• (017) Vallée d'Arrens

  •   

      

       

    * 7 juin 2021 départ en Vélo de l'aire de stationnement de l'église d'Aucun (860 m.), en suivant la route D 918 direction Sud-Ouest et en descente (852 m.) pour remonter légèrement et passer à Marsous (857 m.), puis à Arrens-Marsous (875 m.) où on bifurque à gauche pour suivre la route D 105 fléchée "Chapelle de Pouey Laun - Barrage du Tech Lac d'Estaing - Col des Bordères" , puis suivre à gauche la route D 603 fléchée "Estaing - Col des Bordères Lac d'Estaing" (889 m.), plus loin laisser filer en face la route de "Les Esplaus" pour bifurquer à gauche (940 m.) toujours en suivant la route D 603 et remonter direction générale Est-Nord-Est afin de parvenir au col des Bordères (1157 m. ou 1161 m.) et y laisser le vélo, ensuite suivre à gauche direction Nord-Nord-Ouest le chemin puis le sentier qui lui fait suite, parvenir sur la crête Ouest du pic de Pan (1150 m.) et la remonter à droite direction générale Est-Sud-Est afin de parvenir au sommet du pic de Pan (1461 m. ou 1462 m.), retour au col des Bordères, y récupérer le vélo pour descendre sur la route D 603 direction générale Sud-Est, parvenir à Estaing où on suit à gauche la route D 103 direction Nord-Est (980 m.), la quitter juste avant le pont de la Badette (851 m.) pour suivre à gauche le chemin herbeux/terreux qui monte en direction générale Nord pour passer par la sablière de Bun et aller rejoindre une route bitumée (890 m.) que l'on suit pour passer à Lanne Dessus (870 m.), à les Pouèyes et aller rejoindre au Nord-Ouest la route D 13 (813 m.) que l'on suit à gauche jusqu'à la très proche bifurcation où on l'abandonne pour suivre à gauche la route fléchée "1,8 Aucun N 618" (813 m.) qui ramène en direction générale Ouest et après être passé à Terre Nère  (841 m.) sur la route D 918 (847 m.) que l'on suit à gauche Ouest pour arriver en suivant à Aucun y retrouver le point de départ.

    Parti, pour un court circuit d'une demi-journée, à 7 h05 du petit parking situé en face de l'église d'Aucun, le ciel était bleu et sans nuages, il mettait en valeur le superbe massif du Gabizos que j'avais constamment en face de moi. Quel poster ! A partir de la bifurcation de la route D 603 avec celle de "Les Esplaus" (940 m.) la montée devient plus raide, avec des passages de 8 et 9 % et des petites portions de 10, 11 et 12 %. En 1987, les coureurs du tour de France cycliste, lors de l'étape Pau-Luz-Ardiden, avaient gravi ce col classé en 2ème catégorie dans ce même sens, depuis Arrens-Marsous et idem lors du tour de France 1989 dans l'étape Pau-Cauterets il était toujours classé en 2ème catégorie depuis Arrens-Marsous. A 8 heures j'étais au col des Bordères et après une pause restauration j'attaquais la partie pédestre de ma sortie à 8 h30. Le sol rendu humide par les dernières pluies, était glissant. Pan dans le mille wink2 , à 9 h30 j'étais au sommet du pic de Pan alors que les nuages avaient décidé d'envelopper les hauts sommets. Après avoir attendu vainement un élargissement du panorama sarcastic , à 10 heures je débutais une descente prudente car le rocher, la terre et l'herbe étaient toujours humides et glissants. A 10 h50 je retrouvais le col des Bordères où un groupe de cyclistes vendéens, en vacances à Pierrefitte-Nestalas, posait devant le panneau du col. Après avoir discuté un moment avec eux et les avoir pris en photo avec leurs téléphones, je récupérais mon VTT pour débuter la descente vers Estaing à 11 h15. Ce versant que les coureurs du tour de France ont gravi une fois en 2018, en version longue depuis Argelès-Gazost par Estaing, lors de l'étape Lourdes-Laruns était classé en 2ème catégorie avec des pourcentage de pente à 9 et 10 %. Le chemin herbeux/terreux qui monte vers la sablière de Bun a deux portions très raides et il était encore humide. Après avoir retrouvé le bitume à Lanne Dessus, à 11 h55 j'étais de retour à la voiture après un petit dénivelé pédestre positif de 320 mètres pour autant de négatif et un dénivelé cycliste positif d'environ 400 mètres pour autant de négatif.

    De récentes opérations de gravillonnage des deux versants de la route du col des Bordères, non gênantes à la montée, avaient rendu la descente dangereuse.

    Carte Rando éditions données IGN 1:50000 Pyrénées n° 4 Bigorre Parc National des Pyrénées et Carte IGN 1:25000 Top 25 Lourdes Argelès-Gazost Le Lavedan 1647 ET.

    Voir galerie photos Pic de Pan en pédestre et son tour cycliste par le col des Bordères


    2 commentaires
  •    

     

    * 22 mai 1998, depuis l'aire de stationnement de la maison du Parc National de la Porte d'Arrens (1470 m.) au terminal de la route D 105 à Arrens-Marsous, en passant sur la passerelle qui enjambe le gave d'Arrens pour traverser la sapinière de Bédout en lacets direction générale Sud-Est, sortir du bois pour prendre une direction Sud et aller longer le lac de Suyen par sa rive droite (1536 m.), continuer à remonter le vallon du gave d'Arrens direction générale Sud pour passer à la Couradette ou Pla de Labassa (1731 m.), au-dessus de la rive droite des lacs de Rémoulis (2017 m. et 2019 m.), près de la Toue de Castérie et parvenir au Port de la Peyre Saint-Martin (2295 m., croix frontière numéro 312), pour revenir par le même itinéraire en réalisant un crochet par Doumblas puis en traversant le déversoir du lac de Suyen (1536 m.) pour longer le gave d'Arrens par sa rive gauche sur le versant du bois des Masseys.

    Quelques montées et descentes ont été nécessaires pour éviter certains névés avant les lacs de Rémoulis puis le sol était entièrement enneigé à partir des lacs de Rémoulis 2020 mètres.

    Parti à 7 heures, après une pause d'une heure au retour à la Couradette ou Pla de Labassa où il y avait de nombreux isards, je  retrouvais ma voiture à 15 heures après un dénivelé positif d'environ 1000 mètres pour autant de négatif.

    Cartes IGN 1:25000 Top 25 Vignemale Ossau Arrens Cauterets Parc National des Pyrénées 1647 OT.

    Voir galerie photos Port de la Peyre Saint-Martin


    votre commentaire
  •    

       

    * 22 octobre 2001, depuis l'aire de stationnement de la maison du Parc National de la Porte d'Arrens (1470 m.) au terminal de la route D 105 à Arrens-Marsous, en passant sur la passerelle qui enjambe le gave d'Arrens pour traverser la sapinière de Bédout en lacets direction générale Sud-Est, sortir du bois pour prendre une direction Sud et aller longer le lac de Suyen par sa rive droite (1536 m.), continuer à remonter le vallon du gave d'Arrens direction générale Sud pour passer à la Couradette ou Pla de Labassa (1731 m.), au-dessus de la rive droite des lacs de Rémoulis (2017 m. et 2019 m.), près de la Toue de Castérie, au Port de la Peyre Saint-Martin (2295 m., croix frontière numéro 312), pour descendre Sud-Ouest à Campo Plano et longer Ouest la rive gauche de l'embalse de Campo Plano (2150 m.), passer au Nord de l'ibón de las Ranas, au Nord et au-dessus de l'embalse de Respomuso ou Respumoso (2100 m.) et arriver au refugio (refuge) de Respomuso ou Respumoso (2200 m.) pour revenir par le même itinéraire.

    Sur neige à partir de 2050 mètres.

    Parti à 9 h18, je passais à la Couradette ou Pla de Labassa où il y avait de nombreux isards, dont un avec une excroissance au niveau de l'oeil droit, et parvenais au refuge de Respomuso à 13 h10 pour retrouver ma voiture à 16 h33 après un dénivelé positif de 1100 mètres pour autant de négatif.

    Cartes IGN 1:25000 Top 25 Vignemale Ossau Arrens Cauterets 1647 OT et Editorial Alpina Granollers 1:25000 Panticosa Formigal.

    Voir galerie photos Embalse de Respomuso par le Port de la Peyre Saint-Martin


    votre commentaire
  •   

    * 15 juin 2001, depuis l'aire de stationnement de la maison du Parc National de la Porte d'Arrens (1470 m.) au terminal de la route D 105 à Arrens-Marsous, en passant sur la passerelle qui enjambe le gave d'Arrens pour traverser la sapinière de Bédout en lacets direction générale Sud-Est, sortir du bois pour prendre une direction Sud et aller longer le lac de Suyen par sa rive droite (1536 m.), puis laisser filer vers le Sud-Sud-Est l'itinéraire du Port de la Peyre Saint Martin pour bifurquer à droite Sud, passer près de la cabane de Doumblas (1563 m.), traverser le Gave d'Arrens et passer près de la Toue de Doumblas, laisser filer à gauche le sentier qui rejoint l'itinéraire du Port de la Peyre Saint Martin pour remonter direction générale Ouest sur l'itinéraire de Larribet, passer à la Claou (1739 m.), continuer Sud-Ouest en rive gauche du ruisseau de Larribet afin de remonter le vallon pour passer au refuge de Larribet (2060 m.), à la brèche de la Garénère (2189 m.) et arriver aux lacs de Batcrabère (2180 m.). Retour par le même itinéraire.

    Parti à 9 h30 avec une blessure au genou gauche faite le 11 juin dans une chute sous le Ibón (lac) Escalar à Astún, j'étais de retour à 14 heures après un dénivelé positif de 710 mètres pour autant de négatif.

    Carte IGN 1:25000 Top 25 Vignemale Ossau Arrens Cauterets 1647 OT.

    Voir galerie photos Lacs de Batcrabère

     ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

       

    * Le 24 mars 2000, depuis l'aire de stationnement de la maison du Parc National de la Porte d'Arrens (1470 m.) au terminal de la route D 105 à Arrens-Marsous, en passant sur la passerelle qui enjambe le gave d'Arrens pour traverser la sapinière de Bédout en lacets direction générale Sud-Est, sortir du bois pour prendre une direction Sud et aller longer le lac de Suyen par sa rive droite (1536 m.), puis laisser filer vers le Sud-Sud-Est l'itinéraire du Port de la Peyre Saint Martin pour bifurquer à droite Sud, passer près de la cabane de Doumblas (1563 m.), traverser le Gave d'Arrens et passer près de la Toue de Doumblas, laisser filer à gauche le sentier qui rejoint l'itinéraire du Port de la Peyre Saint Martin pour remonter direction générale Ouest sur l'itinéraire de Larribet, passer à la Claou (1739 m.), continuer Sud-Ouest en rive gauche du ruisseau de Larribet afin de remonter le vallon de Larribet jusqu'à 2000 mètres.

    Randonnée effectuée sur neige et raquettes utilisées à partir de 1700 mètres. J'ai fait demi-tour à 2000 mètres, juste sous le refuge de Larribet (2060 m.) à cause d'une grosse coulée de neige qui m'est passée à cinq mètres. Ce moment de frayeur passé, dans la descente, j'ai croisé le gardien du refuge qui montait en skis de randonnée avec un sac chargé de provisions pour faire l'ouverture du refuge.
    Parti à 9 h.30, j'étais de retour à 14 h.30 après une journée où le temps temps était maussade.

    Carte IGN 1:25000 Top 25 Vignemale Ossau Arrens Cauterets PNP 1647 OT.

    Voir galerie photos Vallon de Larribet


    votre commentaire
  •    

      

    * 27 septembre 2014, depuis l'aire de stationnement située au Plaa d'Aste (1398 m.) en bordure de la route D 105 au-dessus d'Arrens-Marsous, en suivant direction générale Ouest le sentier qui mène au lac de Migouélou, puis bifurquer en arrivant sous le barrage (2250 m.) pour suivre le senter qui mène Nord-Ouest au col d'Hospitalet et avant de l'atteindre bifurquer à gauche Ouest (2420 m.) afin de réaliser une traversée ascendante à flanc au-dessus du lac de Migouélou, direction Sud-Ouest puis Ouest pour parvenir au col de Milhas (2672 m.), y gravir à droite Nord la crête, plus souvent sur son versant Occidental, qui mène au sommet du pic des Tourettes (2771 m.), revenir au col de Milhas, puis direction Est passer sur le dôme coté 2599, traverser à flanc au-dessus de l'itinéraire aller dans le but de rejoindre Est-Nord-Est le sentier du col d'Hospitalet (2500 m.) et le suivre à droite Sud-Est en descente, parvenir sous le barrage du lac de Migouélou (2250 m.), quitter le sentier qui ramène au Plaa d'Aste pour suivre une direction Est afin de passer à droite et au Sud de laquets (2190 m.), continuer direction Est-Sud-Est puis Sud-Sud-Est, traverser la passerelle qui enjambe le ruisseau de Lassiédouat (2210 m.) au Nord-Est du barrage du lac de Lassiédouat, suivre direction générale Sud le chemin de l'ancienne voie ferrée qui mène aux bâtiments dont est issue une conduite d'eau (2210 m.), y suivre un sentier qui descend direction générale Est-Nord-Est à droite de la prise d'eau, passer au Nord du lac des Touest, continuer au-dessus de la rive gauche du ruisseau de Masseys, la quitter direction Nord pour passer sous la conduite d'eau (1780 m.), continuer direction générale Nord-Est puis Est (1600 m.), passer au Nord de la centrale de Migouélou (1494 m.) afin d'aller retrouver au Nord-Nord-Est le point de départ.     

    Avec Roland, nous démarrerons à 7 h20 aidés de la frontale, qui ne servira plus après cinq minutes de montée. A 9 h40 nous parviendrons à la bifurcation située sous le barrage du lac de Migouélou. La traversée ascendante à flanc au-dessus du lac de Migouélou sera laborieuse, entre les barres rocheuses et les pierriers le sol est recouvert d'herbe glissante (Gispet), nous devrons y rechercher les passages les moins exposés. Le pierrier situé sous le col de Milhas et au Sud du pic des Tourettes n'est pas stabilisé, il faudra faire attention à chaque appui des pieds. A 12 h10 nous parviendrons au col de Milhas, qui n'est qu'une étroite brèche, en nous appuyant sur les rochers de gauche et en évitant de prendre appui sur le bloc coincé situé sous la brèche, car il ne donne pas l'impression d'être bien coincé. Après dix minutes de repos, les sacs déposés près de la brèche, nous attaquerons la montée vers le sommet du pic des Tourettes. Pas de cairn, nous commencerons par une traversée presque horizontale en louvoyant entre rochers et bandes de terre, d'herbe et de gravillons, pour parvenir à hauteur d'un pierrier croulant de couleur rougeâtre qui se glisse derrière un éperon rocheux pour mener au pied d'un long dièdre-cheminée orienté de gauche à droite. Ce passage aérien aux prises fines en dévers qu'il faudra tester est dépourvu d'endroit où pouvoir poser un relais d'assurage fiable. Le dièdre-cheminée remonté et "ramoné", nous parviendrons sur le fil de la crête que nous suivrons en contournant les obstacles par le versant Occidental en suivant une ligne de cairns judicieusement placés. Nous ajouterons par endroits un marquage à la craie bleue, qui nous sera utile au retour. Il faudra tester toutes les prises car le rocher est de qualité médiocre et certains passages sont gazeux. Nous parviendrons au sommet du pic des Tourettes à 13 heures pour le quitter à 13 h10. Le retour se réalisera dans un état de concentration maximum. Nous n'utiliserons pas le long dièdre-cheminée qui descend dans le pierrier croulant de couleur rougeâtre mais nous continuerons sur la crête en suivant la ligne de cairns. Après avoir basculé sur le flanc Occidental, où nous reconstruirons certains cairns détruits, une succession de zigzags serrés nous ramènera au pied des falaises pour aller retrouver à l'horizontale la brèche de Milhas. De 14 h30 à 15 h30 nous ferons une pause restauration sur le dôme coté 2599 qui offre une superbe vue sur le lac de Migouélou, l'Ardiden, le Vignemale, le Balaïtous et le Palas. A 16 h25 nous parviendrons à la bifurcation située sous le barrage du lac de Migouélou. A partir de la passerelle qui enjambe le ruisseau de Lassiédouat au Nord-Est du barrage du lac de Lassiédouat, nous suivrons une ancienne voie ferrée, avec des restes de traverses en bois, qui nous mènera après une longue traversée horizontale aux bâtiments dont est issue une conduite d'eau. Nous parviendrons sous ces bâtiments à 17 h05. La descente, se réalisera sur un sentier bien tracé et cairné jusqu'au passage situé sous la prise d'eau, ensuite, le sentier toujours bien cairné devient rude, il est fortement dégradé, par endroits humide avec des rochers et des grosses pierres affleurants et des traversées de zones marécageuses. Nous retrouverons la voiture à 18 h30 après un dénivelé positif d'environ 1450 mètres pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée. La présence de myrtilles sur une grande partie de l'itinéraire aura été un frein à notre progression tongue wink2 .

    Course à ne pas faire par temps humide et en cas de brouillard. Attention aux raides pentes herbeuses (gispet glissant), aux blocs d'éboulis non stabilisés, aux chutes de pierres et à certains passages d'escalade peu difficiles mais exposés et sur du mauvais rocher mad bad .

    Carte IGN 1:25000 Vignemale Ossau Arrens Cauterets Parc National des Pyrénées 1647 OT.

    Voir galerie photos Pic des Tourettes

     


    4 commentaires
  •   

      


    * 13 septembre 2014, depuis l'aire de stationnement de la maison du Parc National (1470 m.) au terminal de la route D 105 au-dessus d'Arrens-Marsous, en longeant vers le Sud  le vallon du gave d'Arrens par sa rive gauche puis le lac de Suyen par sa rive droite (1536 m.), puis laisser filer vers le Sud-Sud-Est l'itinéraire du Port de la Peyre Saint Martin pour bifurquer à droite Sud, passer près de la cabane de Doumblas (1563 m.), traverser le Gave d'Arrens et passer près de la Toue de Doumblas, laisser filer à gauche le sentier qui rejoint l'itinéraire du Port de la Peyre Saint Martin pour remonter direction générale Ouest sur l'itinéraire de Larribet, passer à la Claou (1739 m.), continuer Sud-Ouest en rive gauche du ruisseau de Larribet, laisser filer à gauche Sud-Ouest l'itinéraire du refuge (1770 m.) pour monter Ouest et passer près de la Toue de Larribet (1811 m.), aux points cotés 2197 et 2239 puis au col coté 2265, descendre au lac de Batbielh (2229 m.) et continuer toujours direction Ouest vers le col de la Lie pour bifurquer avant de l'atteindre, juste après un éperon, en remontant un vallon direction Nord-Nord-Ouest afin de parvenir à la brèche occidentale de la Lie, monter Sud au sommet du pic de la Lie (2673 m.), revenir à la brèche occidentale de la Lie, passer à la brèche orientale de la Lie (2556 m.) et monter Nord-Est au sommet du pic de Batbielh ou de Batboucou (2651 m.), descendre Est au col coté 2616 puis Nord pour passer aux lacs les Lacarrats (2429 m.), longer le lac de Migouélou au-dessus de sa rive droite, passer au refuge de Migouélou (2278 m.), sous le barrage, puis bifurquer Est-Nord-Est pour suivre le sentier qui ramène à l'aire de stationnement du Plaa d'Aste (1398 m.).

    Après avoir laissé une voiture à l'aire de stationnement du Plaa d'Aste, avec Roland et Dinosaure, nous démarrerons notre circuit à 7 h30 depuis l'aire de stationnement située au terminal de la route D 105 pour une "spéciale Naulekh", ça fait un moment qu'il y court après. Nous ne passerons pas sur la passerelle qui enjambe le Gave d'Arrens mais nous suivrons l'ancien sentier qui remonte la rive gauche du vallon pour rejoindre l'itinéraire du Port de la Peyre Saint Martin juste avant d'atteindre le lac de Suyen. La montée du ravin situé au-dessus et à l'Ouest de la Toue de Larribet est raide, nous rencontrerons quelques névés en montant au col coté 2265 ainsi que dans la descente vers le lac de Batbielh. La descente vers ce lac et son contournement par la rive gauche se réalisent sur des éboulis constitués de gros blocs granitiques. Nous remonterons le raide vallon qui permet d'atteindre la brèche occidentale de la Lie par sa rive droite, sur des éboulis, de la terre et de l'herbe glissante (Gispet). Le Gispet ou Fétuque eskia (Festuca eskia) est une graminée endémique de la haute montagne pyrénéenne que j'ai surnommé: "Gispet la gueule". A partir de la brèche, il faut escalader le mur à gauche (terrain de jeu pour pelotari), basculer derrière pour remonter en bordure de la crête sur un terrain herbeux, terreux, caillouteux et rocheux, escalader une cheminée/vire à droite dans la paroi pour prendre pied sur la crête constituée de blocs de granit qu'il faut suivre jusqu'au sommet. Parvenus au sommet du pic de la Lie qui dévoile un magnifique panorama, nous n'aurons pas bu le calice jusqu'à la lie car il nous restera le retour à la brèche et la montée au pic de Batbielh ou de Batboucou. De la brèche, il faudra descendre d'une vingtaine de mètres sur le versant occidental pour escalader une petite cheminée à droite. Ensuite nous ferons une traversée en contrebas de la crête pour parvenir à la brèche orientale de la Lie. En remontant la crête sur un terrain herbeux et rocheux puis à flanc occidental sur une vire, nous atteindrons le haut d'une langue herbeuse où nous escaladerons avec précaution la longue et raide cheminée rocheuse, constituée de gros blocs dont certains ne demandent qu'à se décrocher, située sur la face Sud-Ouest du pic de Batbielh ou de Batboucou. En passant à travers une "lucarne" rocheuse, l'arrivée sur ce sommet sera spectaculaire.  Nous ferons une pause restauration d'une heure au bord du premier des lacs les Lacarrats. Sur les rives du lac de Migouélou et devant le refuge nous croiserons quelques randonneurs et pêcheurs. Les innombrables lacets qui descendent vers le Plaa d'Aste seront lassants, nous finirons par les couper en empruntant les raccourcis pour retrouver la voiture garée au Plaa d'Aste à 18 h30 après un dénivelé positif d'environ 1430 mètres pour 1500 mètres de négatif et une superbe journée ensoleillée passée dans une super ambiance.
    Ce circuit n'est pas un itinéraire de simple randonnée, attention aux raides pentes herbeuses (gispet glissant) eek , aux blocs d'éboulis non stabilisés eek , aux chutes de pierres mad  et à certains passages d'escalade (II et III).

    Carte IGN 1:25000 Vignemale Ossau Arrens Cauterets Parc National des Pyrénées 1647 OT.

    Voir galerie photos Pic de la Lie et pic de Batbielh

     


    votre commentaire
  •   

       

    * 10 janvier 2006, le pic de Pan (1461 m.)  depuis le parking situé près de l'église d'Aucun (852 m.) en bordure de la route D918, en empruntant au Sud-Est le chemin des Terrières pour aller traverser le gave d'Azun (passerelle 842 m.), passer près de la centrale électrique, aller chercher au Sud-Ouest (Plane d'Ethoo) un sentier qui monte direction Sud entre Then et Paillassas pour passer à la clairière cotée 1071 m., virer pour faire une traversée ascendante Sud-Ouest dans le bois, et à Lesterlé (1169 m.) remonter à l'Est la crête jusqu'au sommet. Descente en revenant à Lesterlé pour y prendre le chemin qui mène Sud-Est au col des Bordères (1156 m.) et suivre direction Nord-Ouest la route qui passe à Arrens-Marsous, où elle rejoint la route D 918 pour traverser Marsous et ramener à Aucun.  

    Carte IGN 1:25000 Top 25 Lourdes Argelès-Gazost Le Lavedan 1647 ET.

    Randonnée effectuée sur neige à partir de 900 mètres, avec utilisation des raquettes à partir de 1100 mètres et des crampons à partir de 1300 mètres. Du Plane d'Ethoo à Lesterlé, j'ai du "naviguer" à la boussole et avec l'altimètre car sous la neige on ne voyait aucune trace de chemin ou de sentier. La portion de route qui descend du col des Bordères à la centrale électrique d'Arrens-Marsous était bien enneigée et glacée en de nombreux endroits. 

    Parti à 9 h.15, j'étais au sommet  à 12 h.14 pour le quitter à 12 h.30 et retrouver ma voiture à 14 h.45 après un dénivelé positif de 650 mètres pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée Cool .

    Voir galerie photos Pic de Pan




    votre commentaire
  •    

      

    4 juillet 2008 le pic Arrouy (2708 m.) depuis l'aire de stationnement du Plaa d'Aste (1398 m.) en bordure de la route D 105 qui mène à la Porte du Parc National au-dessus d'Arrens-Marsous, en remontant la rive gauche de l'Arriougrand pour passer sous le barrage du lac de Migouélou (2290 m.), y bifurquer à droite afin de rejoindre au Nord-Ouest le col d'Hospitalet (2548 m.) gravir au Nord-Est la crête pour passer par le sommet Est du col d'Hospitalet (2638 m.).

    Carte IGN 1:25000 Top 25 Vignemale Ossau Arrens Cauterets 1647 OT.

    Quelques névés traversés, juste avant le barrage du lac de Migouélou et sur la montée au col d'Hospitalet. Le fil de la crête du pic Arrouy était déneigé, et nécessite des passages d'escalade sur du rocher de très mauvaise qualité.

    Dans les interminables zigzags qui remontent la rive gauche de l'Arriougrand, j'ai fait un bout de sentier avec un sympathique couple de bourguignons, lui était géologue et botaniste, je le retrouverai dans la descente sous le barrage. Sur l'arête du sommet Est du col d'Hospitalet j'ai croisé deux montagnards qui ont été fortement impressionnés par la crête terminale du pic Arrouy. Celle où on se trouvait est déjà étroite et aérienne arf erf avec le vide de chaque côté et le rocher y est pourri. J'ai également utilisé quelques portions herbeuses très pentues en contrebas de l'arête, versant occidental, il ne faut pas s'y rater eek . De gros blocs sonts prêts à se détacher et lorsque plus de la moitié des prises de mains et des supports de pieds bougent et menacent de céder, comme c'est le cas sur cette arête, je déconseille fortement cet itinéraire, car il y a gros danger mad .

    Parti à 8 h30, je passais au barrage du lac de Migouélou à 11 heures, au col d'Hospitalet à 11 h45 pour être au sommet à 12 h15 et de retour à ma voiture à 15 heures après 1350 mètres de dénivelé positif et autant de négatif et une belle journée ensoleillée glasses .

    Voir galerie photos Pic Arrouy




    votre commentaire
  •    

    25 octobre 2001 le col d'Hospitalet (2548 mètres) depuis l'aire de stationnement au Sud-Ouest du lac du Tech (1207 m.) en bordure de la route D 105, en passant par le Pla d'Artigou, le lac de Pouey Laün (2346 m.) et retour par le lac de Migouélou (2278 m.), le Pla d'Aste et la route D 105 en rive gauche du gave d'Arrens.

    Carte IGN 1:25000 Top 25 Vignemale 1647 OT

    Départ à 10 h.45, passage au lac de Pouey Laün à 14 h. pour un retour à la voiture à 17 h. après un dénivelé positif de 1370 mètres et autant de négatif.

    Randonnée sur neige à partir de 2400 mètres, la seule rencontre de la journée fut un Grand Tétras en lisière de forêt lors de la descente sur le Pla d'Aste.

    Voir galerie photos Col d'Hospitalet




    votre commentaire
  •   

      

    * 30 juin 2006, depuis l'aire de stationnement de la maison du Parc National de la Porte d'Arrens (1470 m.) au terminal de la route D 105 à Arrens-Marsous, en passant sur la passerelle qui enjambe le gave d'Arrens pour traverser la sapinière de Bédout en lacets direction générale Sud-Est, sortir du bois pour prendre une direction Sud et aller longer le lac de Suyen par sa rive droite (1536 m.), continuer à remonter le vallon du gave d'Arrens direction générale Sud pour passer à la Couradette ou Pla de Labassa (1731 m.), au-dessus de la rive droite des lacs de Rémoulis (2017 m. et 2019 m.), près de la Toue de Castérie, au Port de la Peyre Saint-Martin (2295 m., croix frontière numéro 312), pour gravir direction Nord-Ouest la crête qui mène au sommet du Gavizo-Cristail (2890 m.). Retour par le même itinéraire.

    Carte IGN 1:25000 TOP 25 Vignemale 1647 OT.

    Départ à 9 h. 30, passage au lac de Suyen à 9 h. 45, à Labassa à 10 h. 10, aux lacs de Rémoulis à 11 h., au Port de la Peyre St-Martin à 11 h. 45 pour arriver au sommet  à 13 h. 15. Départ du sommet à 13 h. 45, pour passer à 14 h. 50 au Port de la Peyre St-Martin et retrouver la voiture à 16 h. 35 après un dénivelé positif de 1500 mètres et autant de négatif. Lors de la montée, sous le Port de la Peyre St-Martin, j' ai doublé deux bergers français et leur troupeau de brebis qui allaient sur les estives de Campo Plano (en Espagne). A la fin de la descente de la crête Est-Sud-Est du Gavizo-Cristail, à la cote 2512, un chien des Pyrénées "patou", agressif mad , a plusieurs fois simulé une attaque bad bad pour m'écarter du troupeau de brebis qu'il gardait.

    Cartes IGN 1:25000 Top 25 Vignemale Ossau Arrens Cauterets 1647 OT et Editorial Alpina Granollers 1:25000 Panticosa Formigal.

    Voir galerie photos Gavizo-Cristail

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique