•  

     

    * 5 juillet 2019, depuis le bord de la route D 128 (1714 m.) à l'Ouest du Turon de Cout et à l'Ouest de Gavarnie, en traversant direction Ouest-Sud-Ouest l'Espugue de Millas pour aller remonter la rive droite du ruisseau qui coule à l'Ouest du ruisseau la Canau, récupérer le sentier balisé du GR 10 vers 1930 mètres et le suivre vers le Sud pour passer près de la cabane de Lourdes (1947 m.) où on laisse filer Sud-Sud-Ouest le sentier du col de la Bernatoire pour descendre traverser la passerelle qui enjambe le ruisseau de Lourdes, laisser filer à gauche vers le Nord-Est le sentier balisé du GR 10 et remonter hors traces les pentes herbeuses direction Sud-Est, puis Est-Nord-Est sur une inclinaison de plus en plus raide pour rejoindre une sente vers 2100 mètres, la suivre à gauche direction Nord-Est afin d'atteindre une cuvette où on abandonne la sente pour aller chercher à droite Sud-Est la crête Nord du pic des Sècres à hauteur d'un petit col (2140 m.), remonter à droite pleine crête direction Sud en passant par les points cotés 2266, 2465 et 2508 avant de parvenir au sommet du pic des Sècres ou pic de Sècres (2607 m., 2608 m. ou 2609 m. selon les cartes) pour revenir par le même itinéraire.

    Ce sommet d'abord nommé "Pic de Sedres" par A-H Dufour, puis "pic de Secres" sur le cadastre napoléonien de 1836, "Pic de Sègres" sur la carte Garnier en 1864, "pic de Segres" par Edouard Wallon (1821-1895), "Pic de Sègres" puis "Pic de Serres" par Alphonse Meillon qui le nomme finalement "Pic de Sècres" sur sa carte au 1:20000 du massif du Vignemale de 1935, "Pic des Secres" par l'IGN français sur sa carte au 1:50000 et par l'IGN espagnol sur sa carte au 1:25000, pour terminer il est nommé "Pic des Sècres" par l'IGN français sur sa carte au 1:25000.  

    Je partais à 7 h15, avec l'intention de "sortir des sentiers battus" en essayant de monter au sommet du pic des Sècres par sa crête Nord, négligé des guides et topos de randonnées. L'itinéraire est classique jusqu'à la cabane de Lourdes. A partir du ruisseau de Lourdes on quitte le sentier balisé du GR 10, plus de traces ni de cairns, la pente herbeuse devient de plus en plus raide et j'ai édifié quelques cairns avant d'atteindre une sente vers 2100 mètres. Cette sente traverse la crête Nord du pic des Sècres dans une cuvette herbeuse, au Sud de la cote 2142, où on la laisse filer vers la vallée de Sausse dessus pour rejoindre un petit col (2140 m.) où j'ai également édifié un cairn et où un isard qui dévalait la crête Nord dans ma direction m'est passé à moins d'une dizaine de mètres. La remontée de la crête est assez facile avec quelques raides passages herbeux et rocheux où il faut par endroits s'aider des mains où en plus des cairns que j'ai réalisé j'ai rajouté parfois un fléchage directionnel à la craie pour faciliter le retour. Il subsistait deux névés contournables par la droite et après deux passages aériens je parvenais au sommet du pic des Sècres ou pic de Sècres à 12 h25. Quel panorama !, Pimené, Marboré, Monte Perdido, Brèche de Roland, Taillon, Gabiet au premier plan, Tendeñera, Vignemale, pics de la Sède et de Labas secteur où un hélicoptère faisait des rotations pour récupérer Rafa (RCM)* le malheureux montagnard basque espagnol, avec qui j'avais fait quelques échanges sur le forum de "Pirineos 3000", disparu le 28 juin dans cette si belle mais inhumaine montagne. Il semble possible de revenir en boucle par le Pla des Sècres et le col de la Bernatoire. A 13 heures je quittais le sommet pour revenir avec prudence par le même itinéraire afin de rajouter quelques cairns aux emplacements stratégiques. De 14 heures10 à 15 heures je réalisais une pause restauration en terrasse face au Pimené et Marboré, au bord d'un laquet aux eaux rouges. Après une halte rafraîchissante dans le ruisseau de Lourdes aux "eaux miraculeuses", à 16 h15 je retrouvais ma voiture après un dénivelé positif d'environ 950 mètres pour autant de négatif et une très chaude journée ensoleillée glasses et bien fleurie.

    Carte IGN 1:25000 Gavarnie Luz-Saint-Sauveur parc National des Pyrénées 1748 OT. 

    Voir galerie photos Pic des Sècres par la crête Nord


    2 commentaires
  •   

      

      

    * 30 mai 2019, depuis l'aire de stationnement du Corral de las Mulas (1625 m.) en bordure de la route A 136 à Formigal, en suivant en rive gauche de la vallée de Culivillas la piste qui mène à la nouvelle station de ski de Anayet la Mina (1720 m.), pour suivre au Sud le sentier balisé rouge et blanc du GR 11 espagnol qui longe la rive droite du barranco (ravin) de Culivillas, descendre ensuite à droite traverser plusieurs ruisseaux afin de remonter plein Ouest le barranco (vallon) de Culivillas qui mène au collado (col) coté 2232 ou 2233 selon les cartes, à l'entrée du plateau de Anayet, traverser direction Sud-Sud-Ouest le plateau d'un ancien lac (2220 m.), passer à gauche du dôme coté 2242 puis remonter toujours direction générale Sud-Sud-Ouest en suivant les pentes les moins raides afin d'atteindre la crête au Paso de las Negras ou Paso dera Negras ( 2407 m.), la suivre à droite Ouest-Nord-Ouest, passer au sommet du Garmo de Izás ou Punta dera Sarreta ou encore Punta de la Sarreta (2515 m. ou 2512 m. selon les cartes), continuer sur la crête qui infléchit Nord-Ouest, passer sur un sommet (coté 2503 m. ou 2502 m. ou encore 2501 m. selon les cartes), au sommet de la Punta intermedia (pointe intermédiaire) (2510 m. ou 2509 m. ou encore 2506 m. selon les cartes), au sommet du Vértice de Anayet ou Punta O Garmo ou encore Punta del Garmo (2559 m. ou 2555 m. selon les cartes), descendre en suivant la crête Nord-Nord-Est, parvenir au Cuello (col) de Anayet ou collado de Anayet (2404 m. ou 2414 m. selon les cartes), où on quitte la crête pour descendre à droite vers la Mallata (replat) de Anayet afin d'aller retrouver à l'Est-Sud-Est en passant sur le grand ibón (lac) de Anayet (2227 m. ou 2224 m. selon les cartes) le collado (col) coté 2232 ou 2233 et l'itinéraire de montée qui ramène au Corral de las Mulas.

    Randonnée effectuée sur neige continue à partir du collado (col) coté 2233, à l'entrée du plateau de Anayet jusqu'au Paso de las Negras, puis du Cuello (col) de Anayet ou collado de Anayet jusqu'au retour au collado (col) coté 2233. Quelques névés à traverser dans le barranco (vallon) de Culivillas. Sur la crête parcourue il ne subsistait que très peu de neige, ne génant pas la progression. Utilisation des crampons et du piolet dans la partie terminale de la raide pente qui mène au Paso de las Negras. Utilisation des raquettes pour les deux traversées du plateau de Anayet ainsi que pour le passage sur le grand ibón (lac) de Anayet en bordure de sa rive Sud.  

    Parti à 6 h20, je passais à la station de ski de Anayet la Mina à 6 h55 et de 9 heures à 9 h30 je réalisais une première pause au collado (col) coté 2233 à l'entrée du plateau de Anayet. De 10 h35 à 10 h55 je profitais du panorama offert par le Garmo de Izás ou Punta dera Sarreta ou encore Punta de la Sarreta et après avoir gravi avec l'aide des mains une pointe intermédiaire (Punta intermedia) à 12 h40 j'arrivais au sommet du Vértice de Anayet ou Punta O Garmo ou encore Punta del Garmo. Quel panorama à couper le souffle (il l'était déjà) ! A 13 h10 je débutais la descente pour passer sur le grand ibón (lac) de Anayet à 14 h45 et retrouver ma voiture à 16 h50 après un dénivelé positif d'environ 1150 mètres pour autant de négatif et une belle journée ensoleillée glasses .

    Cartes Editorial Alpina 1:25000 Candanchú Canfranc, Prames 1:25000 Valle de Tena et IGN (Instituto Geográfico Nacional) espagnol Signa (ign.es/signa).

    Voir galerie photos Vértice de Anayet par la crête du Garmo de Izás


    4 commentaires
  •     

        

        

    * 13 mai 2019, le tour du pic du Midi d'Ossau, depuis l'aire de stationnement du lac de Bious-Artigues (1422 m.) au terminal de la route D 231 au-dessus de Gabas, en suivant la piste Sud-Sud-Ouest pour passer par Hounrède, le Pont d'Ayous (1490 m.), le Pont de Bious (1542 m.), traverser direction Sud-Ouest la plaine de Bious pour bifurquer à gauche au "Pied des Arazures" (1579 m.) afin d'aller traverser le bois des Arazures direction générale Sud-Est, prendre une direction Sud (1700 m.) et sortir du bois, remonter à gauche direction Est le couloir du ruisseau de Peyreget (1850 m.) pour déboucher dans un petit cirque (1925 m.), le remonter Sud-Est, passer au-dessus et à l'Est de la cabane de Peyreget, continuer en direction Sud-Est avec quelques légères montées et descentes jusqu'aux abords du lac de Peyreget, passer au-dessus et au Sud de sa rive gauche, virer Nord-Est (2092 m.) puis Est (2140 m.) pour remonter direction générale Est le couloir qui donne accès au col de Peyreget (2320 m.) point culminant de l'itinéraire, descendre sur l'autre versant direction générale Est, passer près du lac et du refuge de Pombie (2031 m.), traverser direction générale Nord-Nord-Ouest la Grande Raillère de Pombie (1981 m.), puis direction Nord-Est aller chercher le col de Suzon (2127 m.), descendre au-dessus de la rive droite du vallon de Magnabaigt direction générale Nord, puis au-dessus de la rive gauche (1850 m.), passer au-dessus et à l'Ouest de la cabane de Magnabaigt, au col Long de Magnabaigt (1650 m.), traverser direction Ouest le bois de Bious-Artigues et terminer la boucle à l'aire de stationnement du lac de Bious-Artigues.

    Randonnée effectuée sur neige continue à partir du couloir du ruisseau de Peyrelue (1850 m.) jusqu'au col Long de Magnabaigt (1650 m.), avec seulement quelques portions déneigées sur le sentier situé entre la sortie de la Grande Raillère de Pombie et le col de Suzon et lors du changement de rive dans le vallon de Magnabaigt. Utilisation des crampons et du piolet pour remonter le raide couloir du ruisseau de Peyrelue, pour le contournement du lac de Peyreget et la montée au col de Peyreget qui étaient en neige dure ainsi que pour une raide portion de la descente sous le col de Peyrelue et pour le début de la descente du col de Suzon qui étaient en neige fuyante. Utilisation des raquettes entre la sortie du couloir du ruisseau de Peyreget jusqu'au début du contournement du lac de Peyreget, dans la descente entre le col de Peyreget et le refuge de Pombie ainsi que dans le vallon de Magnabaigt jusqu'au col Long de Magnabaigt.

    Parti à 7 h15 de l'aire de stationnement du lac de Bious-Artigues, sur un sol déneigé, à 8 heures je quittais l'itinéraire balisé rouge et blanc du GR 108 au "Pied des Arazures". Les premiers névés seront présents dans le bois des Arazures à partir de 1650 mètres. De 11 h20 à 11 h40 je réalisais une pause au col de Peyreget. Dans la descente sous le col de Peyreget, j'ai eu la bonne surprise de voir une hermine yes . A 12 h35 je passais près du refuge de Pombie. Après une pause restauration et une prudente traversée de la Grande Raillère de Pombie, où la neige dissimulait des trous, à 13 h25 je passais au col de Suzon. Dans le début de la descente je croisais l'unique randonneur rencontré sur mon circuit. En traversant le ruisseau de Magnabaigt, j'ai glissé, sans dommage, sur une roche à fleur d'eau mais recouverte de glace. Je retrouvais ma voiture à 16 h10 après un dénivelé positif d'environ 1100 mètres pour autant de négatif et une superbe journée ensoleillée glasses .

    Cartes IGN 1:25000 Ossau Vallée d'Aspe Parc National des Pyrénées 1547 OT.

    Voir galerie photos Tour du pic du Midi d'Ossau sur neige


    6 commentaires
  •     

     

    * 22 avril 2019, depuis le parking de la résidence les Myrtilles situé sur le haut de la station d'Arette la Pierre Saint-Martin (1670 m.), en allant chercher au Sud-Ouest la piste "Boulevard des Myrtilles" que l'on suit à gauche direction générale Sud-Est vers l'Arre Planère pour rejoindre et suivre la piste bleue du "Boulevard des Pyrénées" qui prend une direction générale Sud, puis vire Est (1880 m.) lorsqu'elle est rejointe sur la droite par une piste venant de Pescamou, traverser l'Arre de Soum Couy direction générale Est, contourner un mamelon par la gauche afin de parvenir au terminal de la piste du "Boulevard des Pyrénées" à la station d'arrivée du télésiège Soum Couy "Le Panoramique" (2153 m.), franchir un petit talus et descendre Sud de quelques mètres dans une cuvette pour remonter direction générale Sud-Sud-Est, parvenir sur une crête secondaire à la cote 2245, infléchir direction Sud vers la proche crête principale que l'on suit en dévers sur son versant Occidental, direction Ouest-Sud-Ouest, jusqu'à parvenir au sommet du pic du Soum Couy (2315 m.) et revenir par l'itinéraire de montée.

    Randonnée effectuée en totalité sur neige avec utilisation des crampons/piolet à partir de la cote 2245 pour réaliser la remontée de la crête du pic du Soum Couy en dévers sur son versant Occidental. Nous utiliserons les raquettes lors de la descente depuis la station d'arrivée du télésiège Soum Couy "Le Panoramique" jusqu'à notre retour au parking.

    Partis à 8 h45 avec Peio, Odile et Pierre en skis de randonnée, sur une neige portante, nous suivrons les pistes de ski dont celle du "Boulevard des Pyrénées" jusqu'à la station d'arrivée du télésiège Soum Couy "Le Panoramique" où nous réaliserons une pause d'un quart d'heure et où nous laisserons les sacs à dos. Après avoir remonté avec prudence la partie terminale de la crête, nous parviendrons au sommet à 11 h30. A 11 h45 nous débuterons la descente avec encore plus de prudence, par endroits le piolet s'enfoncera entièrement dans la neige qui commençait à se transformer. Après une pause restauration près de la station d'arrivée du télésiège Soum Couy "Le Panoramique" de 12 h20 à 13 h40, nous terminerons la descente en utilisant les raquettes pendant que Pierre en skis suivra la piste rouge "Les Lagopèdes" puis "La Noire" pour finir à l'espace nordique "Le Braca" où ne le récupérerons plus tard. Nous retrouverons la voiture à 14 h50 après un dénivelé positif d'environ 670 mètres pour autant de négatif et une journée passée sous un temps menaçant où le soleil ne fera que de très rares apparitions frown .

    Carte IGN 1:25000 Ossau Vallée d'Aspe Parc national des Pyrénées 1547 OT.

    Voir galerie photos Pic du Soum Couy 22 04 2019

     


    2 commentaires
  •   

      

     * 15 avril 2019, depuis l'aire de stationnement de l'Araille (1720 m.) en bordure de la route D 934 sous le col du Pourtalet et au-dessus de Gabas, en descendant au Sud-Ouest pour aller traverser le ruisseau du Pourtalet sur un pont de neige en aval de la passerelle (1709 m.), virer en suivant à droite, Nord, pour aller traverser deux autres passerelles, se diriger Ouest afin de passer près de la cabane de Houns de Gabès (1720 m.), continuer sur le petit plateau pour aller remonter à droite direction Nord-Ouest la croupe qui borde la rive droite du ruisseau de Sénescau, plus haut et toujours dans la même direction remonter la ravine du ruisseau de Lalagüe (de 2020 m. à 2110 m.) pour passer à droite de la cote 2116, continuer direction Nord-Ouest en traversant le flanc Sud-Ouest du pic Peyreget, atteindre le col de l'Iou (2194 m.) afin d'y suivre la crête à gauche direction Sud-Ouest pour parvenir au sommet du dôme Sud-Ouest du col de l'Iou (2217 m.) et revenir par le même itinéraire.

    Parti à 8 h50 de l'aire de stationnement de l'Araille où à mon arrivée il n'y avait que ma voiture, j'utilisais les raquettes à neige à partir de 1850 mètres et à 11 h.20 j'étais au sommet du modeste dôme Sud-Ouest du col de l'Iou qui offre un superbe panorama. Je débutais la descente à 11 h30 et comme il y a quatorze mois dans ce même secteur, par moments je ne voyais plus les reliefs du sol, c'était tout blanc. Je retrouvais ma voiture, moins seule que le matin, à 13 h15 après un dénivelé positif de 520 mètres pour autant de négatif.

    Cartes IGN 1:25000 Ossau Vallée d'Aspe Parc National des Pyrénées 1547 OT, Editorial Alpina 1:40000 Valle de Tena Sierra de Tendeñera Peña Telera.

    Voir galerie photos Dôme Sud-Ouest du col de l'Iou 15 04 2019


    votre commentaire