• (008) Vallée d'Aspe - Secteur Sarrance Accous


  •  

    * 18 décembre 2016 depuis le parking (1060 m.) situé en bordure de la piste une centaine de mètres avant la passerelle cotée 1066 de Pée Nouqué Grange, à l'Est d'Aydius, en suivant un large chemin herbeux parallèle et sur la gauche de la piste pour remonter direction générale Sud en suivant le sentier qui lui fait suite et qui entre en forêt, après avoir traversé l'Arigalos ruisseau, il remonte une croupe entre deux ruisseaux pour passer, toujours direction Sud, à la cote 1200 et sortir du bois à la cote 1347, pour remonter Sud-Sud-Est le vallon en rive droite en direction du col de la Taillandère et passer à la cabane Cure-det-Cam (1600 m.), où on abandonne le sentier pour remonter une ravine parallèle et en contrebas de la ligne de crête en direction Sud-Est, infléchir à l'Est (1750 m.) afin de prendre pied sur la crête Nord-Ouest du pic Lasnères et la suivre jusqu'au sommet (2000 m.), revenir en suivant la crête Nord-Ouest jusqu'à rencontrer le sentier venant du col d'Arrioutort (1650 m.) qui mène à gauche Sud-Sud-Ouest à la cabane Cure-det-Cam (1600 m.) où on retrouve l'itinéraire de montée qui ramène au point de départ.

    Partis à 8 h45 avec Odile et Pierre depuis l'aire de stationnement située dans le virage en épingle (850 m.) en bordure de la route des Salars à l'Est d'Aydius, nous ne marcherons pas 5 minutes qu'une voiture s'arrêtera à notre hauteur. Yvette la conductrice, qui était avec sa chienne Diane, nous signalera que la suite de la route qui mène à la grange Pée Nouqué n'était plus interdite et elle nous proposera de nous y transporter. Nous ne refuserons pas cette gentille offre yes cool et c'est donc depuis la nouvelle aire de stationnement marquée d'un panneau "Parking" que nous démarrerons cette randonnée à 9 heures en compagnie de Yvette et de sa chienne Diane. Après une rapide remontée, nous ferons une pause à la sortie de la forêt de 9 h30 à 9 h45. Nous trouverons de nombreuses portions enneigées à partir de 1400 mètres puis de la neige continue et de la glace à partir de 1570 mètres, peu avant d'arriver à la cabane Cure-det-Cam. De 10 h15 à 10 h30 nous ferons la visite de cette cabane. Dans la ravine peu prononcée, parallèle et en contrebas de la ligne de crête, située au-dessus, nous y utiliserons les crampons et le piolet à partir de 1640 mètres. Sur la crête Nord-Ouest du pic Lasnères, la qualité de la neige devenant "galère", on s'y enfonçera par endroits jusqu'aux genoux, j'échangerai les crampons par les raquettes qui ne quitterons pas mes pieds jusqu'au sommet où nous parviendrons à 11 h50. Après avoir apprécié le beau panorama qui nous était offert, nous ferons une pause restauration avant de commencer notre descente retour à 13 h10. Je quitterai les raquettes en arrivant sur le sentier venant du col d'Arrioutort. De 13 h50 à 14 h15 nous réaliserons une visite de la cabane secondaire de Cure-det-Cam pour retrouver notre second point de départ à 15 heures après un dénivelé positif de 940 mètres pour autant de négatif par une journée fraiche mais bien ensoleillée glasses .

    Carte IGN 1:25000 Oloron-Sainte-Marie Vallée d'Aspe 1546 OT.

    Voir galerie photos Pic Lasnères 18 12 2016


    votre commentaire
  • * 25 mars 1996, depuis le col de Hourataté (1009 m.) en bordure de la route D 442 au-dessus et à l'Est d'Osse-en-Aspe, en remontant au Nord-Est pour récupérer la route qui mène au Nord au col de Bergout (1164 m.), puis monter direction Nord-Est sur le flanc Sud-Est du Layens pour atteindre la cabane de Ligarce (1370 m.) et y continuer la montée, direction Nord, pour aller chercher la crête à la cote 1569 et la suivre au Nord puis à l'Ouest jusqu'au sommet de Le Layens (1625 m.). Retour en suivant l'itinéraire de montée jusqu'à la cote 1569 pour y plonger Sud-Ouest vers la cote 1441 et aller retrouver l'itinéraire de montée juste au-dessus du col de Bergout.  

    Parti à 10 h11, j'étais au sommet à 11 h48 que je quittais à 11 h59 pour retrouver ma voiture à 12 h57, après un dénivelé positif de 620 mètres et autant de négatif. Un écriteau situé au col de Hourataté signalait "Layens par le col de Bergout 3 h". La route qui mène au col de Bergout était bien enneigée, du col de Bergout à la cabane de Ligarce je n'ai pas mis les pieds sur la neige. De la cabane de Ligarce , où sur la porte une pancarte signalait "Commune d'Osse eaux et forêts 1933", jusqu'au sommet l'itinéraire était entièrement enneigé.

    Carte IGN 1:25000 Oloron-Sainte-Marie Vallée d'Aspe 1546 OT.

    Voir galerie photos Le Layens 25 03 1996

     


    votre commentaire
  • * 21 mars 2003, depuis la route qui passe au Nord et au-dessus du village d'Aydius (830 m.), en suivant direction Nord-Ouest une piste qui monte en larges lacets pour la quitter à hauteur d'un virage à gauche (1100 m.) en suivant à droite un sentier en direction Nord-Est, puis en lacets direction générale Nord pour remonter le ravin d'Arrosques, passer près de la cabane d'Ilurpe, atteindre la crête au Pas d'Ilurpe (1553 m.) afin de la suivre à droite direction Est jusqu'au sommet de Houndarète (1695 m.) et revenir par le même itinéraire.

    Partis à 10 heures, avec Jean-Marc, nous évoluerons sur neige à partir de 1300 mètres. La remontée du ravin d'Arrosques sera chaude, avec passage sur de nombreux arbres couchés par les avalanches et traversée d'énormes coulées. La remontée de ce ravin avalancheux  ne peut être réalisée que si les coulées se sont produites. Nous parviendrons au sommet à 13 heures et après un bref repas et une descente rapide nous serons de retour à la voiture à 15 heures après un dénivelé positif de 865 mètres pour autant de négatif par une journée assez bien ensoleillée.

    Carte IGN 1:25000 Top 25 Oloron-Sainte-Marie Vallée d'Aspe1546 OT.

    Voir galerie photos Sommet de Houndarète 21 03 2003


    votre commentaire
  • Crête les Tourelles

    * 20 février 1997, depuis le col de Bouesou (1009 m.) en bordure de la route D 441, en suivant Sud-Ouest la piste puis, à partir de la cote 1142, la large crête direction générale Sud-Sud-Ouest pour passer aux cotes 1239, 1497 et 1553 et parvenir à la cabane d'Ichéus (1560 m.), continuer toujours direction Sud-Sud-Ouest en traversant le bois de Pétraoube, passer à la cote 1734 puis parvenir à la crête les Tourelles (1839 m.) afin de la suivre toujours Sud-Sud-Ouest jusqu'aux sommets Est et Ouest de ladite crête les Tourelles (2038 m.).

    Si la randonnée est tranquille jusqu'à la cabane d'Ichéus, la suite l'est moins, la traversée du bois de Pétraoube est assez sportive car il faut louvoyer entre les arbres et les rochers pour trouver son itinéraire sur des pentes parfois raides ^^ . En longeant la crête d'assez près, mais pas trop près, on domine de beaux à-pics avec quelques pitons détachés des falaises surmontés de pins rabougris cool .

    Randonnée effectuée avec Marcel, sur neige à partir de 1450 mètres avec utilisation des crampons et du piolet sur toute la longueur de la crête les Tourelles, en 5 h30 aller et retour pour un dénivelé positif de 1100 mètres et autant de négatif et une belle journée ensoleillée glasses .

    Carte IGN 1:25000 Oloron-Sainte-Marie Vallée d'Aspe 1546 OT.

    Voir galerie photos Crête les Tourelles


    votre commentaire
  •  

    * 31 août 2014, depuis la fin de la piste qui longe la Berthe rivière à l'Est d'Accous (840 m.), pour traverser à gué le torrent d'Araille, et aussitôt après, laisser filer la piste de la Borde Apiou pour suivre à gauche un sentier qui remonte en forêt direction générale Est puis Sud pour sortir de la forêt (1208 m.), continuer Est-Sud-Est en passant près de la fontaine de la Cagote pour aller traverser le Lapassa ruisseau (1300 m.) en laissant à droite la cabane du Lapassa, longer Est-Sud-Est la rive gauche sans traverser le ruisseau pour remonter les pentes herbeuses, virer à gauche pour prendre une direction Nord (1650 m.) pour passer près de la cabane d'Escurets (1700 m.) et aller chercher à l'Est le col d'Iseye (1829 m.), monter direction Nord-Nord-Ouest puis Nord-Est sur le flanc Occidental pour passer au col de Lasbignes (1869 m.), y continuer la progression sur le flanc Oriental en direction Nord-Nord-Est vers le col de Cotcharas ou Coig Arras et avant de l'atteindre, remonter direction Ouest la bordure gauche de la raide zone d'éboulis, laisser à gauche un raide couloir herbeux pour traverser à l'horizontale à droite direction Nord afin de contourner un éperon et remonter la raide zone d'éboulis du couloir voisin, passer sous une grotte qu'on laisse au-dessus et à droite afin de remonter la raide pente herbeuse puis la dalle inclinée qui débouche sur la crête, la suivre au Nord puis au Nord-Ouest pour atteindre le sommet de La Marère ou l'Embarrère (2221 m.) et revenir par l'itinéraire de montée en reliant le col Lasbignes et le col d'Iseye par le flanc Oriental.

    Partis à 8 h30 avec Roland, Philippe et Dinosaure , nous sortirons de la forêt à 9 h15, et peu après avoir traversé le Lapassa ruisseau, nous ferons une pause de 9 h30 à 9 h40. Après une montée raide, en lacets, suivie d'une traversée horizontale en balcon, nous passerons près de la cabane d'Escurets puis nous ferons une nouvelle pause de dix minutes au col d'Iseye. Après avoir remonté la partie gauche d'une grande zone d'éboulis croulants, nous laisserons à gauche un couloir herbeux fort raide où la vire horizontale, que j'avais emprunté lors de mon ascension du 17 avril 1997 avec Marcel, était bien dégradée et plongeait dans le vide. Nous irons remonter le couloir voisin, situé plus au Nord, toujours sur des éboulis croulants pour passer sous une grotte à notre droite et après avoir surmonté une raide pente herbeuse, nous gravirons la dalle inclinée qui débouche sur la crête Sud-Est de La Marère ou l'Embarrère. Cette barre rocheuse peut se franchir soit par sa bordure gauche, soit par son centre soit par sa partie droite située contre la falaise. Nous parviendrons au sommet à 12 h30. Après une pause restauration d'une heure au-dessus de la zone d'éboulis et au-dessus de la mer de nuage, nous nous laisserons glisser sur ces éboulis, qui glissaient également derrière nous, pour récupérer le sentier qui ramène au col de Lasbignes puis au col d'Iseye. Les nuages, remontant du fond des vallées, nous offriront un superbe ballet avant d'envelopper les sommets du secteur. Nous retrouverons la voiture à 17 heures, après environ 1400 mètres de dénivelé positif pour autant de négatif.
    Attention aux chutes de pierres dans la raide zone d'éboulis croulants et dans les couloirs herbeux ! Les pentes herbeuses sont très raides, toute chute y étant interdite, nous y avons utilisé le piolet !

    Carte IGN 1:25000 Ossau Vallée d'Aspe Parc National des Pyrénées 1547 OT.

    Voir galerie photos La Marère par le col d'Iseye

     


    votre commentaire
  •  

    * 5 mai 2013, depuis le virage en épingle (850 m.) à la fin de la route des Salars à l'Est d'Aydius, en remontant la piste qui lui fait suite et qui mène à la grange Pé Nouqué pour l'abandonner après qu'elle ait pris une direction Sud, une cinquantaine de mètres avant le virage où se trouve cette grange, en empruntant un large chemin herbeux parallèle et sur la gauche de la piste (1066 m.) pour remonter direction générale Sud en suivant le sentier qui lui fait suite et qui, après avoir traversé le ruisseau Arigalos, remonte une croupe boisée entre deux ruisseaux, pour passer à la cote 1200 et sortir du bois à la cote 1347, pour y quitter le vallon de la Taillandère en remontant direction générale Est pour ensuite infléchir la progression direction Sud-Est (1550 m.) sur le flanc Nord du pic Lasnères, descendre Nord-Est (1720 m.) pour aller traverser le ruisseau de Gensenouse (1600 m.), sous le col d'Arrioutort, afin de remonter direction générale Est-Nord-Est jusqu'au sommet du pic Lorry ou Sommet de Goualiste (1889 m.). Retour avec quelques variantes pour éviter la remontée sur le flanc Nord du pic Lasnères, en suivant plein Ouest, après avoir traversé le ruisseau de Gensenousse (1600 m.), une croupe entre les ruisseaux des Arrecas et de Gensenouse pour aller retrouver l'itinéraire de montée (1550 m.).

    Partis à 7 h45 , avec Roland, nous suivrons la piste interdite à la circulation des véhicules qui traverse des zones où l'écobuage semble avoir été démesuré, compromettant la solidité des raides pentes fragilisées par les exceptionnelles quantités de neige et de pluies tombées cet hiver et en ce début de printemps. Attention aux futurs éboulements ! Nous quitterons la piste à 8 h30 à hauteur d'un cairn, peu avant la grange Pé Nouqué, pour aller traverser le ruisseau Arigalos qui présente un gros débit inhabituel. A partir de 1400 mètres la progression se fera sur neige. Pour éviter une traversée qui semblait accidentée, en forêt, sur neige et sur le flanc Nord du pic Lasnères, nous remonterons assez haut pour voir que si nous allions jusqu'au col d'Arrioutort, la remontée directe vers le sommet du pic Lorry serait compromise par le franchissement d'une barre rocheuse. Après avoir mis les crampons et sorti le piolet, nous descendrons en perdant une bonne centaine de mètres de dénivelé pour aller traverser le ruisseau de Gensenouse dissimulé sous une épaisse couche de neige. Après avoir surmonté une raide pente où Roland prendra un énorme plaisir à faire une superbe trace, nous parviendrons au sommet du pic Lorry ou Sommet de Goualiste à 12 h10. Nous en repartirons à 12 h35 pour faire notre pause repas sur une terrasse déneigée et bien ensoleillée, sur le flanc Ouest du pic Lorry, de 13 heures à 14 h15. Nous utiliserons les raquettes de 1600 mètres à 1400 mètres. A notre retrour sur la piste de Pé Nouqué, nous reconstruirons le cairn qui signale l'endroit où il faut quitter la piste, car, entre nos deux passages, il avait été détruit par quelqu'un de malintentionné mad . Vers 1000 mètres, nous aurons la surprise de voir un magnifique Nymphalis antiopa ou papillon Morio se poser sur la piste yes . Nous retrouverons la voiture à 15 h30 après un dénivelé positif d'environ 1050 mètres pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses .

    La piste qui suit le virage en épingle (850 m.) n'est permise que pour les véhicules autorisés par la mairie. Randonnée effectuée sur neige à partir de 1400 mètres, avec utilisations des raquettes, des crampons et du piolet.

    Carte IGN 1:25000 Oloron-Sainte-Marie Vallée d'Aspe 1546 OT. 

    Voir galerie photos Pic Lorry ou Sommet de Goualiste




    votre commentaire
  •   

    * 10 novembre 2012, depuis la fin de la piste qui longe la Berthe rivière à l'Est d'Accous (840 m.), pour traverser à gué le torrent d'Araille, et aussitôt après, laisser filer la piste de la Borde Apiou pour suivre à gauche un sentier qui remonte en forêt direction générale Est puis Sud pour sortir de la forêt (1208 m.), continuer Est-Sud-Est en passant près de la fontaine de la Cagote pour aller traverser le Lapassa ruiseau (1300 m.) en laissant à droite la cabane du Lapassa, longer Est-Sud-Est la rive gauche en traversant un ruisseau confluent pour remonter en lacets la croupe qui les sépare, laisser filer le sentier du col d'Iseye lorsqu'il vire à gauche Nord (1650 m.) pour remonter hors traces direction Sud-Est vers la cote 1835, continuer la remontée Sud-Sud-Ouest sur un relief accidenté puis dans un défilé afin d'atteindre un plateau herbeux suspendu (1920 m.), le traverser à droite direction Sud-Ouest pour aller faire une montée à flanc (1950 m.) en diagonale ascendante orientée Ouest vers le col de Liard (2118 m.) puis monter plein Nord vers les falaises Sud du Ronglet, descendre de quelques mètres à droite sur le flanc Oriental de la crête herbeuse, pour atteindre la base des falaises au pied d'une faille verticale où est enclavée une cheminée (II -), et après l'avoir remontée pour ensuite arriver dans une brèche située sur la crête, gravir à gauche le raide éperon pour redescendre de l'autre côté afin de traverser une brèche et remonter au sommet du pic de Ronglet (2180 m.). Retour par le même itinéraire jusqu'à la cote 1835 où on continue direction Nord pour trouver un sentier presque horizontal qui traverse à flanc Occidental le Pas de Congas afin de parvenir au col d'Iseye (1829 m.), descendre Ouest pour passer près de la cabane d'Escurets (1700 m.) et aller retrouver hors traces l'itinéraire de montée (1450 m.) qui ramène au point de départ.     

    Partis sous la pluie à 7 h30, avec Dino,  nous sortirons de la forêt à 8 h30 au moment où il arrêtera de pleuvoir. A 9 h45 nous quitterons l'itinéraire du col d'Iseye en montant hors traces direction générale Sud-Est sur des pentes raides pour trouver quelques cairns à l'entrée du plateau herbeux suspendu. Après avoir remonté la pente qui mène au col de Liard sous quelques grains de grésil, à 11 h15 nous laisserons nos sacs au pied de la cheminée de droite qui donne accès à la crête sommitale. Cette cheminée n'est pas difficile à surmonter, il faut tester les prises et faire attention aux pierres instables entassées en équilibre à sa sortie. Le franchissement de l'éperon ainsi qu'un passage aérien sur la crête sommitale étaient rendus délicats par la mauvaise qualité de la roche et la présence de courte végétation (arbustes) humide avec un peu de neige fraîche. La cheminée de la voie normale décrite par certains guides, cotée II par certains et II Inférieur par d'autres, est située à une trentaine de mètres à gauche de la faille verticale où est enclavée la cheminée que nous avons empruntée. Parvenus à 11 h40 au sommet, nous ne traînerons pas et après un début de descente prudente, nous ferons une pause restauration de 12 h45 à 13 h30,  vers 1900 mètres, sous le plateau herbeux suspendu, près d'un gros rocher. Nous aurons même les glaçons qui tomberont du ciel sous forme d'une petite averse de neige. Nous passerons au col d'Iseye à 13 h45 pour descendre avec le soleil glasses à vue et hors sentier jusqu'à 1450 mètres et retrouver la voiture à 15 h25, après un dénivelé positif d'environ 1400 mètres pour autant de négatif.

    Carte IGN 1:25000 Ossau Vallée d'Aspe Parc National des Pyrénées 1547 OT.

    Voir galerie photos Pic de Ronglet




    votre commentaire
  •   

    * 27 juin 2012, depuis la route forestière de Bergout à hauteur du virage (1130 m.) situé au Nord-Ouest de la cabane de Bergout, pour continuer à suivre la piste et l'abandonner juste après la cabane de Bergout (1170 m.) afin de suivre la crête direction Est-Sud-Est puis réaliser une traversée ascendante à flanc direction Nord afin de contourner la crête de Bergout et virer Sud-Est vers la fontaine de Lourtica (1490 m.) pour passer au-dessus afin de réaliser une traversée Est-Sud-Est sur le flanc Nord du pic de Bergon pour franchir sa crête Nord-Est (1670 m.), faire une traversée ascendante direction Sud puis Sud-Ouest pour atteindre l'Osque de Ponce (1943 m.), remonter la crête direction Nord puis faire une traversée à flanc pour aller retrouver la crête et la suivre Nord jusqu'au sommet du pic de Bergon ou pic d'Ilhec (2148 m.). Retour à l'Osque de Ponce pour descendre à l'Est-Nord-Est jusqu'au ruisseau (1710 m.) afin de suivre sa rive gauche au Nord pour aller trouver un sentier qui traverse le bois les Arrouyes et que nous suivrons au Nord-Ouest, puis direction générale Ouest, où une piste lui fait suite pour revenir à Bergout.

    Partis à 8 h15, avec Dino, à partir de la fontaine de Lourtica, nous réaliserons une traversée hors traces et bien au-dessus de la piste, à travers bosquets, clairières et éboulis pour atteindre une brèche située à la limite supérieure du bois Les Arrouyes, sur la crête Nord-Est du pic de Bergon à 10 h25. Ensuite, nous descendrons dans un premier temps pour aller chercher une sente en balcon au-dessus d'une barre rocheuse et réaliser une traversée ascendante sur des pentes d'herbe et d'éboulis raides, toujours hors traces, afin d'atteindre la brèche de l'Osque de Ponce à 11 h45 où nous ferons une pause jusqu'à midi. La suite de la montée vers le sommet demande de l'attention, pentes herbeuses très raides, nous avons même dû sauter pour quitter un éperon sur la crête. Nous serons au sommet à 12 h48 et sans trop nous attarder nous le quitterons à 13 h05 car la descente demande également beaucoup d'attention. Sous l'Osque de Ponce, nous "surferons" les éboulis pour aller faire une pause restauration au bord du ruisseau de 13 h55 à 14 h30. En cette journée de canicule, nous en profiterons pour faire le plein d'eau. A partir de là, nous suivrons un vague sentier qui nous ramènera sur un vrai sentier bien tracé, à l'orée du bois les Arrouyes, auquel fait suite une piste et nous retrouverons la voiture à 16 h45, après un dénivelé positif d'environ 1200 mètres pour autant de négatif.

    Le piolet nous a été fort utile. Il ne faut pas être sujet au vertige arf erf et il faut faire preuve d'une très grande prudence sur les passages herbeux à flanc et en dévers situés entre l'Osque de Ponce et la crête sommitale du pic de Bergon, une corde peut rassurer. Il ne faut surtout pas s'y aventurer lorsque le sol est humide ! 

    Carte IGN 1:25000 Oloron-Sainte-Marie Vallée d'Aspe 1546 OT.

    Voir galerie photos Pic de Bergon ou pic d'Ilhec

     


    votre commentaire
  • * 8 janvier 2011, le pic Lasnères (2000 m.) depuis le virage en épingle (850 m.) à la fin de la route des Salars à l'Est d'Aydius, en remontant la piste qui lui fait suite et qui mène à la grange Pé Nouqué pour l'abandonner après qu'elle ait pris une direction Sud, une cinquantaine de mètres avant le virage où se trouve cette grange, en empruntant un large chemin herbeux parallèle et sur la gauche de la piste (1066 m.) pour remonter direction générale Sud en suivant le sentier qui lui fait suite et qui remonte une croupe boisée entre deux ruisseaux, pour passer à la cote 1200 et sortir du bois à la cote 1347, pour remonter le vallon au Sud en direction du col de la Taillandère, passer près de la cabane Cure-det-Cam (1600 m.), et abandonner le fond du vallon (1700 m. ) pour aller chercher au Nord-Est la crête Nord-Ouest du pic Lasnères et la suivre jusqu'au sommet (2000 m.). Retour direction Nord vers le col d'Arrioutort pour infléchir au Nord-Ouest (1850 m.) puis au Sud-Sud-Ouest (1660 m.) afin de retrouver l'itinéraire de montée près de la cabane Cure-det-Cam (1600 m.).

    Parti à 8 h50 et ayant raté le départ de la piste herbeuse, à 10 h36 je dépassais la grange Pé Nouqué pour m'engager juste après sur une piste qui s'élevait à gauche mais qui se terminait (1100 m.) sur un terrain boisé très confus et pentu. Après avoir fait demi-tour et retrouvé le bon itinéraire j'arrivais au sommet à 12 h15, accompagné de légers flocons de neige, j'ai pris l'option de revenir vers le Nord en direction du col d'Arrioutort. Après une courte pause restauration sous le sommet, j'ai pu profiter des combes enneigées du versant Nord pour utiliser mes raquettes, que j'avais fait suivre, de 1950 mètres à 1700 mètres et ainsi je passais à la cabane Cure-det-Cam à 13 h15. Une nouvelle erreur de parcours, dans la descente à travers le bois, a fait que j'ai suivi le fond du vallon et après plusieurs traversées rive gauche-rive droite du ruisseau, qui n'avait heureusement pas un gros débit, j'ai récupéré le sentier au-dessus de la rive droite, puis la piste près de Pé Nouqué à 14 h10 pour retrouver ma voiture à 14 h45 après un dénivelé positif de 1200 mètres (dont 50 dus à mon erreur de piste) pour autant de négatif.

    La piste qui suit le virage en épingle (850 m.) n'est permise que pour les véhicules autorisés par la mairie, autorisation que possédaient les nombreux chasseurs de sanglier postés sur le secteur qui précède Pée Nouqué. J'ai réalisé une grande partie de cette randonnée avec Gérard, sympathique membre du CAF wink2 accompagné de sa chienne une Border Collie, qui a participé à des courses de montagne et qui m'a attendu à plusieurs reprises sur cette sortie de remise en forme d'après fêtes. Le vallon de la cabane Cure-det-Cam était enneigé avec de nombreuses traces de coulées descendues des falaises de la rive gauche (versant Montagnon d'Iseye).

    Carte IGN 1:25000 Oloron-Sainte-Marie Vallée d'Aspe 1546 OT.

    Voir galerie photos Pic Lasnères




    votre commentaire
  • * 10 avril 2010, depuis la route de Bosdapous au virage à l'Ouest de Bordenave (760 m.) en remontant Ouest-Nord-Ouest vers le col de Launde pour virer au Sud juste avant d'y arriver (930 m.) en montant directement au sommet de Sarraillé ou Laraille ou Laperne ou pic de Lourdios (1242 m.) en descendre en suivant la crête Nord-Ouest pour ensuite l'abandonner en virant au Nord puis au Nord-Est pour aller récupérer la route forestière de Launde et la suivre à l'Est jusqu'au col de launde (959 m.), monter au Nord pour passer au col de Napatch (1096 m.) et suivre la crête au Sud-Ouest puis à l'Ouest-Nord-Ouest en passant au sommet de Biscacou (1168 m.) pour continuer au Nord jusqu'au sommet de Mustayou (1206 m.) en descendre par le couloir Sud-Est puis monter plein Est au Soum de Souturou (1183 m.), descendre Sud au col d'Isson (1074 m.), remonter Sud-Est au sommet du Trône du Roi ou Turoun d'Aurey (1266 m.) en descendre par la crête Est-Sud-Est pour aller retrouver la route de Bosdapous qui ramène au Sud-Ouest au point de départ.

    Carte IGN 1:25000 Oloron-Sainte-Marie Vallée d'Aspe 1546 OT.

    Partis à 8 h30 avec dinosaure et fred31 (membres de Pyrénées Team), nous passerons au sommet de Saraillé à 9 h40, après plusieurs poses pour parler principalement de montagne et apprécier les panoramas nous serons au Soum de Souturou à 13 h40 pour y faire une pose repas et en repartir à 14 h30 pour retrouver le point de départ à 16 heures après un dénivelé positif d'environ 1250 mètres et autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses .

    Dans la descente de la crête du sommet de Moustayou nous avons rencontré un groupe de 3 vipères frown . Au sommet du Trône, j'en suis "tombé de cul" yes , nous y avons rencontré un montagnard de 84 ans qui avait gravi, depuis le chemin qui est au pied de la crête Est-Sud-Est, les 470 mètres de dénivelé en 2 heures alors qu'un écriteau précise un temps d'ascension de 1 h20, je lui tire mon chapeau cool . Attention !!! les pentes herbeuses de la face Nord-Est et de la crête Nord-Ouest de Saraillé sont très raides, ainsi que la crête Nord-Ouest du Trône du Roi arf . La montée au Sommet de Mustayou est aérienne et nécessite l'usage des mains. 

    (J'avais effectué cette même boucle le 23 décembre 2000, Il y avait un peu de neige au sommet du Trône du Roi et de nombreux chasseurs vers le col de Launde. Parti à 9 h15 j'étais de retour à 14 h45)

    Voir galerie photos Circuit Saraillé Trône du Roi




    2 commentaires
  •    

    *12 mars 2002, le pic de Teulère (1565 m.) et le tour du Plateau d'Ourdinse (1593 m.) depuis l'aire de stationnement située à l'entrée Nord du village de Bedous (420 m.) en bordure de la route N 134, en remontant à l'Est la route qui passe à la table d'orientation et à la Borde de Mirande, pour faire place à un sentier qui passe à la Borde de Bergez (845 m.) où on continue plein Nord (au-dessus de la borde de Poulidor) pour ensuite virer à l'Est, remonter direction générale Est le contrefort Nord-Ouest du plateau d'Ourdinse, passer par un sommet coté 1522, aller au Nord chercher le pic de Teulère (1565 m.) puis continuer direction Est pour passer aux cotes 1571 et 1530, puis Sud-Est aux cotes 1562 et 1593 (point haut du circuit), pour continuer Sud-Ouest vers les cotes 1469, 1501, 1469, puis plein Nord vers la cabane afin d'y virer Sud-Sud-Ouest et suivre un sentier qui passe à la cote 1453 et qui ramène à la Borde de Bergez où on retrouve l'itinéraire de montée.

    Carte IGN 1:25000 Top 25 Oloron-Ste-Marie Vallée d'Aspe 1546 OT.

    Randonnée effectuée sur neige à partir de 1300 mètres avec de mauvaises conditions météorologiques, terrible vent sur le contrefort Nord-Ouest du plateau d'Ourdinse mad où j'ai préféré faire un peu d'escalade pour aller chercher le sommet coté 1522 plutôt que de passer au col situé au Sud-Ouest du pic de Teulère.

    Sortie réalisée en 6 heures aller et retour avec un dénivelé positif de 1200 mètres et autant de négatif.

    Voir galerie photos Pic de Teulère




    votre commentaire
  •      

       

    * 17 avril 1997, depuis l'aire de stationnement de la cabane de Bergout (1170 m.) en bordure de la route forestière de Bergout et à l'Est d'Accous, pour remonter direction Est-Sud-Est puis Nord afin de contourner la crête de Bergout et virer Sud-Est vers la fontaine de Lourtica pour ensuite continuer Est et passer à la fontaine de Bergouteilh en suivant le sentier qui traverse le bois des Arrouyes en passant par les cotes 1500, 1526 et 1553 où il prend une direction Sud-Est, pour l'abandonner en remontant direction générale Sud le vallon qui mène au col de Cotcharas ou Coig Arras (1934 m.) pour, juste après y être passé, remonter direction Ouest la raide zone d'éboulis puis la raide pente herbeuse qui lui fait suite afin de prendre pied sur la crête, au Nord de la cote 2160, pour la suivre direction Nord puis Nord-Ouest jusqu'au sommet de la Marère ou l'Embarrère (2221 m.). Descente par le même itinéraire jusqu'à la cote 1819 située au Nord du col de Cotcharas ou Coig Arras pour y remonter direction Nord-Ouest la zone d'éboulis jusqu'à l'Osque de Ponce (1943 m.), et basculer sur l'autre versant pour gravir direction Nord-Ouest le flanc puis la crête qui mène au sommet du pic de Bergon ou pic d'Ilhec (2148 m.). Retour par le même itinéraire jusqu'à l'Osque de Ponce pour redescendre Ouest-Nord-Ouest récupérer l'itinéraire qui ramène au point de départ.

    Carte IGN 1:25000 Oloron-Sainte-Marie Vallée d'Aspe 1546 OT.

    Attention ! au-dessus du col de Cotcharas ou Coig Arras, la zone d'éboulis et la pente herbeuse qui lui fait suite sont raides. Prudence également sur les passages aériens arf erf situés entre l'Osque de Ponce et la crête sommitale du pic de Bergon, une corde peut rassurer.

    Avec Marcel nous avons mis 8 h30 aller et retour pour un dénivelé positif d'environ 1500 mètres et autant de négatif.

    Voir galerie photos La Marère et le pic de Bergon




    votre commentaire
  •  

       

    * 25 avril 2002 le pic d'Anchet (1980 m.) depuis le fronton du hameau de Cette (690 m.) au-dessus de Cette-Eygun en suivant à l'Est-Sud-Est la piste puis le sentier pour passer aux ruines de la cabane de Pédaing (1361 m.) y virer au Nord-Ouest pour suivre un sentier qui va rejoindre un autre sentier (1490 m.) que l'on va suivre à droite direction Est pour passer à la cabane de Narbèze (1702 m.) et suivre Nord-Est la crête jusqu'au sommet. Retour par le même itinéraire jusqu'à la bifurcation de sentiers (1490 m.) où on va ignorer l'itinéraire de montée pour continuer au Nord-Ouest et passer près de la cabane de Lhèze (1307 m.), puis direction Ouest  pour passer près de la borde Minvielle (980 m.) et retrouver au Sud-Ouest le point de départ. 

    Carte IGN 1:25000 Ossau Vallée d'Aspe Parc National des Pyrénées 1547 OT.

    Dès mon arrivée au fronton de Cette, une dizaine de chiens sont venus me souhaiter la bienvenue tongue winktongue  , et l'un d'entre eux un Labrit des Pyrénées, m'a suivi durant toute la randonnée y compris au sommet. Un an avant, le 13 avril 2001, ce même Labrit m'avait accompagné jusqu'au-dessus des ruines de la cabane de Pédaing où nous avions fait demi-tour à cause d'une avalanche qui était passée sur le sentier une vingtaine de mètres devant nous mad . A la cabane de Narbèze il y avait trois gardes de l'Office des forêts qui cherchaient des traces d'ours qui seraient sortis d'hivernation, ils possédaient des transparents avec des empreintes de pattes qui correspondaient à chaque ours des Pyrénées.

    Partis à 9 h 45, avec le Labrit des Pyrénées, nous serons de retour à 15 h 45 après un dénivelé positif de 1400 mètres et autant de négatif.

    Voir galerie photos Pic d'Anchet


    votre commentaire
  •      

        

    * 23 novembre 1994, le Montagnon d'Iseye (2173 m.), depuis la grange Pée Nouqué (1050 m.) au-dessus et à l'Est d'Aydius, en remontant au Sud le vallon qui mène à la cabane Cure-det-Cam (1600 m.) pour continuer Sud-Est vers le col de la Taillandère (1836 m.), remonter Sud-Ouest le couloir d'éboulis, contourner par le Sud le lac du Montagnon (2003 m.) et aller chercher à l'Ouest la crête Sud du Montagnon d'Iseye afin de la suivre direction Nord jusqu'au sommet (2173 m.), revenir par la même crête et  prolonger au Sud jusqu'au sommet du Mardas (2188 m.) , en descendre pour retrouver le lac du Montagnon, remonter au Sud-Est  la crête qui mène au sommet de l'Escala (2076 m.), revenir au lac du Montagnon retrouver l'itinéraire de montée pour le suivre jusqu'au point de départ.  

    Carte IGN 1:25000 Oloron Sainte-Marie Vallée d'Aspe 1546 OT.

    Partis avec Marcel à 7 h 55, nous passions à 9 h 01 à la cabane Cure-det-Cam, à 9 h 50 au col de la Taillandère, à 11 h 15 au sommet du Montagnon d'Iseye, à 11 h 45 au Mardas et après restauration au bord du lac du Montagnon et passage à 12 h 44 au sommet de l'Escala, nous retrouvions le point de départ à 14 h 54 après un dénivelé positif de 1300 mètres et autant de négatif et une belle journée ensoleillée glasses .

    Voir galerie photos Montagnon d'Iseye et Mardas




    votre commentaire
  •    

      

    * 17 décembre 2000, le pic Roumendarès (1646 m.) depuis la route D 294 du col de Marie Blanque au-dessus d'Escot, 300 mètres après la borne bleue "Mont Bleu" (cote 721) en suivant le chemin qui file plein Ouest, puis à partir de "Glissoire" le sentier qui remonte en lacets direction générale Sud le bois de la Pène d'Escot, pour traverser en diagonale Sud-Ouest le cirque d'éboulis (1240 m.), puis en passant par le col d'Andurte (1532 m.) pour remonter la crête plein Nord.

    Carte IGN 1:25000 Top 25 Oloron-Ste-Marie Vallée d'Aspe 1546 OT.

    Randonnée réalisée sur neige à partir de 1000 mètres, avec un superbe beau temps glasses. La traversée du cirque d'éboulis (1240 m.) est à négocier avec prudence, car il s'y produit des chutes de pierres et des coulées de neige mad

    J'ai mis 4 heures aller et retour pour effectuer cette randonnée.

    Voir galerie photos Pic Roumendarès




    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique