• (043) Vallée de Tena

    * Pic d'Estrémère ou du Pourtalet (2165 m.) par le couloir de la Pène de l'Ours depuis le parking du Portalet à la station de Formigal

    * Pics de Peyrelue (2441 m.) et d'Estrémère en circuit (2242 m.) depuis le parking du Portalet à la station de Formigal sur neige en raquettes

    * Peña dera Fita (2141 m.) depuis le parking du Portalet à la station de Formigal sur neige en raquettes

    * O Forato (2106 m.) depuis les habitations de la station de Formigal

    * Peña Foratata (2341 m.) et Foratata Occidental (2295 m.) depuis les habitations de la station de Formigal

    * Las Gralleras Sur (2202 m.) et la Pène Mieytadère Ouest (2124 m.) depuis les ventas du col du Pourtalet sur neige en raquettes

    * Espelunciecha Oriental (2247 m.) et Gralleras Sur (2204 m.) depuis les ventas du col du Pourtalet sur neige en raquettes

    * Espelunziecha (2397 m.) depuis le parking Anayet à la station de Formigal sur neige en raquettes

    * Pico de Anayet (2545 m.) depuis le Corral de las Mulas en bordure de la route A 136 à Formigal

    * Vértice de Anayet (2559 m.) depuis l'aire de stationnement sur la piste du Corral de las Mulas (1800 m.) à Formigal sur neige

    * Punta de la Garganta (2143 m.) depuis le parking Anayet à la station de Formigal sur neige en raquettes

    * Pico de las Arroyeras (2573 m.) depuis le Corral de las Mulas en bordure de la route A 136 à Formigal

    * Pico de las Arroyeras (2573 m.) depuis le parking Anayet à la station de Formigal sur neige en raquettes

    * Pico Culivillas (2528 m.) depuis le Corral de las Mulas en bordure de la route A 136 à Formigal

    * Pico Campo de Troya (2224 m.) depuis le parking Anayet à la station de Formigal sur neige en raquettes

    * Punta Lapazuso (2271 m.) par la crête Nord-Est du pico Royo depuis le Corral de las Mulas

    * Pico de las Tres Huegas (2302 m.) et pico de los Tres Hombres (2276 m.) depuis Sextas à la station de Formigal en partie sur neige

    * Punta del Pacino (1965 m.) depuis la route A-136 entre K 18 et K 19 au S-S-O de Sallent de Gállego

    * Embalses de Arriel (2259 m.) et de Respomuso (2075 m.) depuis l'embalse de la Sarra

    * Pico de Musales (2654 m.) depuis la centrale de l'embalse de la Sarra

    * Peña Retona (2781 m.) depuis Acumuer

    * Peña Telera (2762 m.) depuis Lacuniacha à Piedrafita de Jaca

    * Peña Roya (2578 m.) en boucle par le Barranco del Asieso depuis le début de la piste de l'Ermita de Santa Elena

    * Muga Norte de Marcadau (2676 m.) depuis le Balneario de Panticosa

    * Pico de las Neveras (2892 m.) depuis le Balneario de Panticosa

    * Pico de Bacias (2760 m.) depuis le Balneario de Panticosa

  •  

    * 30 novembre 2016 depuis le parking des ventas du Portalet (col du Pourtalet) (1790 m.) en suivant Sud-Sud-Est la bordure de la route A-136 jusqu'au parking de Espelunciecha ou de Portalet (1750 m.) de la station de ski de Formigal, pour traverser le pont qui enjambe le Barranco del Bacarizal (1700 m.), passer à gauche du départ du télésiège de Espelunciecha et aller remonter Ouest-Sud-Ouest le vallon du Barranco de Espelunciecha en longeant la bordure de la piste bleue "Rinconada" pour passer à la Mallata de Espelunciecha (1900 m.), continuer Ouest pour parvenir au Puerto de la Canal Roya (2145 m.), y virer à gauche direction Sud-Sud-Est et passer à la cote 2168, au col coté 2193 pour gravir au Nord le dôme coté 2212 et nommé par certains Punta Sur del Puerto de la Canal Roya, revenir au col coté 2193 pour y continuer vers le Sud et passer sur le dôme coté 2226, puis Sud-Est parvenir au Cuello de Espelunciecha (2190 m.) pour y remonter plein Est la crête qui mène au sommet de Espelunciecha Oriental ou Los Farallones ou Faballones ou encore Punta Alta de los Faballones (2240 m., ou 2246 m. ou encore 2247 m. selon les cartes), revenir sans passer sur les dômes au Puerto de la Canal Roya (2145 m.) pour continuer Nord-Nord-Ouest, passer au dôme coté 2152, puis Nord-Nord-Est au col coté 2146 et aller gravir au Nord-Nord-Est Las Gralleras Sur ou Las Gralleras Sud (2202 m. ou 2204 m. selon les cartes), revenir au col coté 2146 pour y retrouver les pistes qui ramènent au parking de Espelunciecha ou de Portalet (1750 m.) et suivre la bordure de la route A-136 afin de retrouver la voiture au parking des ventas du Portalet (Pourtalet).

    Je pensais pouvoir garer ma voiture au parking de Espelunciecha ou de Portalet mais la route qui y mène depuis le rond-point de la route A-136 était recouverte de neige glacée oh , je suis donc revenu vers la France pour la garer sur le parking des ventas du col du Pourtalet. Parti à 8 h45, avec une température de - 4°C, en longeant la bordure de la route, je passais par le bâtiment situé près du départ du télésiège de Espelunciecha, où se trouvaient les employés de la société Aramon (gestionnaire des pistes de ski de la station de Formigal) qui m'ont autorisé à utiliser les bordures des pistes qu'ils étaient en train de préparer pour la proche ouverture de la saison de ski. Toute la suite de la randonnée sera réalisée en raquettes à neige. De 10 heures à 10 h10 je réalisais une petite pause au Puerto de la Canal Roya. De 10 h20 à 10 h35 je profitais du beau panorama qui m'était offert par la Punta Sur (Pointe Sud) del Puerto de la Canal Roya où un sympathique skieur de randonnée, basque de Donostia, me rejoindra. Il se rendra vers la Punta Espelunciecha qu'il gravira par le couloir Nord. Après un parcours en montagne russe sur un superbe "plateau" je parvenais au sommet de Espelunciecha Oriental ou Los Farallones ou Faballones ou encore Punta Alta de los Faballones à 11 h05 pour en repartir à 11 h20 chargé de superbes images. Lors du retour vers le Puerto de la Canal Roya j'ai croisé trois français en ski de randonnée, qui cherchaient le couloir pour atteindre le beau sommet près duquel nous étions et dont ils ne connaissaient pas le nom. C'était le couloir Nord de la Punta Espelunciecha où était passé le basque de Donostia. La trace leur était faite et pour eux il s'agissait d'un plan B car ils devaient monter au pic d'Anéou par le couloir Sud exposé au soleil. Ils ont fait un bon choix car le raide versant Sud du pic d'Anéou était à moitié déneigé. De 12 h15 à 12 h25 j'étais au sommet de Las Gralleras Sur ou Las Gralleras Sud et après une bonne descente, à 13 h15 je passais sur le pont près du parking de Espelunciecha ou de Portalet où je discutais un moment avec le basque de Donostia. A 13 h30 je retrouvais ma voiture après un dénivelé positif d'environ 700 mètres pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses mais froide.

    Cartes 1:25000 Editorial Alpina Geo/Estel E-25 Valle de Canfranc Valle de Aísa Candanchú-Astún, 1:40000 Editorial Alpina Valle de Tena Sierra de Tendeñera Peña Telera et  IGN es Signa.

    Voir galerie photos Espelunciecha Oriental et Gralleras Sur


    2 commentaires
  • * 2 octobre 2016 depuis l'aire de stationnement du Parque Faunístico de los Pirineos (Parc Animalier des Pyrénées tél +34 974 337 048) Lacuniacha (1380 m.) au-dessus et à l'Ouest de Piedrafita de Jaca (1242 m.), en suivant la piste Nord-Nord-Ouest, pour l'abandonner à la sortie du troisième lacet en suivant à droite Ouest-Sud-Ouest le sentier qui passe au Sud du refugio de Telera ou refugio de las Planas (1550 m.), y suivre au Sud-Ouest la rive gauche du Barranco del ibón, traverser la piste pour continuer la remontée direction Sud-Ouest, toujours rive gauche, parvenir à l'ibón (lac) de Piedrafita (1602 m. ou 1620 m.), contourner le lac par la droite, monter direction générale Sud sur un pierrier qui contourne des falaises par la gauche et suivre le sentier qui mène à la base d'une zone d'éboulis (1980 m.), monter vers l'entrée du canal de Cabachirizas ou Cabacherizas ou Cachivirizas (2100 m.), remonter ce couloir d'éboulis croulants pour parvenir au collado de Cabachirizas ou Cabacherizas ou Cachivirizas (2361 m. ou 2385 m.), continuer à droite Nord-Ouest vers la muraille de la Peña Parda ou Peña Cobacherizas ou Peña Zarrambucho, traverser presque horizontalement la face Est de la Peña Parda en suivant vers le Nord-Nord-Ouest une sente très aérienne nommée "Paso Horizontal", sur de fines terrasses suspendues qui dominent les à-pics vertigineux du cirque de Piedrafita, pour ensuite aller gravir Ouest les dalles de gauche par un système de cheminées vires qui mènent à l'entrée d'une cuvette (2490 m.), située dans le cirque sous le versant Ouest du cuello Telera, pour remonter à droite en longeant la crête sur la gauche direction Nord-Ouest afin d'atteindre le sommet de la Peña Telera (2762 m. ou 2764 m.) et revenir par le même itinéraire avec quelques variantes entre le ibón (lac) de Piedrafita et le parking.

    Partis à 7 h55 avec André et Cathy, Pierre et Odile, Eric, Roland et Peio, nous passerons à 8 h45 à l'ibón (lac) de Piedrafita. Parvenus à 9 h45 à la base des éboulis qui précèdent la véritable entrée du couloir ou canal de Cabachirizas, nous y ferons une pause et après avoir (pour certains) mis les casques, nous repartirons à 10 heures pour attaquer les choses sérieuses. L'itinéraire est bien cairné et les éboulis sont par endroits croulants, à partir de l'entrée du couloir ou canal de Cabachirizas, là où vient mourir dans les éboulis un éperon rocheux, nous passerons à sa gauche pour le suivre au plus près en le gardant à notre main droite, rive gauche du couloir. Nous serons enveloppés dans les nuages, un sentier de terre humide en partie recouvert d'éboulis parfois croulants nous permettra d'atteindre le haut du couloir (30°/35°) que nous quitterons juste avant son terme pour dévier à droite afin d'atteindre le collado de Cabachirizas à 11 heures, toujours dans les nuages. On notera que ce couloir et ce col portent un nom à "géométrie variable" selon les cartes et les auteurs, canal de Cabachirizas ou Cabacherizas ou Covachirizas ou Cobacherizas ou Cabichirizas ou Cavichirizas ou encore Cachivirizas et peut-être qu'il y en a d'autres ?? sarcastic . Le passage du Paso Horizontal sera moins spectaculaire dans les nuages, mais nous devinerons malgré tout les à-pics impressionnants qui dévalent sous nos pieds dans le cirque de Piedrafita eek oh . Le "menu" de ce passage se compose de trois portions, une première où le sentier est assez confortable, une seconde sur de minces vires qui se termine sur un éperon et une troisième qui se termine par le contournement d'un rognon rocheux surplombant. Après avoir remonté un système de cheminées vires où il faut s'aider des mains, à 11 h50 nous parviendrons à l'entrée de la cuvette située sous et à l'Ouest du cuello (col ) Telera et après un dernier effort pour gravir de raides pentes herbeuses, caillouteuses et terreuses nous parviendrons, toujours dans les nuages, au sommet de la Peña Telera à 12 h20 où un randonneur espagnol de Pamplona (Pampelune) nous rejoindra après nous avoir suivi depuis le collado de Cabachirizas. Après une vaine attente de voir les nuages se déchirer pour nous permette d'avoir du panorama oops , le vent glacial nous fera repartir et nous débuterons la descente à 12 h30, enveloppés dans les nuages, en ayant abandonné toute idée de revenir par le versant Sud de la Peña Parda ou Cobacherizas ou Peña Zarrambucho. Dans la descente de la crête un chassé-croisé soleil nuages nous fera savourer de superbes vues yes que nous n'avions pas eu la chance d'avoir au sommet. La descente vers le Paso Horizontal et son passage n'en auront été que plus spectaculaires oh ! A 14 h10 nous repasserons au collado de Cabachirizas et après une descente par endroits "glissée" du couloir ou canal de Cabachirizas, de 15 h10 à 16 h25 nous réaliserons une très bonne pause restauration sur une  terrasse promontoire avec vue **** NN (Non Négligeable) sur un Palas pris entre Ossau, Soques, Lurien, Arriel et Balaïtous, Infiernos, Vignemale, Taillon, Sierra Tendeñera. A 18 heures nous retrouverons nos voitures après environ1450 mètres de dénivelé positif pour autant de négatif, et une super journée dans une super ambiance cool .

    Cartes Editorial Alpina 1:40000 Valle de Tena Sierra de Tendeñera Peña Telera et IGN espagnol Signa.

    Voir galerie photos Peña Telera


    2 commentaires
  • * 5 juin 2016 depuis le parking de Sestas ou Sextas (1500 m.) de la station de ski de Formigal, au Sud-Est du col du Pourtalet et en bordure de la route A-136, en allant traverser le Puente (pont) de Sestas ou Sextas qui enjambe le río Gállego pour remonter direction générale Sud en suivant la piste, passer à la Estación de Esquí (station de ski) de Formigal (1870 m.), continuer Ouest Sud-Ouest en suivant le GR 11 sur le Camino (chemin) de Izas pour remonter le Barranco de los Campos de Troya au-dessus de la rive droite puis (1930 m.) au-dessus de la rive gauche, parvenir au collado (col) de Izas (2238 m.) afin de remonter la crête à gauche, direction Sud, jusqu'au sommet du pico de las Tres Huegas ou Tres Guegas ou Tres Bornas (2302 m., 2304 m., 2305 m. ou 2306 m. selon les cartes), continuer à suivre la crête en montagne russe direction Est pour passer au col coté 2199, au sommet coté 2216 ou 2217 selon les cartes, au col coté 2172, au sommet de Cerro de Izas (2251 m. ou 2257 m. selon les cartes), puis au Nord au sommet du pico de los Tres Hombres (2271 m. ou 2276 m. selon les cartes), au Nord-Est au proche sommet coté 2273, puis direction Est-Nord-Est au col coté 2209 puis au sommet de la Punta Sorpena (2249 m.) pour revenir au col coté 2209, descendre Nord puis Ouest (2140 m.) pour aller trouver une piste (2100 m.) qui ramène direction générale Nord à la Estación de Esquí (station de ski) de Formigal (1870 m.) où on retrouve l'itinéraire de montée.

    J'ai utilisé les raquettes à neige sur le Camino (chemin) de Izas à partir de 2000 mètres jusqu'au collado (col) de Izas et les crampons à quatre reprises sur la piste en neige dure  située sous le col coté 2209 et qui ramène à la Estación de Esquí (station de ski) de Formigal (1870 m.), dont une fois pour traverser une raide coulée de neige qui était passée sur cette piste.

    Parti à 5 h58, après avoir quitté deux fois la piste pour faire des montées directes, de 7 h10 à 7 h25 j'étais à la Estación de Esquí (station de ski) de Formigal (1870 m.). L'accès à la station est interdit entre 17 heures et 8 h45 sauf aurorisation expresse de la station. Le début de la crête qui mène du collado (col) de Izas au pico de las Tres Huegas est très raide, elle était en partie déneigée sur son versant Ouest mais l'herbe était un peu gelée. De 9 h30 à 9 h50 j'étais au sommet du pico de las Tres Huegas. En suivant la crête, où il n'y a pas de sentier, il y avait quelques névés faciles à traverser et de 10 h25 à 10 h30 j'étais au sommet coté 2216 ou 2217. Après avoir remonté une cheminée, où il faut s'aider des mains et à la base de laquelle j'ai réalisé un cairn, puis traversé un  gros névé peu pentu, de 11 h20 à 11 h30 j'étais au sommet de Cerro de Izas. La cheminée peut s'éviter en allant un peu plus loin trouver des pentes herbeuses, plus abordables, qui permettent de retrouver la crête. A 11 h38 je foulais le sommet du pico de los Tres Hombres que je quittais à 11 h45 après avoir amélioré le cairn et de 12 h03 à 12 h10 j'étais au sommet de la Punta Sorpena où je me suis également amusé à améliorer le cairn. A 14 h10 je retrouvais ma voiture après un dénivelé positif d'environ 1100 mètres pour autant de négatif et une distance parcourue de près de 14 kilomètres par une superbe journée ensoleillée glasses .

    Carte 1:25000 Editorial Alpina Geo/Estel Valle de Canfranc Valle de Aísa Candanchú-Astún et carte IGN espagnol Signa.

    Voir galerie photos Pico de las Tres Huegas et pico de los Tres Hombres


    2 commentaires
  •  

     

    * 26 mars 2016 depuis l'aire de stationnement de la zone Anayet (1720 m.) de la station de ski de Formigal, au Sud du col du Pourtalet, en allant traverser le pont qui enjambe le Barranco de Culivillas pour remonter près des pistes direction Nord puis Sud-Ouest, parvenir à la Glera de Anayet, passer à la cabaña la Glera (2000 m.), à gauche et à l'Est des dômes cotés 2082 et 2083, pour remonter la crête direction Est afin d'atteindre le sommet de la Punta de la Garganta ou Pico dera Garganta, ou Garmet (2143 m. IGN espagnol ou 2145 m. Editorial Alpina Geo/Estel, ou 2147 m. Editorial Alpina), revenir Ouest pour passer sur le dôme coté 2083 et aller rejoindre le col situé entre la Punta de la Garganta et la Punta Espelunciecha (coté 2071 ou 2072 ou encore 2074 selon les cartes), pour descendre au Sud vers le Barranco de Culivillas (2000 m.) et le suivre, au-dessus de sa rive gauche et ensuite au-dessus de sa rive droite, direction Est puis Nord-Nord-Est (1850 m.) afin de retrouver l'aire de stationnement de la zone Anayet.

    Tout le circuit effectué sur neige, avec les raquettes et utilisation des crampons et du piolet pour gravir la raide crête de la Punta de la Garganta. Sur cette crête bien enneigée, on s'enfonçait par endroits jusqu'aux genoux, un bon test pour la flexion de mon genou gauche qui est d'un peu plus de 125°, quatre mois et demi après mon opération (prothèse totale). Le vallon du Barranco de Culivillas est à aborder avec prudence car c'est un endroit propice aux avalanches bad mad .

    Partis à 7 h55 avec Roland, Odile et Pierre, nous passerons près de la cabaña la Glera à 9 heures pour parvenir au sommet de la Punta de la Garganta à 9 h57. De 10 h10 à 10 h45 nous ferons une pause restauration au pied de la crête, où nous avions laissé nos raquettes. A 12 h10 nous retrouverons la voiture sur un parking bien complet après un dénivelé positif d'environ 450 mètres pour autant de négatif et une assez belle journée passée dans une super ambiance cool .

    Carte 1:25000 Editorial Alpina Granollers Candanchú Canfranc et carte de l'IGN espagnol Signa.

    Voir galerie photos Punta de la Garganta


    4 commentaires
  •   

    * 14 mai 2015 depuis la piste fléchée "P.R. HU-91 Collado de Pazino" qui débute en bordure de la route A-136 entre le K 18 et le K 19, au-dessus et au Sud-Sud-Ouest de Sallent de Gállego (1380 m.), pour suivre cette piste, bifurquer à gauche direction Sud (1450 m.) puis laisser filer vers l'Ouest cette nouvelle piste pour suivre, direction Sud, le chemin fléché "Collado de Pazino" (1470 m.), entrer dans une hêtraie (1500 m.) pour en sortir (1600 m.) en passant à droite d'une cheminée d'équilibre, continuer la montée direction générale Sud, le sentier bien tracé décrit de larges lacets que l'on peut couper, pour parvenir au Cuello (col) del Pacino (1827 m.) afin d'y suivre la crête direction Est-Sud-Est jusqu'au sommet de la Punta del Pacino ou Punta Pazino ou Monte Pacino (1965 m.).

    En ce jeudi de l'ascension, les prévisions météo n'étant pas bonnes pour le matin et franchement mauvaises pour l'après-midi, devant être de retour à Pau en fin de matinée pour fêter un anniversaire, je décidais de faire une petite randonnée dans la vallée de Tena, sur un petit sommet offrant un magnifique panorama et une flore luxuriante. La Punta del Pacino sera l'heureuse élue.

    Parti au lever du jour à 6 h45 avec ma fidèle Arthrose Dugenougauche, du premier virage qui suit le début de la piste balisée "P.R. HU-91 Collado de Pazino" (la suite étant interdite aux véhicules non autorisés), après être passé à droite de la cheminée d'équilibre de la conduite des eaux récupérées à l'embalse de Escarra pour la station hydroélectrique de Sallent de Gallego, à 8 heures j'atteignais le col del Pacino. Petit passage par son antécime Ouest et à 8 h20 j'arrivais au sommet de la Punta del Pacino. Quel magnifique panorama ! En haut: pic du Midi d'Ossau, Soques, Foratata, Lurien, Arriel, Palas, Balaïtous-Frondellas, Infiernos, Garmo Negro, Algas-Argualas, Tendeñera, Sabocos, Telera, Retona, Collarada, Punta Escarra, Pala de Ip, Anayet... En "bas": Formigal, Sallent de Gállego, embalse de Lanuza, embalse de Búbal et embalse de Escarra... Après avoir reconstruit le cairn sommital, la pluie ayant fait son apparition, je débutais la descente à 8 h40 pour revenir par le même itinéraire. Plusieurs variantes de retour sont possibles. Je retrouvais ma voiture à 9 h45 après un dénivelé positif d'environ 600 mètres pour autant de négatif. Ce secteur est un paradis pour les botanistes, surtout pour les amateurs d'orchidées, une station de Sabots de Vénus (Cypripedium calceolus) est placée sous surveillance, dès sa floraison, début juin.

    Cartes Editorial Alpina 1:40000 Valle de Tena Sierra Tendeñera Peña Telera, PRAMES 1:40000 Valle de Tena Biescas 3 et IGN espagnol Signa.

    Voir galerie photos Punta del Pacino


    votre commentaire
  •  


    * 3 avril 2015, depuis l'aire de stationnement de la zone Anayet (1720 m.) de la station de ski de Formigal, au Sud du col du Pourtalet, en allant traverser le pont qui enjambe le Barranco de Culivillas pour remonter près des pistes direction Nord puis Sud-Ouest, parvenir à la Glera de Anayet, passer à la cabaña la Glera (2000 m.), au col situé à l'Ouest de la Punta de la Garganta et coté 2071 ou 2072 ou encore 2074 selon les cartes, descendre Sud-Ouest dans le Barranco de Culivillas (2040 m.), remonter au-dessus de la rive gauche direction Ouest pour parvenir à un col situé à l'entrée des Llanos de Anayet (2220 m.) entre les mamelons cotés 2232 et 2233, remonter plein Sud la large croupe puis Sud-Sud-Ouest (2300 m.) le vallon qui mène à un semblant de col (2360 m.) pour réaliser une traversée à flanc, direction Sud, afin d'atteindre le col coté 2444 et y suivre à gauche, Est, la crête qui mène au sommet du pico de las Arroyeras ou pico Arroyetas (2573 m. ou 2556 m. ou encore 2557 m. selon les cartes). Retour au col coté 2444 puis au semblant de col (2360 m.) pour descendre plein Nord dans le vallon situé à l'Est et en contrebas de la large croupe suivie à la montée et qui rejoint le Barranco de Culivillas pour le suivre, au-dessus de sa rive droite, direction Est puis Nord-Nord-Est (1820 m.) afin de retrouver l'aire de stationnement de la zone Anayet.

    Toute la randonnée effectuée sur neige, avec les raquettes jusqu'à 2300 mètres et avec les crampons et le piolet au-dessus.
    Le vallon du Barranco de Culivillas est à aborder avec prudence car c'est un endroit propice aux avalanches bad mad .

    Parti de nuit à 7 h10, après avoir longé les pistes de ski, je parvenais à la Glera de Anayet où une dameuse était en train de travailler et à 8 h10 j'étais sur la terrasse de la cabaña (cabane-restaurant) la Glera, fermée. De nombreuses coulées de neige étaient descendues du versant Est de Espelunziecha. Dix minutes plus tard je passais au col situé à l'Ouest de la Punta de la Garganta et coté 2071 ou 2072 ou encore 2074 selon les cartes. Après être descendu vers le Barranco de Culivillas pour passer à la base d'une énorme coulée de neige, dans la face Sud de Espelunziecha, je remontais ensuite un raide ressaut pour atteindre le col situé à l'entrée des Llanos de Anayet à 9 h05. A 10 heures je passais au col coté 2444 où un randonneur revenu du sommet était en train de remettre ses skis et à 10 h20 j'étais au sommet du pico de las Arroyeras. Quel magnifique panorama ! Anayet, Ossau, Balaïtous, Infiernos, Tendenera; Ip, Aspe, Visaurin... Je quittais le sommet à 10 h45 et après avoir croisé de nombreux randonneurs dans le Barranco de Culivillas, je retrouvais ma voiture à 12 h30 après un dénivelé positif d'environ 950 mètres pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée.

    Carte 1:25000 Editorial Alpina Granollers Candanchú Canfranc et carte de l'IGN espagnol Signa.

    Voir galerie photo Pico de las Arroyeras 3 04 2015

     


    2 commentaires
  •  

    * 18 mars 2015, depuis le parking des pistes du Portalet (1750 m.), environ 500 mètres au Sud du col du Pourtalet, en traversant la route pour aller suivre au Sud-Est la pista (piste) de las Corvas qui prend ensuite une direction générale Est pour passer à l'entrée de la dépression située au Sud du col de Peyrelue ou Port Vieux de Sallent (1800 m.), sur le dôme coté 1942 ou 1944 ou encore 1945 selon les cartes, descendre pour traverser le barranco Boncalé (1910 m.) puis le barranco Arrigal (1870 m.) et aller suivre la croupe qui se dirige Nord-Nord-Est vers le dôme coté 2006 ou 2007, le contourner par la gauche pour passer au col situé derrière coté 1984 et aller chercher à l'Est le Cuello del Ministirio (2072 m. ou 2075 m. selon les cartes) afin de suivre la crête au Sud qui mène au sommet de la Peña dera Fita ou Peña de la Fita ou Peña ra Fita ou encore Peña Arafita (2141 m. ou 2134 m. selon les cartes)  Retour par un itinéraire proche de celui de l'aller.

    Toute la sortie effectuée sur neige en raquettes sauf pour les derniers mètres sous le sommet où j'ai utilisé les crampons.

    Parti à 8 h15, je pensais suivre la piste de las Corvas, comme spécifié dans certains topos de skis de randonnée ainsi que dans un ouvrage de randonnées raquettes qui précise que "la piste reste visible malgré les amoncellements de neige", mais ce 18 mars ce n'était pas le cas, la grosse quantité de neige tombée cet hiver ne permettait pas de suivre son tracé, j'ai navigué à vue en suivant par endroits quelques traces de randonneurs et d'animaux. Après être passé au-dessus de la cabane qui est en bordure de la piste, j'ai fait fuir deux lagopèdes et juste après avoir dépassé la dépression située au Sud du col de Peyrelue ou Port Vieux de Sallent, j'ai eu la chance d'apercevoir un renard qui se dirigeait vers le col. A 9 h30 je passais sur le dôme coté 1942 ou 1944 ou encore 1945 selon les cartes, à 10 h45 au Cuello del Ministirio et de 11 heures à 11 h15 j'étais en train de savourer le beau panorama offert par le sommet de la  Peña dera Fita. Lors de mon retour, dans de nombreux endroits, le sol paraissait uniforme et on ne voyait pas les accidents de terrain, je suis passé au-dessus de mes traces de l'aller puis, après la dépression située au Sud du col de Peyrelue ou Port Vieux de Sallent, au-dessous en suivant quelques morceaux de piste. Je retrouvais ma voiture à 13 h45 après un dénivelé positif d'environ 600 mètres pour autant de négatif et une journée passée en compagnie d'un temps très couvert et menaçant bad .  

    Cartes Editorial Alpina Geo/estel E-25 Valle de Canfranc Valle de Aísa Candanchú-Astún, Panticosa Formigal 1:25000 et carte de l'IGN espagnol Signa.

    Voir galerie photos Peña dera Fita

     


    votre commentaire
  •  

     


    * 3 septembre 2013, depuis le parking des pistes du Portalet (1750 m.), environ 500 mètres au Sud du col du Pourtalet, en traversant la route pour monter en pelouses direction Est, traverser plusieurs pistes et sentes pour aller chercher au Nord-Nord-Est la base du couloir situé à l'angle fait par les falaises de la Pène de l'Ours à gauche (Nord) et un piton caractéristique à droite (Sud), le remonter afin de prendre pied sur la crête Sud-Est de la Pène de l'Ours et la suivre jusqu'au sommet (2135 m. IGN et 2128 m. Editorial Alpina), continuer à suivre la crête en montagne russe direction Est-Nord-Est jusqu'au sommet du pic d'Estrémère ou du Pourtalet (2165 m.), en descendre directement direction générale Sud--Est pour atteindre le col de Peyrelue ou Port Vieux de Sallent (1849 m.), passer à la toute proche croix frontière numéro 310 bis (1855 m.), continuer la descente Sud-Ouest pour rejoindre la pista (piste) de las Corvas qui ramène direction Ouest puis Nord-Ouest au-dessus du parking de départ.  

    Parti au lever du jour à 7 h20, relevant d'une blessure à la hanche faite quelques jours avant lors d'une chute en jouant à la Pala, mon intention était de tester ma hanche en allant voir au col de Peyrelue la croix frontière 310 bis et, si ça marchait bien, continuer jusqu'au pic d'Estrémère ou du Pourtalet. En montant directement vers la Pène de l'Ours je me demandais si le couloir, que l'on voit en suivant la piste venant du col du Pourtalet et que là je ne voyais pas pour être caché derrière un piton caractéristique, était praticable. Ma hanche ayant bien supporté l'épreuve hors piste je décidais donc d'aller voir de plus près. Après avoir remonté la raide pente herbeuse-caillouteuse située à gauche et à la base d'un piton caractéristique, j'arrivais à l'entrée du couloir situé à l'angle fait par les falaises de la Pène de l'Ours à gauche (Nord) et le piton caractéristique à droite (Sud) où j'édifiais un cairn. Je réalisais un autre cairn vers le milieu du couloir, où la pente devient plus raide sur un sol noir avec du gravier fuyant par endroits qui débouche sur la crête Sud-Est de la Pène de l'Ours, au Nord de la cote 2058. De la base du piton caractéristique où je passais à 7 h43, à la crête, où je parvenais à 8 h15, il y a 150 mètres de dénivelé à négocier avec prudence. La suite de la crête se déroulant sur un terrain plus confortable, je parvenais à la Pène de l'Ours à 8 h30 et au pic d'Estrémère ou du Pourtalet à 8 h45. Après y avoir amélioré le cairn je repartais à 8 h55, pour descendre directement et à vue vers le col de Peyrelue. De 9 h20 à 9 h28, j'étais près de la croix frontière numéro 310 bis* gravée sur un dolmen couché. Après avoir croisé un groupe d'une vingtaine de randonneurs, je retrouvais le parking des pistes de ski du Portalet à 9 h55 après un dénivelé positif d'environ 450 mètres pour autant de négatif et une sortie ensoleillée.  

    * L'annexe II de la convention additionnelle du 27 février 1863 au Traité de délimitation de la frontière de la Table des Trois Rois au Port de Bouet du 14 avril 1862, précise sous le titre "Terrains d'un usage commun aux vallées d'Ossau et de Téna" que: "Il existe entre le Pourtalet d'Anéou (repère international n° 310) et le pic de Peyrelu à l'Est, deux petits territoires de même dimension, séparés par la montagne d'Estrémère, et qui sont communs aux troupeaux d'Ossau et de Téna.
    Le premier à l'Est du Pourtalet, entre la ligne de faîte qui sert de limite internationale et un mur de pierres sèches, au Nord, sur le versant de France.
    Le second au Sud du col de Peyrelu, sur le versant d'Espagne, entre la crête des Pyrénées et celle des deux rameaux qui se joignent à environ 80 mètres du col, à des rochers presque à fleur de terre, sur lesquels est gravée une ancienne croix, et qui s'appellent las Saléras (Salières), parce qu'on y donne le sel aux troupeaux des deux vallées.
    "

    Cartes 1:25000, IGN Ossau Vallée d'Aspe Parc National des Pyrénées 1547 OT, ou Vignemale Ossau Arrens Cauterets Parc National des Pyrénées 1647 OT et Editorial Alpina Geo/estel E-25 Valle de Canfranc Valle de Aísa Candanchú-Astún.

    Voir galerie photos Pic d'Estrémère par le couloir de la Pène de l'Ours

     


    votre commentaire
  •  


    * 31 juillet 2013, depuis l'aire de stationnement située en bordure de la route C-136, entre l'embalse de Bubal et Biescas, au départ de la piste de l'Ermita de Santa Elena (960 m.), en suivant cette piste direction Est, pour la laisser filer à gauche et continuer toujours direction Est puis direction générale Est-Nord-Est, dans le bosque del Asieso pour parvenir au Refugio Alto de Asieso, continuer sur le sentier qui fait suite à la piste et remonter toujours Est-Nord-Est dans le fond du Barranco del Asieso ou de Fajalata, puis quitter le barranco principal (1650 m.) pour s'élever à gauche, Nord-Est, en suivant un ravin secondaire afin de parvenir sur la crête Sud-Ouest de la Peña Sabocos (2120 m.) et au Nord du Puerto de Gavin ou Paso de la Loba, faire une traversée ascendante Nord-Ouest pour atteindre le Portillo Chetro ou Exetro (2525 m.) et y suivre la crête à l'Ouest jusqu'au sommet de la Peña Roya (2578 m.), revenir au Portilllo Chetro (2525 m.) pour descendre direction Nord puis Nord-Est (2320 m.) vers l'Ibon de los Asnos (2060 m.), longer sa rive droite et y suivre la piste qui ramène direction générale Ouest à Hoz de Jaca (1272 m.).

    Partis avec Eric à 6 h55, à 8 h05 nous parviendrons au terme de la piste du Barranco del Asieso ou de Fajalata, à hauteur du Refugio Alto de Asieso, où commencera un parcours accidenté du "combattant-accrobranché". Le début de la remontée en suivant le fond du Barranco est copieusement cairné, puis plus rien, la progression se réalise sur un terrain de plus en plus accidenté, gros blocs, arbres couchés... Le Barranco devient de plus en plus étroit, il faut s'aider des mains, des coudes, des genoux et même du piolet... et puis du nez car, lorsque nous sommes arrivés à 10 h20 face à un mur vertical d'une dizaine de mètres, sur lequel l'eau coulait, insurmontable pour nous, le demi-tour s'est imposé et il a fallu trouver l'échappatoire salvateur pour nous extirper de ce traquenard bad . C'était bien un traquenard car les cartes que nous avions fait suivre font apparaître des sentiers... qui n'existent malheureusement pas ! Cela nous aura permis de découvrir un superbe "spot" de Lis des Pyrénées et c'est donc la "fleur au fusil" que nous trouverons notre issue de secours, plus bas, sous la forme d'un mini ravin sec où l'eau ne s'écoulait que plus haut pour le bonheur des abondants Iris des Pyrénées. A 11 h55 nous parviendrons enfin à la sortie du ravin, près de la crête Sud-Ouest de la Peña Sabocos. A 14 h10, après avoir fait fuir un troupeau de... brebis, qui ne devaient pas avoir la laine fraîche avec cette chaleur, nous atteindrons le sommet de la Peña Roya qui dévoile un superbe panorama. Nous en repartirons à 14 h30 pour aller dévaler le raide versant Nord du Portillo Chetro, constitué d'éboulis croulants,.et faire une pause restauration de 15 h45 à 16 h20 sur la rive Nord de l'Ibon de los Asnos. Une looooooongue piste avec d'innombrables virages, dont nous couperons certains, nous ramènera au village de Hoz de Jaca à 17 h45 après un parcours de 27 kilomètres pour environ 1800 mètres de dénivelé positif et 1310 mètres de dénivelé négatif, par une chaude journée ensoleillée glasses . Après la prise d'un bon rafraîchissant bien mérité au bar du village, un sympathique couple de bretons, en vacances à Sallent de Gallego, fera la navette avec son véhicule pour nous permettre de récupérer notre voiture au point de départ.

    Carte Editorial Alpina Granollers 1:25000 Valle de Tena Sierra Tendeñera Biescas Panticosa Embalse de Bubal et Editorial Alpina Geo/Estel 1:25000 E-25.

    Voir galerie photos Peña Roya par le Barranco del Asieso

     


    votre commentaire
  •  

    * 14 août 2012, depuis le parking du Balneario de Panticosa, près du refugio (refuge) de la Casa de Piedra (1660 m.) en suivant le sentier balisé du GR 11 pour remonter au Nord le barranco de Caldarés de Banos, passer au-dessus de la rive droite des embalses (retenues d'eaux) de Bachimana Bajo et Alto (2240 m.), puis laisser filer le GR 11 à l'Ouest (2220 m.) pour continuer direction Est puis Nord sur l'itinéraire du Puerto de Panticosa ou du Marcadau et l'abandonner pour continuer direction Est afin d'aller contourner l'Embalse de Bramatuero Bajo (2316 m.) par sa rive gauche Sud, puis l'embalse de Bramatuero Alto (2530 m.) également par sa rive gauche Sud, pour remonter au Nord vers le Ibon del Letrero puis virer Est vers le collado del Letrero (2642 m.) et avant de l'atteindre, à hauteur d'un étang (2626 m.), remonter Est-Nord-Est directement vers le sommet du pico de las Neveras (2892 m.). Retour par le même itinéraire avec une variante au Nord de l'embalse de Bachimana Alto, en suivant un sentier plus au Sud qui évite de suivre celui du Puerto de Panticosa ou du Marcadau emprunté à l'aller.

    Partis à 7 h45, avec Cathy, Dédé et Eric, nous atteindrons l'embalse de Bachimana Bajo à 9 h10 où nous ferons une pause jusqu'à 9 h30. A 10 heures, nous laisserons filer le GR 11 à l'Ouest pour suivre l'itinéraire du Puerto de Panticosa ou du Marcadau. A 10 h40 nous passerons au barrage de l'embalse de Bramatuero bajo où des ouvriers étaient en train de colmater les nombreuses fissures. Nous suivrons un chemin muletier, bien tracé, qui nous permettra d'atteindre l'embalse de Bramatuero Alto à 12 h10. Après un cheminement en montagnes russes au-dessus de la rive gauche, nous passerons à 13 h30 à hauteur du collado del Letrero où nous déposerons nos sacs et après une montée assez raide, et pour la partie finale sur des éboulis fins et croulants, nous atteindrons le sommet du pico de las Neveras à 14 h20. Après avoir savouré le superbe panorama qui nous était offert, nous en repartirons à 14 h35 pour faire une pause restauration de 15 heures à 15 h55 à l'endroit où nous attendaient nos sacs. En repassant près du barrage de l'embalse de Bramatuero Bajo, nous y croiserons MichelK, un belge membre de Pyrénées Team, et sa compagne qui cherchaient un emplacement pour bivouaquer. Après avoir suivi le sentier le plus au Sud (traces de balisage de l'ancien GR 11) qui longe la rive Nord de l'embalse de Bachimana Alto, à 18 h35 nous traverserons le ruisseau d'alimentation de l'embalse de Bachimana Alto provenant des ibons Azules. Plusieurs pauses plus tard, nous retrouverons le Balneario de Panticosa à 20 h30 pour savourer une bonne mousse tongue cool, bien méritée, au refugio Casa de Piedra, après un dénivelé positif d'environ 1850 mètres pour autant de négatif.

    Les cartes donnent au pico de las Neveras des altitudes différentes,  sarcastic  2890 mètres, 2891 mètres, 2892 mètres (IGN Espagne) jusqu'à 2902 mètres sarcastic (1:50000 Institut Cartografic de Catalunya/RANDOéditions mapa 24 Gavarnie Ordesa).

    Cartes 1:25000 Editorial Alpina Panticosa Formigal et 1:50000 RANDOéditions mapa excursionista carte de randonnée Pirineos Pyrénées 24 Gavarnie Ordesa parc national des pyrénées parque nacional de ordesa y monte perdido.

    Voir galerie photos Pico de las Neveras

     


    votre commentaire
  •  

     

    * 27 Février 2012, depuis le parking des pistes du Portalet (1750 m.), environ 500 mètres au Sud du col du Pourtalet, en traversant la route pour aller suivre au Sud-Est la pista (piste) de las Corvas et la quitter après environ 500 mètres pour aller chercher à l'Est-Nord-Est le Puerto Viejo de Sallent ou col de Peyrelue ou encore Port Vieux de Sallent (1848 m. par l'Editorial Alpina, 1849 m. par l'IGN), remonter Est-Nord-Est puis Est et enfin Est-Sud-Est une croupe qui permet d'atteindre la crête frontière près de la cote 2177 (IGN) et la suivre vers l'Est  jusqu'au sommet du Petit pic de Peyrelue ou Baldetosas (2242 m. IGN et 2238 m. Editorial Alpina), en descendre au Nord pour passer au col coté 2215 (IGN) et 2212 (Editorial Alpina) et remonter toujours en suivant la crête frontière pour atteindre le sommet du pic de Peyrelue ou Houéga de Peyrelue ou Güega de Peiralun (2441 m. IGN et 2435 m. Editorial Alpina ), retour vers le col coté 2215 et 2212 pour descendre direction Ouest, en rive droite, le ravin issu de ce col, passer à la cabane Dous Bouès de Peyrelue (1881 m.), traverser le ruisseau de Peyrelue (1840 m.) et remonter en face direction générale Ouest-Nord-Ouest pour prendre pied sur la crête (2140 m.) et la suivre Nord-Nord-Est pour parvenir au sommet du pic d'Estrémère ou du Pourtalet (2165 m. IGN et  2158 m. Editorial Alpina), en revenir en suivant la crête Sud-Sud-Ouest puis Sud-Ouest pour passer sur un premier dôme coté 2141 par l'Editorial Alpina, au sommet de la non nommée Pène de l'Ours (2135 m. IGN et 2128 m. Editorial Alpina), en descendre à l'Est-Sud-Est pour retrouver le Puerto Viejo de Sallent ou col de Peyrelue ou encore Port Vieux de Sallent et y continuer la descente au Sud-Ouest pour retrouver la piste de las Corvas qui ramène direction Ouest puis Nord-Ouest au-dessus du parking de départ. 

    Parti à 8 h40, je passais au col de Peyrelue à 9 h20, pour atteindre le Petit pic de Peyrelue ou Baldetosas à 10 h10. Je le quittais à 10 h30 après avoir assisté à un spectacle donné par une nuée de chocards qui tournoyaient autour de moi, pour arriver au sommet du pic de Peyrelue, également nommé Peiralun par les espagnols, à 11 h10. J'en repartais à 11 h35, pour traverser le ruisseau de Peyrelue à 12 h30 et être au sommet du pic d'Estrémère ou du Pourtalet à 13 h33. Après avoir continué au Nord sur la crête pour visiter deux petits sommets voisins afin de comparer les altitudes, je repassais au pic d'Estrémère à 13 h50, pour être à la Pène de l'Ours à 14 h10, en repartir cinq minutes après et repasser au col de Peyrelue à 14 h40. Je retrouvais le parking des pistes de ski du Portalet à 15 h18 après un dénivelé positif d'environ 1100 mètres pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses accompagnée sur les crêtes de coups de vents glacials.

    Utillisation des raquettes, en quittant la pista (piste) de las Corvas jusqu'au col de Peyrelue et des crampons et du piolet sur toute la crête Sud du pic de Peyrelue. Echange des crampons par les raquettes juste après avoir quitté la crête du pic de Peyrelue pour descendre la rive droite du ravin et remonter jusqu'à une cinquantaine de mètres de la crête Pène de l'Ours-pic d'Estrémère. Réutilisation des raquettes dans la descente, une cinquantaine de mètres sous la Pène de l'Ours jusqu'à la pista (piste) de las Corvas.

    Cartes 1:25000, IGN Ossau Vallée d'Aspe Parc National des Pyrénées 1547 OT, ou Vignemale Ossau Arrens Cauterets Parc National des Pyrénées 1647 OT et Editorial Alpina Geo/estel E-25 Valle de Canfranc Valle de Aísa Candanchú-Astún. 

    Voir galerie photos Pics de Peyrelue et d'Estrémère en circuit

     


    votre commentaire
  •   

    * 24 juin 2004, depuis l'aire de stationnement du Corral de las Mulas (1625 m.) en bordure de la route A 136 à Formigal, en remontant direction générale Sud-Est la route jusqu'à la station de Anayet (1740 m.), puis direction générale Sud la piste du Barranco de la Mina pour la quitter lorsqu'elle a pris une direction Est en montant plein Sud (1920 m.), passer près et au Sud du Ibón de Lapazuso (2175 m.) pour aller chercher au Sud la crête Nord-Est du pico Royo (2263 m.), continuer à flanc direction Sud-Sud-Ouest vers la crête Sud du pico Royo (2320 m.), revenir sur la crête Nord-Est du pico Royo (2263 m.) pour la suivre à droite direction Nord-Est et passer sur un premier sommet non nommé (2282 m.), au col coté 2241 puis au sommet de la Punta Lapazuso (2271 m. ou 2272 m. selon les cartes), en descendre direction Ouest pour retrouver l'itinéraire de montée, sous et à l'Est du Ibón de Lapazuso(2140 m.), qui ramène au point de départ.

    La piste menant du Corral de las Mulas au parking de la station de ski de Anayet à Formigal étant interdite à la circulation de véhicules non autorisés et fermée par une barrière, je démarrais ma randonnée vers la Punta Lapazuso, à 9 heures, depuis la route A 136. Arrivé sur la crête Nord-Est du pico Royo, je décidais d'aller voir comment se présentait la crête Sud de ce pic et après une traversée à flanc avec descentes et remontées sur un terrain parfois très raide instable et accidenté en suivant de minces vires en dévers je parvenais sur un à-pic impossible à franchir arf et au-dessus de moi un "mur" se dressait ouch , le jour où je déciderai de gravir le pico Royo, ce n'est pas par là que je monterai, ce n'est pas dans mes cordes. De retour sur la crête Nord-Est, j'atteignais enfin le sommet de la Punta Lapazuso, but de ma sortie du jour. Ensuite, je réalisais une descente directe plein Ouest pour récupérer l'itinéraire de montée au Sud du Ibón de Lapazuso et aller retrouver ma voiture à 14 h45 après un dénivelé positif d'environ 900 mètres pour autant de négatif par un temps bien chargé en nuages menaçants qui se sont "lachés" par moments.

    Cartes 1:25000 Editorial Alpina Geo/Estel E-25 Valle de Canfranc Valle de Aísa Candanchú-Astún, 1:40000 Editorial Alpina Valle de Tena Sierra de Tendeñera Peña Telera et  IGN es Signa.

    Voir galerie photos Punta Lapazuso par la crête Nord-Est du pico Royo

     


    votre commentaire
  •  

    * 16 juillet 2010 la Peña Retona ( 2781m.) depuis Acumuer (1090 m.), en suivant au Nord, la piste interdite à la circulation qui démarre dans le virage en épingle juste sous le village, pour longer la rive gauche de la valle (vallée) del rio Aurin et la quitter après environ huit kilomètres (presque à la hauteur du vallon qui descend sur le versant opposé du collado de Maragnan) (1495 m.) en remontant à droite Est une croupe d'abord herbeuse puis boisée pour basculer (1655 m.) sur l'autre versant, perdre une trentaine de mètres d'altitude en descendant dans le vallon pour remonter en face, Nord-Est, franchir la large crête qui permet de basculer (1800 m.) dans un cirque encaissé et remonter direction générale Nord-Est la zone d'éboulis située à gauche, puis Nord pour passer entre les falaises des Peñas del Rincon à gauche et celles de el Huerto à droite, afin de remonter direction générale Nord le vallon jusqu'au collado de Canal Ancha (2598 m.) pour monter dans les raides éboulis d'abord Sud-Ouest afin d'éviter une barre rocheuse par la gauche, puis Nord pour passer au-dessus de cette barre en longeant la base des falaises sommitales pour arriver au pied de la cheminée qui donne accès, à gauche, au sommet. Retour par le même itinéraire avec quelques variantes. 

    La piste qui remonte la vallée du rio Aurin, interdite à la circulation, ne l'était pas pour la bonne dizaine de véhicules 4x4 que nous avons croisé. La partie située au-dessus de la piste jusqu'au sommet de la Peña Retona était un vrai paradis floral. La neige qui recouvrait les éboulis à partir 2300 mètres jusqu'à 2450 mètres a facilité notre progression, et nous avons utilisé les crampons et le piolet sur un raide névé situé au-dessus du collado de Canal Ancha. Au sommet mon altimètre donnait 2772 mètres. 

    Partis à 7 h15 avec dinosaure, NAULEKH et eyra, tous membres de Pyrénées Team, au bout d'environ huit kilomètres de piste non monotones, de part la convivialité des échanges et des partages de points de vues, nous la quitterons à 9 h16 à hauteur d'un  cairn de notre confection wink2 et après avoir dissimulé une petite réserve de victuailles pour le retour tongue nous poursuivrons notre joyeuse expédition pour, après l'escalade d'une facile cheminée d'une quinzaine de mètres, atteindre le sommet à 13 h45. Nous le quitterons à 14 heures pour commencer notre descente en laissant notre compère dinosaure assouvir sa soif de sommets en allant rajouter celui de Puerto Rico pendant que nous nous allions étancher notre soif tout court, et après un copieux arrêt restauration d'une bonne heure ^^ aux abords de la piste, nous retrouverons la voiture à 19 h10 après une très chaude et très belle journée ensoleillée glasses , une super ambiance du tonnerre à la Retona cool money et un dénivelé positif d'environ 1850 mètres pour autant de négatif.

    Cartes 1:25000 Editorial Alpina Sierra de la Partacua Pena Telera Circo de Ip Valle de Acumuer Villanua Canfranc Sallent de Gallego et 1:50000 RANDOéditions carte de randonnées 24 Pyrénées gavarnie-ordesa parc national des pyrénées parque nacional de ordesa y monte perdido.

    Voir galerie photos Peña Retona


     
     

    Peña Retona et Peña Telera, de sérieuses divergences

    Au coeur de la sierra de la Partacua, la Peña Retona et la Peña Telera sont des sommets emblématiques qui se disputent le titre de point culminant de cette sierra.

    Des cartes qui donnent diverses altitudes:

    La mapa excursionista (carte de randonnée) RANDOéditions Pirineos (Pyrénées) 24 Gavarnie Ordesa au 1:50000 donne à la Peña Retona une altitude de 2781 mètres et à la Peña Telera une altitude de 2762 mètres.

    La carte Editorial Alpina Sierra de la Partacua Peña Telera Circo de Ip Valle de Acumuer au 1:25000 donne à la Peña Retona une altitude de 2781 mètres et à la Peña Telera une altitude de 2764 mètres.

    La mapa y guia excursionista Editorial Alpina Valle de Canfranc Valle de Aisa Candanchu Astun au 1:25000 donne à la Peña Retona une altitude de 2775 mètres et à la Peña Telera une altitude de 2762 mètres.

    Des sites internet qui donnent également diverses altitudes:

    Le site http://www.mendikat.net/ donne à la Peña Retona une altitude de 2776 mètres et à la Peña Telera une altitude de 2762 mètres.

    Le site http://www.pirineos3000.com/ donne à la Peña Retona une altitude de 2775 mètres et à la Peña Telera une altitude de 2764 mètres.

    Le site http://www.camptocamp.org/ donne à la Peña Retona une altitude de 2781 mètres et à la Peña Telera une altitude de 2764 mètres.

    Des ouvrages qui donnent aussi diverses altitudes:

    David Atela précise que certaines cartes situent la Peña Telera plus haute que la Peña Retona (lesquelles ?) dans son ouvrage édité par SUA Guia Montanera 100 cumbres del Pirineo Aragones, alors il donne à la Peña Retona une altitude de 2721 mètres et à la Peña Telera une altitude de 2764 mètres. La Pena Retona perdrait 60 mètres !

    Miguel Angulo dans son tome 1 "Pyrénées 1000 ascensions d'Hendaye au Somport" aux éditions Elkar donne à la Peña Retona une altitude de 2718 mètres et désigne la Peña Telera comme point culminant de la sierra de Partacua avec une altitude de 2764 mètres. La Peña Retona perdrait 63 mètres !

    Avec les moyens technologiques actuels, il est quand même surprenant que de telles différences perdurent...


    3 commentaires
  •  

     

    * 14 juin 2001, les sommets Occidental et Oriental de la Foratata depuis le dernier parking des habitations de la station de Formigal (1600 m.) en remontant le vallon plein Nord jusqu'au col anonyme (2020 m.) pour aller chercher au Nord-Est la crête Nord de la Foratata et la remonter au Sud jusqu'au col Ouest afin de gravir la crête jusqu'au sommet de la Foratata Occidental (2295 m.), revenir au col Ouest pour contourner le flanc Nord et remonter au Sud-Est pour aller gravir la crête qui mène au sommet de la Foratata Oriental (2341 m.).

    Carte Editorial Alpina Granollers 1:25000 Panticosa Formigal.

    Sommets Occidental et Oriental effectués en compagnie d'un sympathique montagnard espagnol qui avait laissé ses compagnons impressionnés sous le col Ouest de la Foratata Occidental. Il m'a laissé devant pour l'ascension de la Foratata Occidental et comme je ne trouvais pas le passage de la première cheminée pour la Foratata Oriental, il est passé devant car c'était la troisième fois qu'il y revenait, je n'ai plus eu qu'à le suivre. Le sommet Oriental est plus aérien arf erf que le sommet Occidental, il exige quelques notions d'escalade et je remercie ce montagnard espagnol car seul je n'y serai pas parvenu yes cool .

    Parti à 10 heures, j'étais de retour à 14 h. 45 après environ 1000 mètres de dénivelé positif et autant de négatif.

    Voir galerie photos Peña Foratata




    votre commentaire
  • * 9 décembre 1994 l'embalse de Arriel (2259 m.) depuis l'aire de stationnement de l'embalse de la Sarra (1438 m.) à Sallent de Gallego, en traversant le Puente da Faxas (en amont de l'embalse) pour suivre les balises du GR 11 et remonter la vallée de Aguas Limpias, passer à El Paso del Onso, à Llano Cheto, puis laisser filer le GR 11 pour bifurquer à gauche au Paso do Pino, pour remonter le Barranco del Arriel, passer à l'embalse de Arriel bajo et à l'embalse de Arriel alto (2259 m.). Retour à l'embalse de Arriel bajo pour suivre à gauche un sentier qui contourne le Garmo da Frondella (crête Ouest des Frondellas) par l'Ouest puis le Sud pour longer ensuite vers l'Est, en rive droite, la vallée de Aguas Limpias et arriver à l'embalse de Respomuso ou Respumoso (2075 m.). Descente de la vallée de Aguas Limpias en suivant le sentier GR 11 jusqu'au point de départ.

    Carte Editorial Alpina Granollers 1:25000 Panticosa - Formigal.

    Randonnée réalisée sur neige à partir de 2000 mètres et utilisation des raquettes à partir de 2050 mètres dans le barranco de Arriel.

    Avec Marcel nous avons mis 6 heures pour faire cette boucle. Le temps était couvert et il neigeait par moments.

    Cette randonnée n'est pas à réaliser lorsque l'itinéraire est totalement enneigé et lorsqu'il y a risque d'avalanche car la vallée de Aguas Limpias est un endroit très exposé aux avalanches ! bad mad

    Voir galerie photos Embalses de Arriel et Respomuso




    votre commentaire
  •   

    * 24 avril 2007 les sommets Nord et Sud de O Forato ou El Forato (2106 m.) depuis le dernier parking des habitations de la station de Formigal (1600 m.), en remontant le vallon plein Nord jusqu'au col anonyme (2020 m.) puis en étant passé sur la crête Nord-Ouest de la Foratata, retour au col anonyme (2020 m.) et ascension de El Forato ou O Forato par son versant Nord-Est que j'ai cairné.

    Carte Editorial Alpina 1:25000 Panticosa Formigal.

    Parti à 8 h.45, je passais au col (2020 m.) à 10 h.05, sur la pointe Nord de O Forato à 10 h.40 que je quittais à 10 h.50 pour être sur la pointe Sud à 11 heures et de retour à l'aire de stationnement à 12 h.30 après un dénivelé positif de 700 mètres et autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses .

    Voir galerie photos O Forato




    votre commentaire
  • * 17 avril 2003, le pico Campo de Troya (2224 m.)  depuis l'aire de stationnement de la station de ski de Anayet à Formigal (1720 m.) sous le col du Pourtalet, en remontant la bordure de la piste de ski du Barranco de la Mina jusqu'à 2000 mètres, puis en traversée ascendante plein Nord sur le flanc Ouest du Campo de Troya pour atteindre le col entre les cotes 2201 au Nord et 2224 au Sud, et terminer l'ascension plein Sud. 

    Carte Editorial Alpina Granollers 1:25000 Candanchú  Astún Canfranc.

    Randonnée effectuée depuis le départ sur neige et en raquettes. Superbe journée ensoleillée glasses . Pour rejoindre le parking de la station de ski de Anayet, il faut emprunter la route D 934 pour basculer au col du Pourtalet sur le versant espagnol, et suivre la route A 136 qu'on abandonne 3 kilomètres après à hauteur du Corral de las Mulas (1625 m.) pour prendre à droite la route qui mène à la station de ski de Anayet (l'été il faut garer au Corral de las Mulas, la suite étant interdite aux véhicules non autorisés et une barrière en défend l'accès).

    Parti à 7 h.30, j'étais au sommet à 9 h.30 et de retour à la voiture à 10 h.25 après un petit dénivelé positif de 510 mètres pour autant de négatif et une journée assez bien ensoleillée.

    Voir galerie photos Pico Campo de Troya




    votre commentaire
  • * 23 mars 2001, depuis l'aire de stationnement des ventas du col du Pourtalet (1794 m.), en remontant direction Sud-Ouest le vallon du versant espagnol parallèle à la crête frontière, pour passer sous la Pène Mieytadère et gravir La Forqueta ou Pène Mieytadère Ouest (2124 m.) puis Las Gralleras Sur ou Las Gralleras Sud (2202 m. ou 2204 m. selon les cartes). Retour par la croupe qui borde le Sud du vallon utilisé à la montée.

    Carte IGN 1:25000 Top 25 Ossau Vallée d'Aspe Parc National des Pyrénées 1547 OT et carte Editorial Alpina Granollers 1:25000 Candanchú Astún Canfranc.

    Randonnée effectuée depuis le départ en raquettes à neige (enlevées pour gravir la paroi Sud de la Pène Mieytadère Ouest où il faut s'aider des mains), avec un temps par moments ensoleillé.

    Sortie réalisée en 3 h.30 aller et retour avec un petit dénivelé positif de 500 mètres pour autant de négatif.

    Voir galerie photos Las Gralleras Sur




    votre commentaire
  •  

    Muga Norte de Marcadau Muga Norte de Marcadau

    * 6 octobre 2009, la Muga Norte de Marcadau ou Muga Nord (2676 m.) depuis le parking du Balneario de Panticosa (1660 m.), en suivant le sentier balisé du GR 11 pour remonter au Nord le barranco de Caldarés de Banos, passer au-dessus de la rive droite des embalses (retenues d'eaux) de Bachimana Bajo et Alto (2240 m.), puis laisser filer le GR 11 à l'Ouest (2220 m.) pour continuer direction Est puis Nord et passer près du ibon (lac) del Pecico de la Canal (2460 m.), au Port du Marcadau ou Puerto de Panticosa (2541 m. - croix frontière numéro 313) et suivre au Nord-Est la crête qui mène au sommet.

    Cartes 1:25000 Editorial Alpina Panticosa Formigal et IGN Vignemale Ossau Arrens Cauterets Parc National des Pyrénées 1647 OT. 

    Au-dessus du Balneario ou Banos de Panticosa, à hauteur d'une bifurcation sans balisage rouge et blanc, le sentier de gauche descendant vers un pont, je suis parti par erreur sur celui qui continuait à monter à droite et qui semblait logique. Ce n'est qu'après une centaine de mètres de dénivelé que j'ai fait demi-tour pour passer sur le pont. Sur une bonne partie de l'itinéraire j'ai été accompagné par la pluie et certains passages sur des dalles en dévers, au-dessus du vide, sont à négocier avec prudence. En arrivant au Port du Marcadau ou Puerto de Panticosa, j'ai failli faire demi-tour car un vent violent balayait la crête et avec la pluie erf  les conditions n'étaient pas idéales pour continuer vers le sommet. Les seules personnes vues et encore de loin, pendant ma randonnée, furent les ouvriers qui travaillaient au nouveau refugio (refuge) au-dessus de l'embalse de Bachimana Bajo.

    Parti à 8 heures, je passais à l'Embalse de Bachimana Bajo à 10 heures, au Port du Marcadau ou Puerto de Panticosa à 11 h 45 pour en repartir à 12 h 10, être au sommet à 12 h 30 et après l'avoir quitté à 12 h 45 je retrouvais ma voiture à 15 h 30 après un dénivelé positif de 1200 mètres et autant de négatif.

    Voir galerie photos Muga Norte de Marcadau


     


    votre commentaire
  • * 28 janvier 2008, Espelunziecha ou Punta Espelunciecha (2397 m. ou 2396 m. selon les cartes) depuis l'aire de stationnement de la station de ski de Anayet à Formigal (1720 m.) sous le col du Pourtalet, pour monter à droite des remontées mécaniques et suivre au Sud la rive droite du barranco de Culivillas pour ensuite descendre à droite traverser le ruisseau afin de remonter plein Ouest le vallon du barranco de Culivillas qui mène au collado (col) coté 2233, pour aller suivre direction Nord-Est  puis Nord la crête qui mène au sommet.

    Carte Editorial Alpina Granollers 1:25000 Candanchú Astún Canfranc.

    Randonnée effectuée sur neige et en raquettes depuis le départ. Le vallon du barranco de Culivillas est à aborder avec prudence car c'est un endroit propice aux avalanches bad mad . Superbe journée ensoleillée glasses .

    Parti à 8 h.45, je passais au collado à 10 h.41 pour être au sommet à 11 h.40 que je quittais à 12 heures pour retrouver ma voiture à 13 h.45.

    Voir galerie photos Espelunziecha




    votre commentaire
  •  

     

    * 23 juin 2007 le pico de Bacias (2760 m.)  depuis le Balneario de Panticosa (1640 m.) en remontant le Barranco de Brazato pour passer au Sud et au-dessus (2450 m.) de l'ibon inferior d'o Brazato, au Sud de l'embalse de Brazato (2400 m.), remonter au Nord-Est pour aller au-dessus et au Nord du Cuello de Baja Bazia chercher la crête Sud (2650 m.) du pico de Bacias et la remonter jusqu'au sommet. Retour en descendant la crête Nord-Ouest pour passer au Cuello Alto de Brazato (2578 m.) et suivre le GR 11 pour passer par les ibons altos o Brazato et retrouver la station du Balneario de Panticosa (1660 m.) et ma voiture un peu plus bas.

    Carte Editorial Alpina Granollers 1:25000 Panticosa Formigal.

    L'accès du Balneario de Panticosa étant interdit pour cause de travaux gigantesques frown , j'ai du garer ma Scénic en contrebas du paravalanche qui précède la station d'où j'ai commencé ma randonnée à 8 h.30. Au-dessus des escaliers, j'ai emprunté le chemin qui va rejoindre le GR 11 et je l'ai quitté une centaine de mètres après pour prendre un sentier sur la droite afin de remonter le Barranco de Brazato. Ce sentier se perd plus haut entre les pelouses et les sapins, et les cairns qui lui font suite se perdent également dans les éboulis. Sans autres repères que ma carte imprécise, ma boussole et mon altimètre j'ai traversé des zones d'éboulis granitiques avec trois petits lacs ravissants  qui ne figurent sur aucune carte pour aller rejoindre le sommet du pico de Bacias  à 12 h.10 où j'ai rencontré les premiers randonneurs de la journée, un groupe de basques espagnols très sympathiques qui réalisait la traversée Balneario de Panticosa-San Nicolas de Bujaruelo. Quittant le sommet à 12 h.30 je suis revenu en suivant le sentier du GR 11  jusqu'en bas de la station, en croisant énormément de monde, pour retrouver ma voiture à 15 h.

    Voir galerie photos Pico de Bacias




    2 commentaires
  •  

    * 12 juin 2007 le pico Culivillas (2528 m.) depuis l'aire de stationnement du Corral de las Mulas (1625 m.) en bordure de la route A 136 à Formigal, en remontant direction générale Sud-Est la route jusqu'à la station de Anayet (1740 m.), puis direction générale Sud la piste du Barranco de la Mina jusqu'à 1950 mètres pour ensuite remonter plein Sud dans le vallon Nord du pico Royo, et à partir du ibon (petit lac 2160 m.) remonter Sud-Ouest pour passer par la brèche (2350 m.) située au Nord de la cote 2396 et suivre la crête au Nord-Ouest pour passer sur un premier sommet (2466 m.), et après un deuxième sommet redescendre de quelques mètres sur le versant du canal de Izas afin de traverser une vire très étroite pour retrouver la crête et parvenir au sommet.

    Carte Editorial Alpina Granollers 1:25000 Candanchú Astún Canfranc.

    Départ à 6 h.30 pour passer à 6 h.55 à la station de Anayet, à 8 h.15 au ibon (petit lac), à 9 h. à la brèche et être au sommet à 9 h.30. Début de la descente à 10 h. pour retrouver ma Scénic à 12 h. après un dénivelé positif de 1000 mètres et autant de négatif.

    Je n'ai croisé personne sur mon itinéraire, au retour, dans les estives en contrebas du Corral de las Mulas, il y avait un taureau bad au milieu des vaches! Le portail qui ferme l'accès de la route de la station de Anayet, interdite aux véhicules non autorisés, était ouvert lors de mon arrivée. Heureusement que je n'ai pas emprunté cette route car à mon retour le portail était fermé!

    Voir galerie photos Pico Culivillas




    votre commentaire
  •  

     

    * 15 octobre 2006, depuis l'aire de stationnement du Corral de las Mulas (1625 m.) en bordure de la route A 136 à Formigal, en suivant la piste qui mène à la nouvelle station de ski de Anayet la Mina, pour suivre au Sud la rive droite du barranco de Culivillas, descendre ensuite à droite traverser le ruisseau afin de remonter plein Ouest le vallon du barranco de Culivillas qui mène au collado (col) coté 2233, pour y continuer sur le plateau direction générale Ouest, passer à gauche du grand ibón  de Anayet (2227 m. ou 2224 m. selon les cartes), monter au collado de Anayet (2404 m. ou 2414 m. selon les cartes), pour y suivre la crête à droite direction Nord-Est d'abord sur le flanc Occidental puis sur le flanc Oriental, passer à la main courante et gravir la cheminée qui mène directement au sommet du pico de Anayet (2545 m. ou 2574 m. selon les cartes) et revenir par le même itinéraire..

    Carte Editorial Alpina Granollers 1:25000 Candanchú Astún Canfranc.

    Parti de nuit à 7 h.15 à la lueur d'un quart de lune et de ma lampe, à 8 h.05 j'abordais le barranco de Culivillas pour passer à 9 h.05 au collado du barranco de Culivillas, puis à 9 h.40 au collado de Anayet et arriver au sommet à 10 h.10. Ayant quitté le sommet à 10 h.30, après la main courante cela n'a pas été le pied, vers 2450 mètres sur le flanc Nord-Ouest du pico de Anayet, une pierre (qui a dû se décrocher avec le redoux et que je n'ai pas vu ni entendu tomber) est venue me taper violemment la tête eek oops provoquant ma chute rattrapée par chance oops yes . Un rideau de sang coulait devant mes yeux et la phalangette de mon annulaire droit remontait vers le ciel bleu, c'était plus impressionnant que douloureux et de 10 h.40 à 11 h.05 j'ai soigné mes blessures avec ma trousse de secours et le système D  sarcastic. A 12 h.35 après 1000 mètres de dénivelé positif et autant de négatif, je retrouvais ma voiture. De retour à Pau, à 14 h.30 j'étais aux urgences de la clinique Marzet où on m'a posé 6 points de suture sur la tête et le lendemain on m'opérait de l'annulaire droit, pour une coupure du tendon, avec pose d'une nuée de points (11) puis d'une orthèse. 

    Voir galerie photos Pico de Anayet




    3 commentaires
  •  

    * 3 octobre 1996, depuis l'aire de stationnement sur la piste du Corral de las Mulas (1800 m.) à Formigal, pour suivre au Sud la rive droite du barranco de Culivillas, descendre ensuite à droite traverser le ruisseau afin de remonter plein Ouest le vallon du barranco de Culivillas qui mène au collado (col) coté 2233, pour y continuer sur le plateau direction générale Ouest, passer à gauche du grand ibón  de Anayet (2227 m. ou 2224 m. selon les cartes), monter au collado de Anayet (2404 m. ou 2414 m. selon les cartes) et gravir la crête à gauche direction Sud-Sud-Ouest qui mène au sommet du Vértice de Anayet ou Punta O Garmo (2559 m. ou 2555 m. selon les cartes) et revenir par le même itinéraire..

    Carte 1:25000 Editorial Alpina Candanchú Astún Canfranc.

    Randonnée effectuée avec Marcel, sur neige à partir de 1900 mètres, avec utilisation des crampons pour gavir la crête qui mène au sommet. Le vallon du barranco de Culivillas est à aborder avec prudence car c'est un endroit propice aux avalanches bad mad . Retour à la voiture 4 h. 30 après le départ avec un petit dénivelé de 900 mètres positif et autant de négatif.

    Voir galerie photos Vértice de Anayet 3 10 1996

     

     ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    * Deux ana avant, le 16 octobre 1994, seul j'avais réalisé presque la même randonnée mais sans neige, en partant de l'aire de stationnement sur la piste du Corral de las Mulas (1800 m.) à Formigal, pour suivre au Sud la rive droite du barranco de Culivillas, descendre ensuite à droite traverser le ruisseau afin de remonter plein Ouest le vallon du barranco de Culivillas qui mène au collado (col) coté 2233, pour y continuer sur le plateau direction générale Ouest, passer à gauche du grand ibón  de Anayet (2227 m. ou 2224 m. selon les cartes), monter au collado de Anayet (2404 m. ou 2414 m. selon les cartes) et gravir la crête à gauche direction Sud-Sud-Ouest qui mène au sommet du Vértice de Anayet ou Punta O Garmo (2559 m. ou 2555 m. selon les cartes) et revenir par le même itinéraire sauf pour la traverser de la majada de Anayet, réalisée un peu plus au Sud.
    Randonnée effectuée par mauvais temps avec du brouillard et de la pluie. Aller et retour effecué en 3 h. 44 pour un dénivelé positif de 800 mètres et autant de négatif.

    Voir galerie photos Vértice de Anayet 16 10 1994


    votre commentaire
  •  

    * 29 juillet 2004, depuis l'aire de stationnement du Corral de las Mulas (1625 m.) en bordure de la route A 136 à Formigal, en suivant le GR 11 pour monter à la station (1720 m.), passer à droite des remontées mécaniques et suivre au Sud la rive droite du barranco de Culivillas pour ensuite descendre à droite traverser le ruisseau afin de remonter plein Ouest le vallon du barranco de Culivillas qui mène au collado (col) coté 2233, à l'entrée du plateau de Anayet, remonter plein Sud la large croupe puis Sud-Sud-Ouest (2300 m.) le vallon qui mène à un semblant de col (2360 m.) pour réaliser une traversée à flanc, direction Sud, afin d'atteindre le col anonyme coté 2444 et y suivre à gauche, Est, la crête qui mène au sommet du pico de las Arroyeras ou pico Arroyetas (2573 m. ou 2556 m. ou encore 2557 m. selon les cartes). Retour au col anonyme coté 2444 pour descendre au plateau de Anayet, aux ibones de Anayet et faire un détour par la Glera de Anayet avant de retrouver le Corral de las Mulas.

    Carte 1:25000 Editorial Alpina Granollers Candanchú Astún Canfranc.

    Départ à 9 h. pour arriver au sommet à 12 h. Départ du sommet à 12 h. 30 pour retrouver la voiture à 14 h. 30 après 1100 mètres de dénivelé positif et autant de négatif.  Un mois avant, le 24 juin, lors d'une randonnée sur la crête Nord-Est du pico Royo, il y avait deux taureaux avec le troupeau de vaches qui était près du Corral de las Mulas et l'itinéraire du GR 11 avait été dévié à cause des travaux d'agrandissement de la station de ski. 

    Voir galerie photos pico de las Arroyeras 29 07 2004




    votre commentaire
  •  

     

    * 16 juin 2005 le pico de Musales (2654 m.)   depuis l'aire de stationnement de la centrale de l'embalse de la Sarra (1438 m.) à Sallent de Gallego, en remontant le chemin qui mène au refuge et au panneau solaire, pour passer ensuite par l'ibón Ciecho (2220 m.) et le collado Musales (2598 m.).

    Carte 1:25000 Editorial Alpina Panticosa Formigal et carte 1:40000 Mapa Excursionista de los Pirineos Valle de Tena.

    Départ à 11 h. 15, perte de 15 minutes pour contourner un taureau agressif bad qui gardait un troupeau de vaches près du refuge et du panneau solaire, pour arriver au sommet smile à 15 h. Départ du sommet à 15 h. 15 pour retrouver la voiture à 17 h. 30 après 1220 mètres de dénivelé positif et autant de négatif.

    Voir galerie photos Pico de Musales




    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique