•  

      

     

    * 19 octobre 2021, depuis l'aire de stationnement du lac de Bious-Artigues (1422 m.) au terminal de la route D 231 au-dessus de Gabas, en suivant la piste Sud-Sud-Ouest pour passer par Hounrède, le Pont d'Ayous (1490 m.), le Pont de Bious (1542 m.), traverser direction Sud-Ouest la plaine de Bious pour bifurquer à gauche au "Pied des Arazures" (1579 m.) afin d'aller traverser le bois des Arazures direction générale Sud-Est, sortir du bois et prendre une direction Sud (1840 m.), passer au-dessus et à l'Est de la cabane de Peyreget (1930 m.), continuer en direction générale Sud-Est avec quelques légères montées et descentes jusqu'à parvenir au Sud du lac de Peyreget où on laisse filer en face l'itinéraire du col de Peyreget pour virer à droite Sud en suivant l'itinéraire du col de l'Iou (2080 m.), quitter le sentier (2140 m.) pour monter hors traces dans une zone ravinée en direction Est-Sud-Est jusqu'à parvenir sur la crête qui mène à droite Ouest-Nord-Ouest au sommet de la Pène de Peyreget (2254 m.), descendre en suivant les traces de sentes en contrebas de la crête qui ramènent direction Est sur l'itinéraire du col de l'Iou (2120 m.), suivre l'itinéraire aller en sens inverse puis le quitter (1930 m.) pour descendre Sud-Ouest vers la cabane de Peyreget, la laisser à gauche (1920 m.) pour suivre un sentier en direction générale Ouest-Nord-Ouest, descendre trois couloirs successifs et parvenir aux abords de la cabane de Cap de Pount qu'on laisse à gauche (1640 m.) pour suivre à droite Nord le sentier balisé rouge et blanc du GR 10 qui va retrouver l'itinéraire aller à l'entrée de la plaine de Bious, le suivre en sens inverse pour le quitter une nouvelle fois (1437 m.) en suivant à gauche Ouest le chemin qui fait le tour du lac de Bious-Artigues par sa rive gauche, passe sur le barrage (1435 m.) et ramène à l'aire de stationnement du lac de Bious-Artigues.

    Parti de nuit à 7 h40 de l'aire de stationnement du lac de Bious-Artigues presque vide, à 8 h30 je quittais l'itinéraire balisé rouge et blanc du GR 108 au "Pied des Arazures". Un "florilège" de couleurs automnales va alors m'en mettre plein la vue pour une randonnée mémorable yes . Suite à de nombreux arrêts pour contempler dame nature à 10 h20 je faisais une pause près du lac de Peyreget. Après avoir réalisé le parcours aérien de la crête de la Pène de Peyreget, parfois à quatre pattes à cause des puissantes rafales de vent, je parvenais au sommet à 11 h35. J'ai trouvé cette crête plus aérienne que lors de mon premier passage, le 24 octobre 2001, j'avais vingt ans de moins ^^ ! Pour la descente, j'ai préféré suivre les traces de sentes qui sont en contrebas de la crête. De 12 h40 à 13 heures je réalisais une pause restauration près de la cabane de Peyreget et de 13 h45 à 14 h15 je faisais une pause contemplative depuis le "Pied des Arazures", sur les bandes de couleurs automnales situées sous les pics les Arougos et les Tours ainsi que sous le seigneur des lieux le pic du Midi d'Ossau oh . Pour continuer à en prendre plein les yeux je décidais de terminer la sortie en contournant le lac de Bious-Artigues par sa rive gauche pour passer sur le barrage avant de retrouver ma voiture à 15 h30, à l'aire de stationnement qui était complète, après environ 900 mètres de dénivelé positif pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée.

    En revenant au parking, on peut voir un joli panneau d'information de travaux sur le barrage de Bious qui ne se voit que dans le sens du retour, après être passé sur le barrage. En y regardant de près il y est noté que "le stationnement des véhicules est limité au parking de Bious-Oumette" et que "l'accès au couronnement du barrage sera fermé en octobre".

    Cartes IGN 1:25000 Ossau Vallée d'Aspe Parc National des Pyrénées 1547 OT.

    Voir galerie photos Pène de Peyreget


    votre commentaire
  •  

     

    * 9 octobre 2021, depuis l'aire de stationnement du pont Lamary (1171 m.) au Sud-Ouest du village de Lescun, en continuant direction générale Ouest pour passer aux cotes 1317 et 1349 et aboutir dans une large clairière, ensuite traverser Sud-Ouest le ruisseau de Pédain et un plateau (1363 m.) afin d'aller remonter en forêt direction générale Sud-Ouest au-dessus de la rive gauche du ruisseau issu du lac d'Ansabère nommé gave d'Ansabère puis, à la sortie de la forêt en direction générale Ouest-Sud-Ouest parvenir aux cabanes d'Ansabère (1560 m.), y laisser filer à l'Ouest l'itinéraire du col de Pétragème continuer direction Sud puis (1700 m.) faire une traversée ascendante à flanc direction Sud-Est, abandonner le sentier du lac d'Ansabère pour virer direction Nord-Est (1754 m.), traverser le ruisseau issu du lac d'Ansabère afin d'atteindre une zone d'éboulis où on trouve un sentier de brebis qui la remonte direction Nord-Est puis Nord (1850 m.) pour passer sous les falaises Occidentales du pic de la Leurt, atteindre la crête (1910 m.), gravir au Nord le sommet du pic de la fenêtre (1945 m.), descendre Nord pour commencer à remonter toujours dans la même direction (1875 m.), en louvoyant entre les rochers pour gravir le ressaut qui mène au sommet du pic Poure de Lamary (1915 m. nommé pic Pouré sur le cadastre napoléonien de 1837 de Lescun), revenir vers le sommet de la fenêtre pour le contourner par la droite, et longer vers le Sud la crête qui mène au pied du ressaut final du pic de la Leurt, gravir la raide pente couverte d'herbes et de petits végétaux afin de parvenir au sommet du pic de la Leurt (1960 m.), revenir au pied du ressaut final pour descendre plein Ouest le raide couloir de terre et cailloutis qui mène dans la zone d'éboulis où on retrouve l'itinéraire de montée qui ramène au point de départ.

    Partis à 8 h20 avec Cathy et Dédé, Dino, Eric, Pierre et Pyros son Border Collie, après que Cathy ait mis quelques coulemelles de côté pour le retour, à 9 h35 nous ferons une halte aux cabanes d'Ansabère. Le départ du sentier de brebis dans la zone d'éboulis est confus, après un début de traversée sur des éboulis pas stabilisés, nous rejoindrons le sentier un peu plus "confortable" pour le quitter, lorsqu'il remonte à droite vers la base Nord du pic de la Leurt, en continuant à flanc sur de raides pentes afin d'atteindre la large crête juste en face du pic de la fenêtre. Dédé passera par la fenêtre pour finir l'ascension aérienne par derrière et à 11 h45 nous le rejoindrons au sommet en suivant un couloir herbeux situé sur la gauche. La suite de l'itinéraire vers le pic Poure de Lamary commence par la descente d'une raide pente couverte d'herbes et de petits végétaux et la remontée débute par une vire terreuse/herbeuse légèrement ascendante et à flanc. La suite, sans être très difficile, est assez scabreuse et après quelques "chevauchements" de blocs, passage d'une étroite vire sur des racines d'arbustes au-dessus du vide et quelques "contorsions" pour mes genoux arf , à 12 h45 nous serons au sommet du pic Poure de Lamary ou pic Pouré. On pourrait aussi faire un mixage et le nommer PPP (Pic Presque Poury). Après un retour concentré et prudent, surtout sur un "toboggan" de 3 mètres où, à sa base, il ne faut pas oublier de tourner à droite si on est sur le dos, à gauche si on est sur le ventre car tout droit c'est l'à-pic oops , nous retrouverons la large crête près du couloir herbeux du pic de la fenêtre. La suite est simple, il faut suivre la large crête jusqu'à la base du ressaut final du pic de la Leurt, puis remonter une raide pente couverte d'herbes et de petits végétaux où le piolet sera utile et rassurant. A 13 h45 nous serons au sommet du pic de la Leurt. Superbe panorama ! comme ceux qui nous avaient été offerts par les deux sommets précédents. Suite à une descente prudente du raide couloir de terre et cailloutis qui mène dans la zone d'éboulis, où nous retrouverons le sentier de brebis, de 14 h45 à 16 h30 nous ferons la traditionnelle halte restauration au bord du ruisseau issu du lac d'Ansabère. Nous assisterons à un magnifique spectacle de projection de l'ombre de la montagne sur les nuages. Après une descente tranquille... de la suite de l'itinéraire et sans oublier la récupération des coulemelles, nous retrouverons les voitures à 18 h20 après une journée ensoleillée bien "remplie" dans une super ambiance et un dénivelé positif d'environ 920 mètres pour autant de négatif. Un grand merci à tous et en particulier à Dédé notre super guide qui évoluait dans son jardin.

    Carte IGN 1:25000 Ossau Vallée d'Aspe Parc National des Pyrénées 1547 OT.

    Voir galerie photos Pics de la Leurt et Poure de Lamary


    votre commentaire
  •  

     

    * 12 août 2021, depuis l'aire de stationnement amont du Corral de las Mulas (1645 m.) en bordure de la route A 136 à Formigal, en descendant jusqu'au Corral de las Mulas (1625 m.) pour y suivre la route qui descend à droite Nord-Ouest, enjambe le Río Gállego pour remonter direction générale Sud-Ouest jusqu'à la station de Anayet (1720 m.), puis suivre direction générale Sud la piste du Barranco de la Mina jusqu'à 1930 mètres, la quitter pour remonter plein Sud en rive gauche du vallon Nord du pico Royo, et à partir du ibón de Lapazuso (2175 m.) remonter Sud-Ouest vers la brèche cotée 2371 située sur la crête entre les cotes 2394 et 2377, vers 2330 mètres progresser à gauche direction Est-Sud-Est en bordure d'un large balcon herbeux qui mène sur la crête Nord du pico Royo, la remonter à droite direction Sud en gravissant deux cheminées herbeuses successives qui mènent au sommet du pico Royo (2431 m. ou 2429 m. selon les cartes), retour avec quelques variantes pour passer par les rives du ibón de Lapazuso et en faisant un tout droit pour traverser plusieurs fois la piste du Barranco de la Mina.

    Parti à 7 h30 de la nouvelle aire de stationnement située en amont du Corral de las Mulas, je passais à 8 h 05 sur le parking de la station de Anayet au moment où un escadron de militaires espagnols descendait d'un bus pour aller s'entraîner dans le secteur du pico de Anayet. A partir de 1900 mètres, les travaux des "dévoreuses de montagnes" dans le Barranco de la Mina et sur la rive droite du vallon Nord du pico Royo ressemblaient à un champ de bataille avec en prime les bruits de bombardement. Une extension du domaine skiable du secteur Anayet à Formigal beurk . Pour éviter de recevoir des pierres déplacées par les bulldozers travaillant en rive droite du vallon Nord du pico Royo, je remontais bien au-dessus de la rive gauche en prenant garde également aux cailloux projetés par un troupeau de brebis situé au-dessus de moi. Finies les belles évolutions hivernales dans cet ancien beau vallon, souvenirs souvenirs... Les cheminées herbeuses qui défendent le sommet du pico Royo sont raides. Après avoir remonté la première, il y a une étroite vire cairnée, horizontale en balcon qui mène à gauche au départ de la seconde cheminée de la voie normale. J'ai préféré sortir le piolet et remonter la très raide cheminée herbeuse, bordée par endroits de rochers sur lesquels on peut trouver quelques appuis, qui est dans l'alignement de la première. De 10 h15 à 11 heures j'étais au sommet du pico Royo qui offre un superbe panorama. Pour la descente j'ai utilisé mes crampons quatre doubles pointes pour franchir la très raide cheminée herbeuse. Après une pause restauration de 11 h40 à 12 h30 en bordure du ibón de Lapazuso, au passage sur la rive opposée à celle qui était travaillée par les bulldozers, un des chauffeurs m'a fait comprendre que le secteur était interdit. Je lui ai signalé n'avoir rien vu qui pouvait interdire l'accès du secteur et je lui ai demandé s'il avait signalé le danger aux brebis qui étaient à ma hauteur sarcastic . A 13 h40 je passais au parking de la station de Anayet où je découvrais le panneau "Prohibido el paso a toda persona ajena a la obra" (Passage interdit à toute personne étrangère aux travaux) qui ne se voyait pas dans le sens de la montée. A 14 h10 je retrouvais ma voiture après un dénivelé positif d'environ 880 mètres pour autant de négatif et une superbe journée chaude et ensoleillée.

    Cartes 1:25000 Editorial Alpina Geo/Estel E-25 Valle de Canfranc Valle de Aísa Candanchú-Astún, 1:25000 Editorial Alpina Granollers Panticosa Formigal (édition 1992), 1:40000 Editorial Alpina Valle de Tena Sierra de Tendeñera Peña Telera et  IGN es Signa.

    Voir galerie photos Pico Royo de Sallent


    10 commentaires
  •  

     

    * 5 août 2021, depuis l'aire de stationnement de la Mongie-Tourmalet située en bordure de la route D 918 (1800 m.), rejoindre au Sud-Ouest le fond du vallon pour passer près de la gare aval du télésiège de Pourteilh (1778 m.), puis de la gare aval de départ du télésiège des Béarnais (1783 m.), y suivre la piste qui remonte direction générale Sud-Sud-Ouest pour rejoindre la Coume de Porteilh ou Pourteilh, passer près d'un laquet (2120 m.), près de la gare aval du télésiège des Quatre Termes (2152 m.), puis au-dessus et à l'Est du lac de Porteilh (coté 2264), abandonner la piste vers 2320 mètres à hauteur d'un pylone et d'une barrière en bois pour descendre à droite Nord-Ouest dans une zone d'éboulis, passer au Sud du lac de Porteilh et naviguer entre les blocs direction générale Sud-Ouest pour parvenir à la base d'un couloir encombré de blocs, le remonter direction Nord-Ouest puis aller chercher la crête située à droite et la remonter jusqu'à parvenir à l'entrée du cirque de la Passade de la Néou (2450 m.), à la base du sommet Oriental de cette Passade coté 2589 et revenir avec une variante de navigation dans la zone d'éboulis située au Sud du lac de Porteilh.

    Parti à 7 h15 pour aller découvrir le petit cirque minéral de la Passade de la Néou, dans la descente vers la gare aval du télésiège de Pourteilh, j'ai croisé un troupeau de lamas, si c'est pas le Pérou ça y ressemble! sarcastic Il y a plus de lamas que de brebis et l'un d'entre eux faisait des roulades, presque au même endroit que l'avait fait une brebis lors de ma randonnée du 2 septembre 2008 au pic des Quatre Termes. A 8 h20 je passais au laquet, gardé par une dizaine d'isards. Après être monté trop haut (2400 m.) en suivant la piste des Quatre Termes, ne trouvant aucun départ de sentier, aucun cairn et aucune trace de peinture je suis revenu sur mes pas pour quitter la piste à hauteur d'un pylone et d'une barrière en bois (2320 m.) et descendre à vue dans la zone de gros éboulis située au-dessus et au Sud du lac de Porteilh pour y chercher les moins mauvais passages sur des blocs plus ou moins stables qui ne cherchent qu'à provoquer le déséquilibre. Un embarquement dans une galère où j'ai un peu "ramé"... Peu après avoir remonté un raide couloir encombré de gros blocs et de rhododendrons auxquels on peut s'accrocher, je suis parvenu sur la crête, à l'entrée du cirque minéral de la Passade de la Néou, et pris de pitié pour mes genoux que j'ai voulu ménager, à 11 h30 j'ai fait une pause restauration sur cette crête qui vient buter à la base du sommet Oriental de la Passade de la Néou. Le Soum du Cot de l'Espade ou pic Allemand (2641 m.), point culminant de ce petit cirque, est gravissable par ce versant ou en basculant sur le versant Occidental. A 12 h30 je débutais ma descente retour. Dans la zone d'éboulis située au Sud du lac de Porteilh, sur un court passage, j'ai trouvé quelques traces de sentes, quelques cairns et un ancien balisage jaune mais pas suffisants pour ramener à la piste que j'ai été chercher à vue. Sous le télésiège des Quatre Termes j'ai croisé un pick-up à la peine qui remontait la raide piste avec à son bord des travailleurs de la station de ski. En remontant entre le télésiège des Béarnais et la route D 918, le troupeau d'une cinquantaine de lamas est venu me rejoindre et m'a accompagné jusqu'à l'aire de stationnement où de nombreux touristes attendaient. Comme dans la chanson "Je suis malade" ou en verlan de Lama suis-je son chant? Sans être son fan fan fan, en chantant, je retrouvais ma voiture à 15 heures après un dénivelé positif d'environ 800 mètres pour autant de négatif.

    Dans la montée en voiture vers le col du Tourmalet, il fallait faire attention aux lamas qui étaient en bordure et sur la route mais aussi et surtout aux automobilistes, motards et cyclistes qui s'arrêtaient pour les prendre en photo, tout comme en arrivant au mythique col du Tourmalet qui est le col des Pyrénées le plus emprunté par les coureurs du tour de France cycliste "la Grande Boucle" où cyclistes amateurs et touristes se bousculaient pour se prendre en photo sous la statue d’Octave Lapize, le "Géant du Tourmalet" qui a été le premier coureur à franchir le col du Tourmalet lors du Tour de France de 1910.

    Carte IGN 1:25000 Néouvielle Vallée d'Aure Parc National des Pyrénées 1748 ET.

    Voir galerie photos Cirque de la Passade de la Néou


    4 commentaires
  •  

     

       

      

    * 20 juillet 2021, départ en Vélo de l'aire de stationnement (1160 m.) située en bordure de la route D 618 qui mène de Bagnères-de-Luchon à Arreau, en amont du village de Garin et 300 mètres en aval de la bifurcation de Gouaux-de-Larboust, pour suivre la route qui remonte en direction Ouest la rive droite de la vallée du Larboust, passer la bifurcation (1183 m.) et après des passages de pentes à 8,3 %, 7,9 % et 8,8 % dont des portions à 9,3 % et 9,1 % passer au col de Peyresourde (1568 m.) et 300 mètres après, quitter la route D 618 (1550 m.) pour s'engager à gauche sur la route D 117 de la station de Peyragudes nommée "Chemin des Champs de Neige", la quitter 1,2 kilomètres après (1639 m.) pour suivre à gauche la piste qui mène au refuge de l'Auroise (1695 m.) où on laisse le vélo, monter direction Est-Sud-Est pour atteindre la Pène de Sendiès (1783 m.) et suivre la crête de Sérias toujours direction Est-Sud-Est jusqu'à parvenir au sommet du Cap de la Pène de Soulit (2031 m.), revenir par le même itinéraire au refuge de l'Auroise (1695 m.), récupérer le vélo pour suivre la piste jusqu'à la route D 117 (1639 m.) que l'on suit à gauche, parvenir à l'entrée de la station de Peyresourde Balestas (1600 m.) où on continue sur la route D 117 qui prend une direction Sud-Est pour se terminer au départ du télésiège le Privilège (1599 m.), suivre la piste "Privilège" qui prend une direction Sud puis bifurquer à gauche (1717 m.) pour remonter direction générale Est en suivant la piste de "Palombes Haut" puis celle du "Col de la Flamme" afin d'atteindre le col situé sur la crête Sud-Ouest du Cap de la Pène de Soulit (1965 m.), basculer sur le versant Oriental pour suivre la piste du "Val des Agudes" qui descend jusqu'à la station les Agudes, y récupérer la route D 76b (1549 m.) qui après quelques lacets passe à Gouaux-de-Larboust (1335 m.) et prend une direction Nord-Est pour rejoindre la route D 618 (1183 m.) que l'on suit à droite afin de retrouver le proche point de départ (1160 m.).

    La météo ayant prévu des orages à partir de 15 heures, je débutais ma montée cycliste en vélo tout terrain (VTT) à 7 heures pour arriver 6 kilomètres plus loin au col de Peyresourde à 8 h05. Ce col qui a été gravi une soixantaine de fois par les coureurs du tour de France cycliste est classé en première catégorie. Après une pause de 20 minutes je repartais pour atteindre le refuge de l'Auroise à 8 h42 où je commençais la partie pédestre de mon circuit à 9 heures. Après être passé par la Pène de Sendiès, qui n'a aucune proéminence, de 10 h10 à 10 h45 j'étais au sommet du Cap de la Pène de Soulit pour y admirer le beau panorama qui m'était offert mais aussi pour regarder le menu qui m'attendait entre les stations de Peyresourde et des Agudes. Je retrouvais le refuge de l'Auroise à 11 h15 et après avoir discuté avec la bergère et m'être rafraîchi à l'abreuvoir j'enfourchais mon vélo à 11 h40. Dans la montée de la station de Peyresourde Balestas au col situé sur la crête Sud-Ouest du Cap de la Pène de Soulit, en suivant les pistes de ski, je suis descendu plusieurs fois du vélo pour le pousser sur des portions très raides recouvertes de gravier et de sable oops . Après cette montée éprouvante, de 13 h20 à 13 h40 je me refaisais une santé avant d'attaquer la descente. Sur la route D76b, juste avant d'arriver à Gouaux-de-Larboust, j'ai eu droit a une agréable petite averse de moins d'une minute. A 14 h25 je retrouvais ma voiture après un dénivelé pédestre positif de 340 mètres pour autant de négatif et un dénivelé cycliste d'environ 925 mètres pour autant de négatif.

    Carte IGN 1:25000 Bagnères-de-Luchon Lac d'Oô 1848 OT.

    Voir galerie photos Cap de la Pène de Soulit en pédestre et son tour cycliste


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires