pour remonter le raide couloir Nord de la Punta Espelunciecha par endroits en neige dure, on se contentera de suivre les traces bien marquées de randonneurs qui y étaient passés les jours précédents yes . Merci pour ces belles marches ! De 11 h10 à 11 h40 nous serons au sommet de Espelunciecha ou Punta Espelunciecha qui offre un superbe panorama. De 12 h10 à 12 h55 nous ferons une pause restauration sur une superbe terrasse*** au bord du Ibón de Anayet recouvert de neige, devant le pico de Anayet et face au pic du Midi d'Ossau. Nous retrouverons la voiture à 14 h30, après un dénivelé positif d'environ 700 mètres pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses où les raquettes non utilisées seront restées sur le sac.

    Cartes 1:25000 Editorial Alpina Geo/Estel E-25 Valle de Canfranc Valle de Aísa Candanchú-Astún, 1:25000 Editorial Alpina Granollers Panticosa Formigal (édition 1992), 1:40000 Editorial Alpina Valle de Tena Sierra de Tendeñera Peña Telera et  IGN es Signa.

    Voir galerie photos Espelunciecha par le couloir Nord


    4 commentaires
  •    

      

      

    * 6 février 2020, depuis l'aire de stationnement de l'Araille (1720 m.) en bordure de la route D 934 sous le col du Pourtalet et au-dessus de Gabas, en descendant Ouest-Sud-Ouest pour traverser la passerelle qui enjambe le torrent (1709 m.), virer en suivant à droite, Nord, pour aller traverser deux autres passerelles, monter direction Nord-Nord-Ouest, dépasser la cabane de Sénescau (1812 m.) et virer à droite Est-Nord-Est (1910 m.) pour commencer une traversée à flanc, virer à gauche Ouest (1952 m.) puis à droite Nord-Est (2000 m.) pour passer au col de Soum de Pombie (2129 m.), descendre sur le flanc Oriental de la montagne de Peyreget, direction Nord, vers le refuge et le lac de Pombie et juste avant d'y parvenir virer à gauche direction Est (2050 m.) pour remonter direction générale Est jusqu'au col de Peyreget (2320 m.) afin d'y suivre au Sud la large crête devenant de plus en plus raide qui mène au sommet du pic Peyreget (2487 m.) et revenir par le même itinéraire.   

    Parti à 8 heures sur une neige dure et bien portante dès le départ, j'ai utilisé les crampons dans la montée au col de Soum de Pombie où j'ai été doublé par deux sympathiques skieurs basques de Garazi (Saint-Jean-Pied-de-Port) qui allaient s'attaquer au couloir de la Fourche. Je gardais les crampons et le piolet pour descendre vers le refuge et le lac de Pombie, sur le raide flanc Oriental de la montagne de Peyreget. De 11 h15 à 11 h30 je réalisais une halte au vrai col de Peyreget, mal situé par l'IGN sur sa carte (5ème édition de 2017). La crête Nord du pic Peyreget était en neige très dure, et la partie raide située juste sous le sommet était en neige glacée "béton" où il fallait la taper plusieurs fois avec les crampons et le piolet pour les faire mordre erf . De 12 heures à 12 h20, sous un vent glacial, j'étais au sommet pour profiter du superbe panorama qui m'était offert. Retour laborieux avec prudence au col de Peyreget où j'ai croisé un groupe de skieurs de Pyrénéa-Sports. Le versant Occidental à l'ombre semblant être glacé, je suis revenu versant Oriental sur mes traces en alternant l'utilisation des raquettes et des crampons selon les passages et les différentes qualités de neige. Je retrouvais ma voiture à 16 heures après un dénivelé positif d'environ 1000 mètres pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses mais ventée et fraîche.

    Carte IGN 1:25000 Ossau Vallée d'Aspe Parc National des Pyrénées1547 OT.

    Voir galerie photos Pic Peyreget sur neige 6 02 2020


    6 commentaires
  •   

     

    * 5 janvier 2020, depuis l'aire de stationnement située juste avant de franchir la barrière canadienne de l'entrée du vallon de Labrénère (1110 m.), au Sud de Lescun, pour suivre la piste qui longe la rive gauche de Labrénère ruisseau direction Sud, l'abandonner pour suivre à gauche celle qui traverse par la passerelle cotée 1112 le Labrénère ruisseau qu'on abandonne quelques mètres après pour suivre à droite, direction Sud, le "Chemin du Col de Pau" qui remonte le vallon en rive droite, passer près de la fontaine de Lamatché (1270 m.), traverser au Sud-Ouest le Pont d'Itchaxe (1360 m.) qui enjambe le Labrénère ruisseau, remonter au-dessus de la rive gauche et passer près des cabanes d'Itchaxe (1450 m.), puis direction Ouest près des cabanes du Pénot (1530 m.), pour remonter en lacets et en rive gauche dans un étroit vallon en direction Ouest puis Sud pour déboucher à l'entrée d'un plateau (1690 m.), passer près des cabanes de Bonaris (1700 m.), suivre au Sud le sentier du col de Pau pour l'abandonner en prenant une direction Sud-Sud-Ouest (1770 m.) afin de remonter le vallon qui vire progressivement à l'Ouest pour atteindre la crête frontière (1970 m.) et la suivre à droite Nord-Ouest afin de parvenir au sommet de Marmida (coté 2076 m. par l'IGN français et 2078 m. par l'IGN espagnol qui le nomme également Punta de Cristán) et revenir avec trois variantes sur l'itinéraire de montée pour passer à la cabane d'Itchaxe et aller retrouver le chemin en aval (1430 m.), traverser sur une passerelle en béton le Labrénère ruisseau (1410 m.) pour suivre un mauvais sentier qui domine la rive droite et qui permet d'aller retrouver le chemin une trentaine de mètres en aval du Pont d'Itchaxe, puis retrouver la rive gauche du Labrénère ruisseau en traversant à gué (1115 m.) en amont de la passerelle cotée 1112.

    Parti à 9 h05 pour ma première sortie 2020 et la dernière, j'espère, avec JJ dont je ne suis pas "amoroso" comme la chanson de Dalida et non de Marmida, je passais au Pont d'Itchaxe à 9 h45 et réalisais une première pause de 10 h20 à 10 h35 près des cabanes du Pénot. Je rencontrais les premiers névés vers 1600 mètres, et le sol était complètement enneigé à partir de 1650 mètres où j'étais contraint d'utiliser les crampons et le piolet. Après une pause de 11 h15 à 11 h30 près de la cabane principale de Bonaris, mon modeste objectif du jour, je décidais de poursuivre vers la crête frontière située entre Cotdoguy et Marmida. La neige du vallon qui mène à la crête était par endroits transformée en glace. A 12 h30 je parvenais sur la crête frontière où je n'ai pas résisté à l'appel du proche Marmida winktongue . La neige qui recouvrait la crête Sud-Est de ce sommet, exposée au soleil, était variée: fuyante, portante, glacée... De 12 h50 à 13 h25 je me régalais du beau panorama qui m'était offert par Marmida en me restaurant assis sur la pelouse sommitale déneigée. De retour à la cabane principale de Bonaris, de sympathiques randonneurs de Labenne qui s'y restauraient m'ont proposé de trinquer avec eux. Le sentier qui suit la traversée du Labrénère ruisseau, en amont du Pont d'Itchaxe, était malcommode, boueux et étroit, pour rejoindre le chemin de montée j'ai dû traverser une tourbière. A 16 h15 je retrouvais ma voiture après un dénivelé positif d'environ 1000 mètres pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses .

    Carte IGN 1:25000 Ossau Vallée d'Aspe Parc National des Pyrénées 1547 OT.

    Voir galerie photos Marmida sur neige


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires